Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK / METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Brymir
- Style + Membre : Burning Point, Beast In Black
 

 Site Officiel (368)
 Myspace (302)
 Chaine Youtube (844)

BATTLE BEAST - Circus Of Doom (2022)
Par STEPHEN PAGE le 5 Mars 2022          Consultée 1149 fois

Trois ans après un bon "No More Hollywood Endings" qui se voulait foncièrement moins Heavy que "Bringer Of Pain" BATTLE BEAST revient avec sa nouvelle offrande "Circus Of Doom".
BATTLE BEAST est typiquement le genre de groupe qu’on adore détester en public et qu’on prend plaisir à écouter chez soi comme un vilain petit cachotier. Ça me rappelle les a priori que nous avions quand nous parlions de BON JOVI et qu’on avait la honte d’avouer qu’on aimait bien de peur de passer pour une glamouze (vocabulaire des années 80 et 90).

La recette de BATTLE BEAST est assez audacieuse et pour le coup totalement assumée. Prenez le meilleur de la Pop des années 80, mélangez avec une pincée de NIGHTWISH, ajoutez-y une grosse cuillère à soupe de Power Metal et vous obtiendrez au gramme près ce que propose BATTLE BEAST. Il faut dire que les albums précédents réussissaient à mélanger ces genres de manière assez homogène. Mais depuis le départ d’Anton Kabanen, guitariste et membre fondateur du groupe, qui est parti fonder BEAST IN BLACK, le côté popisant du groupe est clairement mis en avant et pour ce "Circus Of Doom" ce côté Pop est encore plus prédominant. C’est bien simple, si on enlève les guitares on se croirait revenu dans les années 80 avec son lot de morceaux genre "When The Rain Begins To Fall".

Qu’on ne se méprenne pas, il y a quantités de riffs dans la plus pure tradition Heavy Metal, "Armageddon" en tête mais ils se retrouvent souvent plombés par des refrains bien trop mielleux. Prenons par exemple le morceau titre "Circus Of Doom". Il débute par un riff vraiment énorme puis il se retrouve noyé par un break made by SURVIVOR comme sur la B.O de "Rocky". Et ceci est quasiment symptomatique de tous morceaux. "Wings Of Light" ressemble à "World Of Fire" de l’album précédent et au final je ressors de l’écoute de cet album avec une sensation de déjà-entendu. Sur le "Eye Of The Storm" j’ai même eu l’impression d’écouter le "Storytime" de NIGHTWISH, impression encore plus renforcée avec la thématique du cirque.

Pourtant et c’est là qu’est toute la contradiction : j’ai quand même pris un certain plaisir à l’écoute de cet album.

Il faut dire que les musiciens de BATTLE BEAST sont bons, voire très bons. Noora est une chanteuse exceptionnelle capable de véritables prouesses vocales. Sa montée sur le break de "Where Angels Fear To Fly" est une pure merveille. Tantôt agressive, tantôt douce, elle a ce don de sublimer un morceau. Et que dire de ses performances scéniques !!! Les arrangements sont vraiment bons, les claviers de Janne Bjorkroth sont très présents et souvent pertinents tandis que les solos sont quant à eux toujours excellents ("Freedom").

On sent que le groupe en a sous le pied, et c’est justement ce qui me chagrine. Réécoutez les "Speed And Danger" et autres "Bringer Of Pain" pour vous rendre compte de ce dont le groupe est capable. Cet album sent le fan-service à plein nez. Non pas que ce soit mauvais, c’est même rudement bien fichu, les morceaux sont tous calibrés en format single histoire qu’ils nous rentrent bien dans la tête, aucun ne dépasse les cinq minutes, mais on sent que le groupe a volontairement appuyé sur la pédale de frein afin de ne pas sortir de son carnet de route.

Il en ressort donc un avis très mitigé. D’un côté nous avons un groupe extrêmement talentueux, qui a un savoir-faire indéniable mais de l’autre nous avons ce sentiment de facilité, de déjà-entendu ainsi qu’une volonté de plaire au plus grand nombre. Je sais que cette démarche est parfaitement assumée, et c’est tout à leur honneur (le groupe le revendique lui-même) mais à force de nous servir la même soupe depuis trois albums on commence à frôler l’indigestion.
À noter que la version Deluxe propose deux morceaux supplémentaires : "The Lightbringer" et le très speedé "Tempest Of Blades" qui aurait vraiment fait du bien sur la version standard de l'album.

A lire aussi en POP ROCK / METAL :


RAINTIME
Psychromatic (2010)
Chant du cygne d'un mutant : remarquable.




WALLS OF JERICHO
Redemption (2008)
Alors là, j'l'avais pas vu venir !


Marquez et partagez




 
   STEPHEN PAGE

 
  N/A



- Juuso Soinio (guitare)
- Pyry Vikki (batterie)
- Eero Sipilä (basse)
- Janne Björkroth (claviers)
- Noora Louhimo (chant)
- Joona Björkroth (guitare)


1. Circus Of Doom
2. Wings Of Light
3. Master Of Illusion
4. Where Angels Fear To Fly
5. Eye Of The Storm
6. Russian Roulette
7. Freedom
8. The Road To Avalon
9. Armageddon
10. Place That We Call Home



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod