Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1987 1 R.I.P
1988 1 Punishment For Decadence
1989 2 No More Color
1991 2 Mental Vortex
1993 3 Grin
1995 Coroner
 

- Style : Sadus

CORONER - Punishment For Decadence (1988)
Par CHIPSTOUILLE le 24 Octobre 2006          Consultée 6588 fois

Malgré la qualité évidente de leur premier album et les critiques unanimes de l'époque, l'étincelle n'aura pratiquement rien enflammé. Le traitement infligé au groupe leur aura valu l'annulation de leur première tournée. Piètre démarrage que celui-ci, mais les suisses de CORONER tiennent bon la barre et rempilent pour un second album, Punishment for decadence.

Première constatation, on a gommé le défaut trop évident du premier. On peut bien entendu toujours reconnaître d'évidentes influences à quelques entournures, mais CORONER s'est ici surpassé et le groupe d'asseoir son propre style au panthéon du Thrash. La patte est reconnaissable, mais l'ensemble se veut plus posé. Du Thrash posé! Mais qu'est ce que c'est que ce foutoir? Et pourtant oui, entre deux passages dignes de R.I.P, on pourra constater des riffs toujours acérés mais plus mid-tempo. On remarquera également que la section rythmique joue plus sur des rebonds, à la mode des moshers New Yorkais, façon ANTHRAX donc.

Mais la vraie personnalité du groupe s'affirme dans cette capacité à produire des riffs en deux temps, le premier étant une attaque évidente digne des fleurons du Thrash, ces quelques accords ouvrant régulièrement sur d'autres dissonants et plus aigus. C'est ainsi que CORONER joue dans un registre moins évident, moins accessible, sournois peut-être et très certainement plus technique. Sous couvert d'affirmer une identité, le groupe s'évanouit donc dans une manière de jouer personnelle, pour le moins étrange, si bien qu'on ira même jusqu’à leur prêter des influences Jazz. (Comme un certain DEATH, il me semble...)

A posteriori cependant, malgré la présence de certains titres remarquables ("The new breed" et ces passages radio avec guitares imitant des alarmes qui collent des frissons) la vrai coupure, dans le style de CORONER ne s'effectuera que sur l'album suivant, No more color. Punishment for decadence reste peut-être trop proche du premier album, la production très typée 80’s que les deux partagent aidant. Ce second album conserve également un côté très speed que le groupe aura tendance à laisser tomber par la suite en extrapolant les premières ébauches de personnalité découvertes ici.

On peut considérer Punishment for decadence comme un album de transition, l'éclat du premier n'étant pas tout à fait restitué intact et sa personnalité étant encore en pleine période de maturité. Pourtant, un point particulier fait briller cet album aux éclats: les soli de Tommy "Baron" Veterli. Bien sûr, il n'est pas la paire Tiptown/Downing (JUDAS PRIEST, est-il besoin de le préciser?) à lui tout seul mais son phrasé plein d'aisance subjugue. Le meilleur est sans doute cette façon d'aligner des riffs alambiqués, les accords étant enchaînés à la vitesse des changement de notes du solo qui suit. Notez en particulier le superbe "Arc-lite" parcouru de passages instrumentaux, digne des "Nosferatu" et "Totentanz" du précédent album.

Dans la continuité de R.I.P, CORONER s'affirme avec ce deuxième album plein de bonnes choses. L'album étant moins accessible, on lui préférera sans doute son prédécesseur. Mais à l'instantané des riffs "plagiats" se substitue une musique à la fois plus technique et personnelle. CORONER et Punishment for decadence, en terme de Thrash (et des attributs qui lui reviennent de droit) fait sans doute figure d'OVNI, l'efficacité n'étant pas le maître mot de l'oeuvre. La virtuosité en est cependant l'apanage, exprimant une colère toute en retenue, presque introvertie, plus subtile que sur un Reign in blood. Malheureusement pour CORONER, la grande famille du Thrash est guère réputée pour sa retenue, ce second album ne les fera donc pas plus décoller...

A lire aussi en THRASH METAL par CHIPSTOUILLE :


OVERKILL
From The Underground And Below (1997)
Attention, album efficace!




CORONER
Mental Vortex (1991)
2ème épisode de la trilogie magique de coroner

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   CHIPSTOUILLE

 
   ERWIN

 
   (2 chroniques)



- Tommy T. Baron (guitares, choeurs)
- Marquis Marky (batterie, choeurs)
- Ron Royce (basse, chant)


1. Intro
2. Absorbed
3. Masked Jackal
4. Arc-lite
5. Skeleton On Your Shoulder
6. Sudden Fall
7. Shadow Of A Lost Dream
8. The New Breed
9. Voyage To Eternity
10. Purple Haze



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod