Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK DEATH THRASH  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Aura Noir
- Membre : Nocturnal Breed, Enslaved

GEHENNA - Deadlights (1998)
Par JULIEN le 9 Mars 2006          Consultée 1914 fois

Avec le recrutement du batteur Dirge Rep par les vikings d’ENSLAVED et surtout le départ de Sarcana, la charmante claviériste qui tissait les ambiances onirico-mystico-ténébreuses de la fameuse trilogie des “Spells”, GEHENNA entamait un nouveau (et brutal) chapitre de sa carrière (trop) discrète. L’arrivée du batteur Blod, émoulu de l’école Death Metal, et celle du claviériste Damien, davantage porté sur les sonorités glauques et industrielles, auguraient d'une reconfiguration sonore pour ces norvégiens. Et ce single à la pochette moderne, tranchant avec le visuel auparavant prisé par GEHENNA, entendait bien aider les fans à se familiariser avec cette idée.

Destiné à garnir un « Adimiron Black » en cours d’éclosion, le morceau émissaire "Deadlights" fracasse le silence et tabasse l’auditeur à grands coups de rythmiques méchantes, de vocaux sombres possédés et de breaks relançant la machine contemporaine qu’est devenue GEHENNA : le groupe s’élance sur de nouveaux territoires en articulant son Black à une dynamique Death épicée de Thrash, et privilégie une texture plus précise de sa matière sonore, dont les ambiances sentent désormais la rouille, le sang et la poudre. L’on appréciera ou pas ce nouveau faciès plus épuré, mais force m’est de reconnaître que le groupe se montre habile et convaincant dans ce nouveau registre, ce dont attestera « Adimiron Black ».

Pour accompagner cette mise en bouche, le groupe se déleste de deux compositions (encore) inédites : "In Mother’s Womb", morceau de six minutes et des poussières asseyant une cohérence d’ossature avec "Deadlights", tout en sollicitant des lignes de claviers tiraillées entre la nouvelle teinte de GEHENNA et quelques relents de « Malice ». Un titre qui opère la jonction, d’une certaine façon, entre les deux époques susdites, quand bien même la facette dominante reste-t-elle celle de l’avenir du groupe. Et pour compléter ce petit bouquet de seize minutes, le groupe nous sert un "Master Satan" qu’il recyclera sur son « Murder », estimant à juste titre que le morceau ne s’intégrerait pas correctement à « Adimiron Black » : Il faut dire qu’avec son riff façon "The Antichrist" de SLAYER, son final bruyant et son fumet Thrash-Death « à l’ancienne » salement affirmé, "Master Satan" tient la ligne brutale du groupe mais promeut un GEHENNA peu commun, et semble jouer le rôle de clin d’oeil aux pionniers de l’extrême.

Il est toutefois regrettable que ce titre ne soit pas resté véritablement inédit – même si son habillage sonore s’avérera différent sur « Murder » -, car le single y perd un peu de son attrait, deux de ses trois titres n’étant pas destinés à l’exclusivité de ce format. Et la note de l’objet s’en ressent. Mais quoi qu’il en soit, et c’était là son objectif, ce « Deadlights » ne pouvait qu’attiser la curiosité des fans, quitte à en décevoir la frange déplorant déjà le durcissement opéré par l’excellent « Malice ». L’avenir, hélas pour eux, n’allait guère leur donner de raisons de s’enthousiasmer !

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


AMON AMARTH
Sorrow Throughout The Nine Worlds (1996)
Black death epique




EMPEROR
In The Nightside Eclipse (1994)
Black death thrash

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Sanrabb (chant, guitare)
- Dolgar (chant, guitare)
- E.n. Death (basse)
- Blod (batterie)
- Damien (claviers)


1. Deadlights
2. In Mother's Womb
3. Master Satan



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod