Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  E.P

Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 



JESU - Silver (2006)
Par MOX le 9 Septembre 2006          Consultée 2355 fois

Le retour de Jesu est plus tôt que prévu, oui, seulement un an après…(je me félicite de cette blague et n’hésiterai pas à la ressortir à la prochaine occasion, tant qu’on ne me stoppera pas ! Hahaha !) Bien… « Silver » sort à peine un an après « Jesu », mais cette durée suffit à appréhender l’évolution lente du groupe qui unit parfaitement les trois sorties depuis sa naissance.

L’idée principale, de mon point de vue, est la simplicité sur cet essai. Elle admet dans ce cas deux propriétés : concision et accalmie. En effet, « Silver » ne demande pas un long effort d’écoute ; non pas parce que c’est un EP et qu’on a la chance de ne pas s’endormir lamentablement après 45mn de musique, mais à cause de la perte de certains éléments qui continuaient à faire vivre l’écho GODFLESH. Progressivement, il disparaît. Mais pas maintenant, pas complètement. Qui a claqué la porte alors ? Le chant guttural, sans pour autant être suivi des rythmiques industrielles si chères à la vieille formation britannique. De temps à autres elles envahissent le disque, lui conférant alors une esthétique un peu plus brute.

Ce côté brut justement est en perte de vitesse. Il se place presque à l’opposé de l’atmosphère du disque puisée entre autres dans un chant clair plus doux encore. En gardant certes sa lourdeur caractéristique, de telles implémentations bâtissent des structures aliénantes, bêtes et méchantes, comme si elles traduisaient les derniers soubresauts de violence de Jesu. Oui, il s’apaise peu à peu, laissant plus de temps de parole aux harmoniques, oubliant les changements, oubliant de s’énerver. Il en résulte des morceaux plus courts, davantage construits et faciles à mémoriser. Et ils restent aussi riches en sons et expérimentations qu’ils sont pauvres en moments jouissifs.

Il n’y a, à vrai dire, que « Wolves » qui tire son épingle du jeu, et de si belle manière qu’il fait de l’ombre à tous les autres, les rend presque inutiles. Tout y est magistralement agencé, la guitare aiguë façon fraise de dentiste y fait un grand spectacle de mélancolie, épaulée par ce chant peu maîtrisé mais cette fois-ci en accord avec le contexte. Si poignant qu’il ne laisse aucune chance aux suivants, « Silver » est sans surprise, « Star » mélange chant clair et rythmiques indus trop brutes pour la voix plus posée que jamais de Broadrick. Il reste « Dead Eyes » et ses jolies expérimentations un peu électro.

Ces seuls deux titres pourraient bien désigner l’avenir du groupe. Si le tempo est toujours aussi lent, il semble concocté par des instruments moins agressifs dans leurs jeux et toujours aussi résonnants, vibrants et saturés. Il n’est d’ailleurs pas interdit d’y voir quelques références au mouvement shoegaze (légères, ceci dit). Ainsi, la base de Jesu dévie, ou évolue plus exactement. Et si c’est bien le cas, alors ce qui n’est ici qu’une vaguelette risque, j’ai bon espoir, de se transformer en rouleau avec le reflux. Un rouleau plus électro ?

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


MY DYING BRIDE
Trinity (1995)
Doom metal

(+ 1 kro-express)



REVEREND BIZARRE
In The Rectory Of The Bizarre Reverend (2002)
Doom metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Justin K. Broadrick (chant, guitares, prog)
- Diarmuid Dalton (basse)
- Ted Parsons (batterie)


1. Silver
2. Star
3. Wolves
4. Dead Eyes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod