Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  DEMO

Commentaires (3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



NANOWAR - Triumph Of True Metal Of Steel (2003)
Par JULIEN le 7 Juin 2006          Consultée 3992 fois

Une première démo officielle (finement nommée “True Metal Of The World”) dans la besace, les italiens tout fous tout comiques de NANOWAR, évidente déclinaison parodique de MANOWAR, n’ont pas l’intention d’étrangler dans l’œuf (faut le faire, vous me direz, si vous voulez pas pulvériser la coquille) leur bonne entreprise pastiche (non, pas pastis… sacs à vin !). Alors voilà, ça tue ta mémé avec les dents et sans les mains, car ils retournent en studio et ils y gravent une deuxième démo, dites donc. Et la chose s’appelle « Triumph Of True Metal Of Steel ». Un programme tout entier dédié à la dentelle et aux fines tuiles aux amandes détrempées de bon thé à la bergamote, c’est une évidence.

Alors voilà. C’est un mini événement et il faut l’annoncer. D’où ce "True Metal Of Steel" qui débute comme une cérémonie bien cheap pour introduire un titre festif de pur Heavy Rock avec refrain entonné par une assemblée de Metalleux assoiffés, répondant à la voix « j’te flingue les oreilles avec mes aigus » de Potowotominimak, merci papa et maman pour le prénom. Quoi, c’est un pseudo. Nnnnnnnon ? Bon, si vous le dites, hein... Quoi ? La suite ? Ah oui, ‘scusez... La suite, c’est "Metal", du bon gros Heavy carton, à la mode MANOWAR de “Battle Hymns” meets STORMWITCH, avec un petit riff façon Thrashing METALLICA et un refrain découpé à l’épée rouillée même pas propre. Et puisqu’on aime bien les machins phalliques qui font bobo et transforment le pauvre quidam en saucisson pleurnichard, NANOWAR nous convie à une petite exploration armée de l’"Only Forest Of The True Metal And The Other Heavy Minerals". De quoi réviser ses cours de botanique et de géologie pour l’interro de demain (interdit donc de lire cette chronique le samedi, ok ?) au son d’une jolie Power ballade ma foi, et qui fait des petits clins d’yeux au "Children Of The Damned" d’IRON MAIDEN.

Bon, attention, fini la géologie, voici le cours d’anatomie. Stupeur ! NANOWAR, financé par le CNRS, nous livre un pur secret métallique au son d’un bon gros titre couillu (forcément) dans l’esprit le plus true metallien qui soit : "Our Metal Is So Strong ‘Cos Our Dick Is So Long". Boudiou, j’l’savais pô ! Il existe donc un rapport mécaniste entre le slip et les grattes (c’est vrai que les morpions… ) ! Diantre, voilà le deal : Avec NANOWAR, devenez un gros de la tronche en écoutant du Metal parodique. Sacré concept. Et y’a même des cours d’art culinaire : NANOWAR nous cuisine d’abord RHAPSODY en faisant l’éloge de l’ "Emerald Fork" (fichtre, ces paroles tordantes), puis METALLICA en s’improvisant Pizzaïolo O Sole Mio ("Master Of Pizza"). Est-ce bien raisonnable ? Hum ? Ce serait pas un peu des posers, des NANOWAR, des fois ? Des rigolos du ciboulot, dites-vous ? C’est vrai qu’ils ont même composé une superbe (oui, oui) ballade toute tranquille et touchante en l’intitulant "Poser" d’ailleurs… Merde, j’ai commis une répétition, j’vais me faire accrocher au cours de français. Pauvre de moi.

Bon, c’est pas un peu fini, ce bordel ? Non ? Y’a encore un Bonus Track ? Ah oui, c’est "Via Gatti Panceri". Et c’est effectivement le bordel, avec ces deux minutes éthyliques très amusantes en forme d’hymne pour pianos et chœurs. Et là c’est fini. Terminé. Vous venez de passer un peu moins de quarante minutes en compagnie des joyeux drilles de NANOWAR, et votre cervelle se trouve surchargée d’infos : des histoires de zizis proportionnellement aguicheurs au volume des décibels, des pizzas qui essaient d’échapper à la fourchette d’émeraude en filant se planquer dans une forêt bardée de minéraux, à en rendre phobique un cambrioleur de bijouterie... Le responsable de ce délire, c’est NANOWAR. Et si tout ce foutoir n’a pas de grande utilité autre que celle… ben, de foutre le bordel, il faut bien reconnaître que les gars se marrent bien, et que c’est là quelque chose de communicatif. On s’amuse donc bien à l’écoute de cette démo gentiment irrévérencieuse, et que je conseille à tous ceux qui ont tendance à toiser les insensibles aux Heavy et à se taper de méchants délires metalégotistes. Ouais, je néologise, et alors ? Une fourchette d’émeraude, c’est mieux peut-être ? Bon… alors faites fi de votre réserve et faites un tour au Nanowarland (http://www.nanowar.it/). Vous ne le regretterez pas.

Note : 3.5/5

PS : cette démo s’est vue gratifier d’une réédition 2005, avec plusieurs titres bonus enregistrés Live, dont les impayables "Our Ska Is So Strong ‘Cos Our Dick Is So Long" et "Jazzerald Fork", dont les intitulés s’avèrent suffisamment parlants pour que je n’ai pas à développer plus avant.

A lire aussi en HEAVY METAL par JULIEN :


STORMWITCH
Walpurgis Night (1984)
Heavy metal




WARLORD
Rising Out Of The Ashes (2002)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Milino (batterie)
- Abdul (guitare)
- Potowotominimak (chant)
- Gatto Panceri 666 (basse)


1. True Metal Of Steel
2. Metal
3. The Only Forest Of The True Metal And The Other He
4. Our Metal Is So Strong 'cos Our Dick Is So Long
5. Emerald Fork (reprise Rhapsody)
6. Master Of Pizza (reprise Metallica)
7. Poser
8. Vai Gatto Panceri (bonus Track)

1. Réédition 2005 ( * = Live Bonus) :
2. True Metal Of Steel
3. Metal
4. The Only Forest Of The True Metal And The Other He
5. Our Metal Is So Strong 'cos Our Dick Is So Long
6. Master Of Pizza (reprise Metallica)
7. Emerald Fork (reprise Rhapsody)
8. Poser
9. Vai Gatto Panceri
10. * Our Ska Is So Strong ‘cos Our Dick Is So Long
11. * Poser
12. * Jazzerald Fork
13. * The True Forest.../ Vai Gatto Panceri – Medley
14. * Master Of Pizza (reprise Metallica)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod