Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (4 / 15)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


OBTAINED ENSLAVEMENT - Witchcraft (1997)
Par JULIEN le 24 Août 2005          Consultée 3454 fois
S’il fallait élire une épithète pour qualifier le « Witchcraft » des norvégiens d’OBTAINED ENSLAVEMENT, "rare" serait certainement le lauréat... car tout est rare sur ce disque, qui peut se prévaloir d’un statut culte !

Alors bien sûr, il faut consentir à quelque effort pour commencer. Je veux parler de cette pochette de fort mauvais goût, dont la photo et les couleurs fleurent bon le moisi... s’il fallait d'ailleurs trouver un véritable défaut (souvent injustement rédhibitoire, bien malheureusement) à ce monument de majesté Black Symphonique, ce serait bien cette pochette trompeuse, digne du plus grotesque des combos de seconde zone... alors qu’OBTAINED ENSLAVEMENT se hisse, avec son « Witchcraft », au sein même de l’élite du Black, rien de moins !

Oui, il faut l’entendre au moins une fois, cette tempête de Black Symphonique jettant son déploiement de claviers, de flûtes et de pianos en cascades, sur une rythmique véloce et puissante... cette bourrasque amplifiée par le jeu de batterie obstiné de Torquemada et le travail guitaristique approprié de Doden et Heks (ce dernier étant le compositeur principal de ce disque)... Oui, il faut l’entendre, cette ode riche et très dense à la nuit, piquetée des motifs mystérieux qui sont la propriété d'une collection de constellations... sans oublier cette haine véhiculée par le chant Black de Pest, qui a l’obligeance d’affoler ses cordes vocales tout en restant assez en retrait, laissant aux claviers et aux guitares le soin d’alpaguer et guider l’auditeur dans ce labyrinthe sonore foisonnant, tapissé de musique Classique... Et si tous les morceaux sont de qualité, les "Veils Of Wintersorrow", "From Times In Kingdoms..." et autre "Carnal Lust" sont, pour moi, tout bonnement inoubliables, à l'instar de l'introduction majestueuse à "The Seven Witches", du "Prelude Funebre" et ses claviers en ouverture de l'album et, surtout, du sublîme morceau de piano concluant - avec délicatesse - cette symphonie céleste : "O'Nocturne".

Et puisque nous parlons de Black symphonique, comment ne pas évoquer en effet le nom du maître du Black à mon sens - j’ai dénommé, EMPEROR - à l’écoute de ce « Witchcraft » ? Car s’il est une œuvre référentielle à laquelle on peut songer ici, c’est probablement à l'inatteignable "Anthems To The Welkin At Dusk" ! En effet, « Witchcraft » (produit d'ailleurs par Pytten, au Grieghallen) sonne un peu comme si le EMPEROR d’alors avait trempé ses mains dans le bain cosmique d’un MUNDANUS IMPERIUM, en fouettant le tout d’une intensité guitaristique et d'une certaine sensibilité épique qui pourraient renvoyer à ABIGOR (OBTAINED ENSLAVEMENT recourt d’ailleurs également à quelques percussions guerrières, spécialité des démons autrichiens)... Ce qui ne prélève en rien quelque tribut sur la matière originale de cette entité norvégienne, qui réalise ici le tour de force de ciseler un Black nanti d’une véritable personnalité, inimitable et glorieuse, luxuriante en diable... une personnalité dont l’un des traits demeure l’absence d’un assujetissement total à l’obscurité : Même dans ses instants les plus furieux en effet, les norvégiens font miroiter, dans le ciel noir peint par « Witchcraft », mille feux étincelants irriguant en permanence cette oeuvre d'un chant mélodieux à l'étreinte de jais... en celà, « Witchcraft » atteint les cîmes du Black symphonique, sans pour autant se délester d’une beauté imposante et plus majestueuse que véritablement ténébreuse... pas toujours si éloignée que ça d’une esthétique rappelant l’ARCTURUS des débuts, l’agressivité en plus.

Il faut toutefois vous prévenir chers lecteurs que l’excellence se monnaie... et dans le cas d’OBTAINED ENSLAVEMENT la note s’avère salée ! Car ce disque complexe, exigeant de l'auditeur qu'il se plie à l'effort d'écoutes répétées, demeure de surcroît particulièrement difficile à dénicher ! Si d’aventure votre heureux chemin venait ainsi à en croiser un exemplaire, n’hésitez surtout pas à vous en porter acquéreur... et si vos oreilles devaient rester insensibles à cette pépite de Black symphonique tout en éboulis de claviers et de guitares, à des lieux de cette soupe Black symphonique moderne sans aspérités, conservez quand même précieusement ce disque... Le monde regorge de pauvres âmes en quête de telle beauté... et qui seront assurément saisies de félicité à l’idée de pouvoir se procurer, par votre biais, ce monstre de Black Symphonique auquel il manque à mon sens, dans cette quête d'absolu, l'un ou l'autre instant de respiration ennivrant venant compenser une pluie cosmique à l'épaisseur parfois assommante. Ce qui n'empêche toutefois pas OBTAINED ENSLAVEMENT d'accéder ici aux sphères majeures du Black, et d'y laisser sa signature mémorable. Superbe album !

Note : 4.5/5




Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   MEFISTO

 
   (2 chroniques)



- Pest (chant)
- Doden (guitare)
- Heks (guitare, instruments additionn)
- Torquemada (batterie)
- Tortur (basse)


1. Prelude Funebre
2. Veils Of Wintersorrow
3. From Times In Kingdoms...
4. Witchcraft
5. Warlock
6. Torned Winds From A Past Star
7. Carnal Lust
8. The Seven Witches
9. O’nocturne



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod