Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2001 1 Scars
2004 Redefine
2006 True Self

SOIL - True Self (2006)
Par BAAZBAAZ le 11 Août 2006          Consultée 3146 fois

Une succession de disques de qualité croissante – dont le très bon Re.de.fine en 2004 ; quelques hits nerveux brassant l'héritage d'Alice in Chains, de Pantera et, par moment, de Korn ; le départ d'un chanteur doué, emblématique et charismatique (Ryan McCombs) : autant de facteurs qui font de ce disque un petit évènement dans le monde du post-grunge et du metal alternatif : un défi ou un tournant pour le groupe, la nécessité d'éviter toute panne d'inspiration, de faire accepter le nouveau hurleur en chef (A.J. Cavalier), de confirmer une popularité croissante, de s'éloigner un peu plus encore des influences originelles parfois trop évidentes. Dans la courte carrière de Soil, True Self est donc un album important, par lequel il est enfin possible de juger de la valeur exacte d'un groupe dont la musique – un concentré d'énergie brute – a souvent été un peu inégale.

Or, c'est une impression assez mitigée qui s'en dégage. D'entrée de jeu, le nouveau chanteur ne fait pas dans la dentelle : il crie, il s'étrangle, il marmonne dans une sorte de style hybride entre le grunge classique et le metalcore. Ses capacités vocales sont indiscutables, et « Fight for Life » qui ouvre l'album, le confirme. Sans chercher à plagier McCombs, il s'intègre sans difficulté à une musique qui, elle, n'a pas changé : on retrouve immédiatement la brutalité sourde, menaçante, et en même temps très rock, très fière, qui caractérise les compositions du groupe. Une musique lourde, violente, mais également - dans ses meilleurs moments – calibrée pour être irrésistible : Soil est peut-être l'un des rares groupes de métal américain a avoir connu un franc succès sans céder à la tentation de la ritournelle acoustique ou de la ballade grungy.

Et c'est pourquoi on est en droit d'être exigeant. La musique de Soil, sous son masque heavy, a toujours été résolument commerciale. Très puissante, sans concession, mais avec un vrai sens du riff assassin, du couplet vicieux et du refrain bulldozer. Le fan moyen se pose alors la question : où sont les tubes ? C'est facile : Soil fait un tir groupé dans la première moitié du disque. On se fait percuter par « Give It Up », puis on se fait chopper au passage par « The Last Chance » un quasi-metalcore rapide et sauvage, avant d'être achevé par « True Self » et ses terribles couplets dentelés et hérissés. Ecrasé trois fois, broyé par les guitares, découpé par les solos et surtout haché par les cris de rage de Cavalier, on sort forcément le drapeau blanc. Plaqué à terre, sur le point de rendre l'âme, on redoute fatalement d'en prendre une seconde couche.

Pourtant magnanime ou fatigué, Soil se contente de ça. En une poignée de chansons, il renverse tout sur son passage, mais refuse ensuite de finir le boulot. Du coup on se relève, on s'époussette un peu on guette nerveusement la suite des évènements. Un morceau après l'autre, on rentre la tête dans les épaules, on se crispe à chaque intro, on se raidit pour encaisser la suite. Mais non, rien ne se produit. Le groupe a tout donné, en une attaque impressionnante mais peut-être insuffisante aussi pour emporter la mise. Non pas que la violence ait disparu : « Forever Dead » est très bourrin, mais un peu prévisible. La charge est facilement évitée. Et si des réminiscence d'Alice in Chains comme « Until It's Over » ou « Threw It Away » n'ont rien de honteuses, ont sent poindre une certaine facilité, une vague routine qui ôte au disque son impact.

Alors, True Self, un pétard mouillé ? Une baudruche qui se dégonfle ? Un soufflé qui retombe ? C'est un peu facile, une fois passé l'orage, de faire le malin. Car Soil sait aussi tirer à balles réelles. Et un album entier du calibre des meilleurs chansons proposées ici est peut-être simplement hors de portée d'un groupe qui a toujours fait preuve d'une agressivité méritoire mais dénuée de génie. Non seulement beaucoup de compositions sont ici moins convaincantes que celles de Re.de.fine – qui reste donc l'apogée de Soil –, mais le nouveau chanteur est un peu fatiguant à force de gargouillis metalcore. La production est minutieuse, les chansons démarrent toutes pied au plancher : du coup, l'album peut faire illusion. Mais au fil des écoute, il est difficile de ne pas dresser le constat d'un groupe qui, pour l'instant, plafonne sérieusement. Hélas, on attend déjà la suite.

A lire aussi en NEO METAL par BAAZBAAZ :


P.O.D.
Testify (2006)
Attention : ce disque est formidable




DISTURBED
Ten Thousand Fists (2005)
Le Painkiller du troisième millénaire !


Marquez et partagez




 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Aj Cavalier (chant)
- Adam Zadel (guitare)
- Shaun Glass (guitare)
- Tim King (basse)
- Tom Schofield (batterie)


1. Fight For Life
2. Give It Up
3. Pick Me Up
4. The Last Chance
5. True Self
6. Hear Me
7. Forever Dead
8. Let Go
9. Until It's Over
10. Jaded
11. Threw It Away
12. One Last Song



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod