Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Haemorrhage, Exhumed, Impaled
- Membre : Firebird, Trigger The Bloodshed, Candlemass, Carnage, Aosoth, Spiritual Beggars
- Style + Membre : Napalm Death, Aborted, Arch Enemy, Brujeria

CARCASS - Necroticism-descanting The Insalubrious (1991)
Par POSSOPO le 2 Mai 2004          Consultée 7905 fois
Mais dieu que ce mélange des genres est réussi. CARCASS n’est plus un horrible combo de grindcore dont l’écoute des albums serait réservée à une élite seule capable d’apprécier le beau dans le laid et n’a pas encore perdu cette odeur de soufre si particulière pour s’asperger d’un flacon d’eau de Cologne aux effluves heavy thrash à la fragrance agréable mais s’éventant après quelques ouvertures.

Necrotism-Decanting The Insalubrious est exactement à mi-chemin entre le putride Symphonies Of Sickness et le policé Heartwork et cette voie médiane donne une recette imparable.

Du premier sont extraits les guitares grésillantes, instrument de torture à l’efficacité encore accentuée par un sens de la mélodie dont je soupçonne Michael Amott d’être le principal artisan et que l’on retrouvera sur le second. Les riffs saupoudrés de vice sont moins outrageusement clinquants que ceux dont Heartwork regorge et plus précis que sur Symphonies Of Sickness. Le meilleur des deux mondes, en somme. Les soli prennent une nouvelle importance et le musicien susnommé doit une nouvelle fois être complimenté pour la minutie des motifs proposés.

L’imagerie du groupe est également conservée comme en atteste la pochette à l’esthétique choquante mais pleinement réussie et les textes répulsifs. Les intros malsaines servent ô combien une atmosphère répugnante. Soit dit en passant, tout ce travail autant boucher que chirurgical provient de l’esprit de purs végétariens.

Le dialogue imparfait et brouillon du précédent opus entre Jeff Walker et Bill Steer s’est transformé en un discours plus élaboré où chacun fait étalage de sa verve sans empiéter sur la démonstration de l’autre. Les immondes borborygmes du guitariste sont d’ailleurs malicieusement mis en retrait par Colin Richardson qui effectue ici un travail d’orfèvrerie. Ceux-ci, utilisés avec plus de parcimonie qu’auparavant, apportent alors un cachet délicieux au lieu d’encombrer inutilement le spectre sonore. L’organe vocal original et infect du bassiste est au contraire intelligemment mis en avant.

Le producteur dont je viens de parler a réussi ce tour de maître qui consiste à mêler pestilence et raffinement. Le son est clair, mais cette netteté laisse transparaître de nombreuses aspérités qui manquent un peu au successeur de cet ouvrage.

Si vous souhaitez vous faire une idée rapide de la valeur de Necrotism-Descanting The Insalubrious, ruez-vous sur les plages deux et cinq pour écouter ces plans de guitare imparables exhalant un parfum enivrant et fétide qui résument assez bien la qualité de l’ensemble de ce disque...pervers.

Grindcore mais moins pataud que NAPALM DEATH, death metal mais moins lourd que MORBID ANGEL, CARCASS prend place au panthéon de l’extrême vêtu d’un costume élégant et pourtant poisseux. Son allure est aussi distinguée que vicelarde et tous les yeux se tournent sur ce psychopathe instruit dont on connaît la dangerosité et qui charme toutes ses victimes en les auscultant de manière impudique. Un disque ignoble mais dont il est impossible de se passer.




Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Jeff Walker (chant, basse)
- Bill Steer (guitare)
- Mike Amott (guitare)
- Ken Owen (batterie)


1. Inpropagation
2. Corporal Jigsore Quandary
3. Symposium Of Sickness
4. Pedigree Butchery
5. Incarnated Solvent Abuse
6. Carneous Cacophony
7. Lavaging Expectorate Of Lysergide Compos
8. Forensic Clinicism/the Sanguine Article



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod