Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ALTERNATIF  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2001 1 Scars
2004 Redefine
2006 True Self

SOIL - Scars (2001)
Par VIVI le 26 Janvier 2006          Consultée 3797 fois

Neo Metal. Voilà ce que j’entends souvent à propos de SOIL. À croire que dès que l’on est Américain, que l’on produit une musique tubesque, on fait du Neo Metal, et donc d’après une logique mathématique, scientifique et brevetée, on produit de la mauvaise musique. Pourtant, SOIL a digéré plus d’influences qu’il n’y parait et s’entête à redonner un nouveau souffle à la scène américaine des 90’s. METALLICA, SOUNDGARDEN, ALICE IN CHAINS et d’autres ont donné inspiration à la musique des gars. Ici pas de Neo Metal donc, mais une dose massive de post-grunge mélangé à du Neo ainsi qu’à une lichette de Heavy plus new-school tu meurs. Le résultat est burné du pantalon comme il se doit, mélodique et résolument moderne. Attention, je ne parle pas d’ici d’une musique révolutionnaire, mais d’une touche nouvelle dans les compositions qui confère une fraîcheur incomparable, tout en conservant une patte rappelant la Californie, le soleil de plomb, les Harley Davidson, ou la sueur des bikers…

Pour relier tous ces éléments, "Scars" se compose d’une bonne tranche de chansons n’excédant jamais (ou à quelques secondes près) les 3:30. Un défaut ? Du tout commercial et formaté ? Beaucoup diront que oui, mais que celui qui a la définition universelle du mot commercial l’inscrive dans le dico et me la donne, comme ça tout le monde sera content.

La parenthèse étant finie, j’en reviens aux 3:30. C’est court, mais c’est jouissif. Pas besoin de se repasser le disque une centaine de fois pour le capter. Dès "Breaking Me Down", vous vous sentirez obliger de passer l’album d’une traite. SOIL, ça s’écoute partout : dans sa chambre dès le réveil pour avoir la patate, dans la voiture, et même chez des potes qui ne connaissent pas le Metal. Tout ça parce que le groupe sait conjuguer agressivité et mélodies irrésistibles. Appuyer sur la touche stop serait presque une provocation. D’entrée de jeu, on a droit à une véritable tuerie : "Breaking Me Down", 2min59 de détartrage complet des conduits auditifs, des riffs lourds mais pas lourdingues, appuyés par une rythmique démentielle et par la voix rauque et chaude de l’excellent chanteur Ryan Mc Combs (hélas, il ne fait plus partie du combo aujourd’hui). Si vous n’avez pas envie de bouger avec ça, c’est que vous n’êtes pas normal.

Et même avec tout le reste. "Scars" est un disque quasiment constitué que d’hymnes, une débauche de riffs simplistes mais accrocheurs, de refrains que l’on reprend devant son miroir en essayant d’avoir l’air énervé. "Halo", le tube du groupe, est un monument d’agressivité contrôlée, ça rentre dans la tête et ça n’en sort plus. C’est contagieux. Le son est brillant, les compositions cogneuses, ça envoie la purée, et bordel, qu’est-ce que c’est bon !

De temps à autre, le groupe insère des passages plus mélodiques et réfléchis ("Understanding Me", "My Own", "Unreal"), mais je ne peux m’empêcher d’abdiquer devant la maîtrise de leur sujet, c’est toujours un pied d’enfer !

Et surprise, le dernier morceau du disque "Black 7"… 4:59 ! Le morceau le plus ambitieux, de par sa longueur (relative bien entendu), mais aussi son ambiance, qui décadre plus ou moins avec le reste de la galette. Un léger malaise s’épanche du titre, une légère faille, les samples appuyant cette sensation. Cette surprise n’est pour autant pas mauvaise, c’est un joli contraste amené à l’ensemble, une chanson moins positive et groovy pour conclure le disque.

SOIL est un condensé de virilité, d’efficacité brute et de mélodies imparables. Bon, le disque n’est pas bien long, pas franchement révolutionnaire, mais je n’ai qu’une chose à vous dire, amis lecteurs : enfourchez votre moto, mettez vos lunettes noires, prenez une bonne bière… et en route baby !!!

A lire aussi en HEAVY METAL :


ETERNAL CHAMPION
The Armor Of Ire (2016)
Champion de l'Epic Metal

(+ 1 kro-express)



DIO
At Donington Uk: Live 1983 & 1987 (2010)
Ronnie au sommet de son art...


Marquez et partagez




 
   VIVI

 
   MULKONTHEBEACH

 
   (2 chroniques)



- Ryan Mccombs (chant)
- Shaun Glass (guitare)
- Adam Zadel (guitare, chant)
- Tim King (basse)
- Tom Schofield (batterie)


1. Breaking Me Down
2. Halo
3. Need To Feel
4. Wide Open
5. Understanding Me
6. My Own
7. Unreal
8. Inside
9. Two Skins
10. The One
11. New Faith
12. Why
13. Black 7



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod