Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2002 Beyond Reality
2003 1 Ocean's Heart
2005 Difference
2008 Phoenix
2011 Epsilon
2022 Everlasting Flame
 

- Style : Stratovarius, Sonata Arctica
- Membre : TerÄsbetoni, Status Minor, The Dark Element, Catamenia, Battle Beast, Anthriel, Northern Kings
- Style + Membre : Ultimatium, Burning Point, Thaurorod

DREAMTALE - Everlasting Flame (2022)
Par JEFF KANJI le 25 Août 2022          Consultée 954 fois

Dans ces groupes finlandais, c'est pas compliqué ; il y a généralement un maître à penser de qui les idées viennent, et un effectif de musiciens compétents assemblé autour. Chez DREAMTALE c'est l'un des deux guitaristes, le seul constant depuis la création du groupe il y a maintenant vingt-trois ans, Rami Keränen. Il a cependant depuis quelques années le soutien de poids de son claviériste Akseli Kaasalainen, et il faut bien ça, entre valse des vocalistes et des autres zicos, trois chanteurs ayant fait partie à un moment de l'aventure discographique de DREAMTALE, de l'effectif d'apparence plutôt stable de "Seventhian… Memories Of Time" personne n'est rescapé.

Il faut dire que contrairement à ce que l'on pourrait penser de prime abord, DREAMTALE fait partie de cette génération à avoir explosé début 2000s mais pas de ceux qui ont splitté dans l'indifférence générale. Il serait exagéré que de dire que, passé "Difference", DREAMTALE a réussi à maintenir sa popularité de groupe de seconde division, opportunément boostée par la collaboration de Jarko Ahola son chanteur d'alors, aux deux albums de NORTHERN KINGS. Cependant, il est de ceux qui n'ont pas connu de silence discographique de dix-quinze ans, comme les FRETERNIA, INSANIA, EXCALION ou autres ULTIMATIUM de sa génération. "Everlasting Flame" est certes le premier album depuis 2016, mais c'est le huitième album d'un groupe resté actif, et qui, ô surprise, parvient à faire lever plus qu'une paupière.

Et pourtant, il est difficile de se remettre d'une telle erreur de jugement. Je veux parler de la première piste, "King Of Kings", nullissime, et revue des dizaines et dizaines de fois par le passé. Facilement le pire morceau de "Everlasting Flame", qui en sus d'être extrêmement dynamique, de comporter quelques hymnes particulièrement mémorisables et puissants, se présente avec un line-up assez inédit, puisque désormais, deux vocalistes se partagent le job. Et si Jarno Vitri n'impressionne pas franchement sur le papier, il est très efficace dans son rôle et n'a pas de leçons à recevoir vocalement, seul son timbre, pas assez caractérisé, empêche sans doute de le rendre pleinement identifiable. En revanche, il n'en est pas de même pour la chanteuse qui rejoint l'effectif, puisqu'il s'agit ni plus ni moins que de Nitte Valo, oui, la première chanteuse de BATTLE BEAST, qui avait su me séduire à l'époque de "Steel", qui retrouve avec DREAMTALE, mais surtout avec cet album, une ambition à sa mesure.

Car si "King Of Kings" doit être oubliée, le second titre "Blood Of The Morning Star" ne fait pas de quartier, entre ses lignes vocales acérées, la complémentarité plus que la dualité (ce qui peut surprendre au départ) avec Jarno Vitri, son refrain en deux temps absolument phénoménal, qui trouve cette ouverture vers l'allégresse et la sensation de grands espaces que peut procurer le Speed, comme on aimait à évoquer ce style, fort généreux en tempi doublés et en grosse caisse frénétique. À ce moment, DREAMTALE requiert toute notre attention avec autorité, et il fait bien, car c'est le véritable départ d'une écoute rythmée, plaisante. Et jusqu'à "Shadow Goes Too Far" c'est une leçon d'efficacité. Des mélodies sur des tempi échevelés et des riffs marqués, rien de franchement nouveau, mais la vache ! Il sort toujours de temps en temps quelques œuvres vivifiantes de ce Speed Mélodique finlandais (CROMONIC en 2017, ARION en 2018 et j'en oublie sûrement), et le millésime 2022 sera il me semble évident dominé par le "Everlasting Flame" de DREAMTALE.

L'album sait à la fois user des artifices sonores que l'on aimait tant dans le Power d'il y a vingt ans, mais sans oublier les sons plus modernes (enfin modernes… Je parle de ces sons qui font très jeu vidéo et que je supporte difficilement chez GLORYHAMMER), et parfois ça fonctionne car DREAMTALE n'en abuse pas (l'incroyable "Silent Scream" porté à bout de bras par une Nitte Valo impériale), et quand les Finlandais ont la main un peu lourde, ça donne le très BATTLE BEASTien "Summer Rose" qui, sans surprise, fait figure d'étron sur ce disque qui possède une seconde partie non dénuée de faiblesses, mais sauvée soit par le classicisme ("Lady Dragon"), le fun à base de Humppa ("Tanhupullo"), ou encore les relents folkisants et un imaginarium inépuisable ("Pirates' Lullaby").

Un disque inattendu, auquel je n'aurais jamais donné sa chance initialement, comme quoi, on est parfois un peu long à la détente sur Nightfall, mais c'est ici pour le meilleur ! Un disque qui finira sans aucun doute dans les Surprises de mon Metalhit 2022.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


GALNERYUS
Into The Purgatory (2019)
Tentation Prog ; hmmm gros potentiel




EXLIBRIS
Humagination (2013)
Et si ROYAL HUNT avait fait du Power ?


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jarno Vitri (chant)
- Nitte Valo (chant)
- Akseli Kaasalainen (claviers)
- Zsolt Szilágyi (guitare)
- Mikko Hepo-oja (basse)
- Arto Pitänen (batterie)
- Rami Keränen (guitare, chœurs)
- -
- Sanna Natunen (chœurs)


1. King Of Kings
2. Blood Of The Morning Star
3. Last Goodbyes
4. Ghostride
5. Immortal Souls
6. No Shadow Goes Too Far
7. Summer Rose
8. The Glory
9. Eye For An Eye
10. Lady Dragon (2022)
11. Silent Scream
12. Tanhupullo
13. Sleeping Beauty (2022)
14. Pirates' Lullaby



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod