Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Brymir
- Style + Membre : Burning Point, Beast In Black
 

 Site Officiel (129)
 Myspace (126)
 Chaine Youtube (174)

BATTLE BEAST - Unholy Savior (2015)
Par DARK SCHNEIDER le 8 Février 2015          Consultée 3315 fois

Bon, désolé, mais là franchement c'est raté. Sérieux, c'est quoi ce bordel ? Vous aviez toutes les cartes en main, toutes ! Du talent à revendre, un potentiel de composition évident, de l'énergie à ne plus savoir qu'en faire, une chanteuse à faire rougir nos darons, et puis même ce clavier qui rendait votre zic toute personnelle. Et ce n'est pas Joakim Broden qui nous dira le contraire, lui qui est manifestement tombé sous le charme. Alors pourquoi ce "Unholy Savior" ?? Pouuuuuurquoi ?? Moi pas comprendre. Merde, ce disque, ce devait être celui de ze reconnaissance, celui qui devait enfin faire taire les rageux, ouais, les mêmes qui chiaient sur SABATON et qui ont été obligés de se la boucler après que ces derniers aient sorti un "Heroes" qui bute. Sauf que non. Vous savez c'est quoi votre problème ? Vous vous êtes reposés sur vos lauriers, et oui, comme les bons élèves à l'école qui pensent avoir un talent qu'ils n'ont pas. Car vous êtes bons, mais vous n'êtes pas des génies. Il vous faudra bosser, tout le temps, si vous voulez continuer d'exister.

Voici donc tout ce qui ne va pas sur votre bouzin. Ce morceau d'ouverture là, mouais, il est sympa, c'est sûr, c'est pas aujourd'hui qu'on va vous surprendre à accoucher d'une daube dès une entame de disque. Sauf que...vous avez déjà oublié "Let It Roar" qui était juste un milliard de fois plus puissant ! Et ce "I Want The World... And Everything In It", a peu près dans la même veine, oui c'est efficace, surtout l'alternance chant de troll/chant féminin agressif, il porte même bien son titre tellement on a envie de conquérir le monde à son écoute. Mais une fois de plus, ce n'est qu'une redite. On peut apprécier, se sentir fort, voire même être au bord de la jubilation extatique avec le poing levé haut vers le ciel, cependant ça ne marche qu'un temps. Car le souvenir du deuxième opus nous revient rapidement en mémoire, et pas de bol : c'était mieux avant. Le pire c'est que ce constat est valable pour une bonne moitié du disque, "Speed And Danger" par exemple, il n'aurait même pas été pris en bonus sur l'éponyme.

Alors, tout de même, on sent que vous avez tenté quelques trucs. Les deux titres promos, là, qui ont fait l'objet d'une vidéo, ils se détachent clairement du reste. "Madness", c'est speed, ça pulse, Noora Louhimo s'éclate, et on en redemande. Et puis surtout ce "Touch In The Night" : de l'Eurovision Metal du meilleur niveau, totalement assumé et vous avez bien raison. Vous dégainez l'artillerie lourde en matière de kitsch et de claviers, à croire que vous cherchez à imiter AMARANTHE, sauf que vous êtes bien meilleurs. Vous voyez : quand vous voulez, vous pouvez. Dommage qu'à côté de ça vous accouchez d'un "Hero's Quest qui rappelle un peu les orchestrations des derniers TURISAS mais est d'une niaiserie que même Luca TURILLI n'en aurait pas voulu. Sérieux, que vient faire ce ridicule instrumental sur votre album ? Répondez, par pitié, j'en fait des cauchemars. Mêmes les rôlistes les plus geeks qui soient n'en voudraient pas. A la rigueur, ça pourrait servir de bande son à vieux jeu vidéo 8 bits. Et le calvaire continue avec les deux ballades pleines de glucoses, même pas mielleuses car au moins le miel ça a du goût, non juste du gros sucre dégueulasse qui colle aux dents. Je vous rappelle juste que ce n'est pas avec des ballades comme cela que SCORPIONS et METALLICA ont percé dans les charts mainstream, non non. Eux ils ont réussi car leurs ballades étaient merveilleuses, ce qui est loin d'être votre cas, vraiment.

Au moins, cette foi-ci, vous ne vous êtes pas servis allègrement chez vos aînés. Pas de riffs pompés par-ci par-là, du moins je n'en ai pas détecté. Et puis le titre éponyme de votre album est une réussite, il faut bien l'admettre : du classique mais du solide, avec un chouette travail au niveau des orchestrations.

Voilà, c'est quand même dommage de rater autant le coche. Un peu plus d'application aurait suffit. Sérieusement, réécoutez votre album éponyme, enchaînez sur celui-ci, faites la comparaison : c'est juste évident que votre second opus est nettement supérieur. Allez, j'ai encore confiance en vous. Donc pour le prochain album, il faut aller de l'avant en creusant encore plus le filon de l'Eurovision Metal qui fera frémir tous les Trues, tout en continuant l'épique sans que ça sonne kitsch, et ne pas pondre des titres de Heavy classiques qui ne sont que de la redite utilisant les mêmes grosses ficèles de fainéants. Compliqué d'assembler en un tout cohérent tous ces éléments ? Très certainement, mais si vous y parvenez le mérite sera d'autant plus grand. Alors, au boulot.

A lire aussi en POWER METAL :


ALKEMYST
Meeting In The Mist (2003)
Power metal




GAMMA RAY
Lust For Live (2016)
Le GAMMA RAY première période à son apogée


Marquez et partagez







 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Noora Louhimo (chant)
- Anton Kabanen (guitare)
- Juuso Soinio (guitare)
- Eero Sipilä (basse)
- Pyry Vikki (batterie)
- Janne Björkroth (clavier)


1. Lionheart
2. Unholy Savior
3. I Want The World... And Everything In It
4. Madness
5. Sea Of Dreams
6. Speed And Danger
7. Touch In The Night
8. The Black Swordsman
9. Hero's Quest
10. Far Far Away
11. Angel Cry



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod