Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (417)
 Chaîne Youtube (642)

HEAVY LOAD - Riders Of The Ancient Storm (2023)
Par DARK SCHNEIDER le 9 Janvier 2024          Consultée 1519 fois

Brrr... Ce souffle glacial qui me fait frémir... Ces rafales annonciatrices d'un fléau venu du Nord... Cette tempête destructrice et ces hommes qui en surgissent, chevauchant des destriers mécaniques ! Et oui, HEAVY LOAD est de retour ! Les pionniers de l'Epic Metal, ceux qui n'ont pas attendu la sortie d'un film de barbare pour se vêtir d'oripeaux guerriers. On les avait oublié à une époque, presque condamnés à n'être qu'une note de bas de page dans le grand livre du Metal, mais les revoilà fiers et conquérants, reprenant le marteau de Thor qui prenait la poussière. "Riders Of The Ancient Storms" s'impose aussitôt comme un chef d'oeuvre du genre, c'est un mur de bouclier qui avance implacablement, écrasant tout sur son passage et qui... Bon, on va se calmer.

HEAVY LOAD est de retour et franchement, c'est trop bien. Comme beaucoup de groupes ayant connu une carrière assez courte, celle d'HEAVY LOAD avait un goût d'inachevé. Comme je l'indiquais dans la chronique du single "Monsters Of The Night" le combo travaillait sur un successeur à "Stronger Than Evil", mais les choses ne se sont pas passées comme prévu. Depuis, le temps s'est écoulé, le contexte a changé et les Suédois ont sans doute retrouvé de la disponibilité pour réveiller la bête. Cette reformation remonte déjà à quelques années, mais je ne pensais pas que cela aboutirait à autre chose qu'à quelques concerts, c'est donc une grande satisfaction de voir qu'HEAVY LOAD ait pu réaliser ce quatrième album tant attendu.

Ils ont pris leur temps, un peu trop même, c'est en partie cette lenteur qui fait que leur ancien frère d'arme Eddy Malm n'a pas souhaité participer à cette reformation et a préféré faire son truc de son côté (il a publié un album en 2016). Les frères Wahlquist sont bien sûr toujours là, au premier rang, ce sont eux l'âme du groupe, mais l'absence de la troisième voix qu'était Malm est tout de même une petite déception : on ne retrouvera pas tout à fait le HEAVY LOAD d'antan. Bon, son remplaçant, Nic Savage, n'est pas le perdreau de l'année puisqu'il a tout de même deux albums avec STEELWING à son actif, mais il ne chante pas. Le line-up est donc plutôt solide, surtout que le blond bassiste Torbjörn Ragnesjö a accepté de reprendre sa place auprès de ses cousins (vraiment une histoire de famille ce groupe).

Mais voilà, HEAVY LOAD allait-il réussir à renouer avec l'inspiration d'antan ? La réponse n'est pas si évidente, car cet album apporte son lot de nouveautés qui peuvent surprendre, la nostalgie n'est pas sa seule raison d'être.

Ainsi, "Ride The Night" ouvre l'album de la meilleure des façons, c'est exactement le titre que l'on pouvait attendre d'eux, vraiment un morceau conquérant qui rappelle les deux facettes du groupe : l'esprit biker et le feeling guerrier (la pochette de l'album le symbolise bien). C'est franchement excellent. Cela dit, l'enchainement avec le bien plus tranquille "We Rock The World" donne presque le sentiment que le groupe saborde aussitôt son drakkar (oui oui je sais, le terme n'est pas "histo"). La rupture est un peu troublante, mais au final plutôt satisfaisante. Ce morceau rappelle qu'HEAVY LOAD est un groupe dont les racines sont solidement ancrées dans les 70s, il n'avait jamais sonné aussi bluesy depuis "Full Speed At High Level".

C'est que cet album ne contient que sept morceaux ; ça parait peu mais la durée atteint tout de même les 40 minutes, totalement pensé pour le vinyle, auquel on peut ajouter le bonus "Butterfly Whispering" uniquement dispo sur les version CD et numériques, un long instrumental acoustique complètement inutile, oublions-le. Mais donc en sept morceaux, HEAVY LOAD va nous proposer un album très varié, chaque titre ayant une approche différente. Une très bonne idée, d'autant que le groupe parvient à être convaincant dans tous les registres abordés.

Ainsi "Slave No More" est un morceau de Doom Metal tout ce qu'il y'a de plus pesant, peut-être un peu long (mais bon, c'est le Doom !). Le Doom n'est pas quelque chose d'étranger pour les frères Wahlquist puisqu'ils sont tout simplement les producteurs de certains des albums les plus fameux de CANDLEMASS. On retrouve ici cette vibe "Epic Doom" que n'aurait sans doute pas renié non plus un certain GRAND MAGUS. "Angel Dark" surprend également en raison de ses choeurs et de son ambiance générale qui évoque beaucoup URIAH HEEP (ah, ces harmonies vocales !). Certes, HEAVY LOAD donne ici un peu trop l'impression de vouloir rendre hommage à ses influences, mais franchement, URIAH HEEP, ce n'est pas franchement la source d'inspiration que l'on entend le plus chez les groupes de Hard/Heavy, donc ça confère un soupçon d'originalité.

Impossible de ne pas évoquer l'implacable "Dalhalla Warriors", un titre écrit dans les 80's et qui réutilise ici des orchestrations (violons et tout le toutim) issues d'une vieille démo d'époque, il comble toutes les espérances de ceux qui veulent de l'épique dans la lignée d'une ode comme "Heathens From The North". Enfin le galopant "Raven Is Calling" et le mélancolique "Sail Away" sont aussi de très bonne facture.

Ce qui va aussi beaucoup surprendre les habitués du groupe, ce sont les claviers orchestraux de Ragne Wahlquist, très présents, au même niveau que les guitares. Le son des guitares a également quelque chose de spécial, difficile à décrire mais cela manque peut-être un peu d'esprit Rock'N'Roll, car le tout est très travaillé. Il faut dire que nos musiciens sont des hommes de studio, des producteurs, et que les frères Wahlquist ont passé des heures à peaufiner leur son, pour obtenir une stéréo très large (et c'est réussi), mais ce qui se fait forcément un peu à l'encontre de la spontanéité.
En revanche, les prestations vocales de Ragne et Styrbjörn sont plus que satisfaisantes, ce qui n'était certainement pas un moindre défi pour la formation, surtout en raison de l'absence d'Eddy Malm (qui lui aussi a gardé de très bonnes capacités vocales).

"Riders Of The Ancient Storm" ravive certes le passé, mais pourtant parvient aussi l'exploit d'imposer une certaine fraicheur grâce à son approche éclectique et inspirée du Heavy, et ce en seulement une poignée de morceaux. Un album tout à fait recommandable qui ne fera qu'accroitre la légende de ces pionniers du Metal suédois.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


RATA BLANCA
Magos, Espadas Y Rosas (1990)
Le grand classique de RATA BLANCA




DIO
Holy Diver (1983)
Premier album solo du lutin à la voix d'or

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Ragne Wahlquist (chant, guitare, claviers)
- Niclas Sunnerberg (guitare)
- Torbjörn Ragnesjö (basse)
- Styrbjörn Wahlquist (chant, batterie)


1. Ride The Night
2. We Rock The World
3. Walhalla Warriors
4. Angel Dark
5. Slave No More
6. Raven Is Calling
7. Sail Away
8. Butterfly Whispering



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod