Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMOSPHéRIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Myspace Officiel (1009)
 Site Officiel (872)
 Bandcamp (3569)

WOLVES IN THE THRONE ROOM - Primordial Arcana (2021)
Par VOLTHORD le 12 Février 2022          Consultée 1123 fois

WOLVES IN THE THRONE ROOM n'a depuis "Two Hunters" aucun équivalent à lui-même. Fondation qui lui donne toujours un point d'appui de taille, il ne semble jamais prêt à lâcher un seul bout de lest : l'inspiration est son essence autant que sa matière.

Faisons court : "Primordial Arcana" s'impose comme le digne successeur de "Thrice Woven", dans les feuilles d'automne et la grêle, dans le brouillard d'hiver et les houles de printemps, WIITR conjure toujours cette nature primaire, dans un élan toujours aussi féroce que dramatique, et l’élève plus que jamais dans les cieux. Outre un ventre mou formulaïque, il est simplement captivant.

Une entrée en matière sinistre et dissonante, à la teinte presque islandaise ("Mountain Magick"), comme pour créer le mystère, ne laisse guère entrevoir la fondation mélodique qui sera nettement mieux incarnée par sa suite. L'incontournable "Spirit Of Lightning" et ses cordes tapées hypnotiques soutenant un riff à la mélancolie imperturbable, ses claviers habités ("Filosofemiens" à souhait) et son émotion immuable.

Première raison de ne certainement pas faire l'impasse sur cet album.

Après, le fameux ventre mou : "Through Eternal Fields", lui aussi, aurait pu vouloir se transformer en un Doom de fin de combat. Il délivre cependant un flot dont le riff semble à la fois battre en retraite et partir en guerre, laissant de ses cinq minutes une intention floue. Puis "Primal Chasm", court et sans prétention, et qui a ce double désavantage d'être court et sans prétention. Titre synopsis, titre "digest", équivalent musical de lire un roman classique par les résumés Sparknotes.

Mais nous voilà reparti, d'abord avec ce "Underworld Aurora", mid-tempo stellaire aux airs du "White Tower" de NOKTURNAL MORTUM, et ce chef d'oeuvre qu'est "Masters Of Rain And Storm", où un paysage sec, curseur plus Raw que Post, se fait balayer par cette mélodie atmosphérique et ce torrent de riffs, fertilisant le sol qu'il s'est empressé de dessécher. Break acoustique amenant ensuite sur une merveilleuse cavalcade, fuite en avant à travers les étoiles. La maîtrise scénaristique toujours admirable.

L'ambient étoilé de "Eostre" ferait la jonction idéale de cet album avec le meilleur album d'Ambient de l'année (j'ai nommé "Goddess" d'ARTHUROS), mais - à moins de vouloir très précisément enchaîner ses deux albums (ce qui est recommandable mais je m'égare) - nous laisse sur notre faim (dommage, "Celestite" reste un essai à part, on entendra pas de longue pièce ambient finale). Le bonus track "Skyclad Passage" fournirait alors cette fermeture intimiste, avec sa forme rituelle et bruitiste, mais dont on pourrait reprocher le caractère plus introductif que conclusif.

Donc "Primordial Arcana" a des hauts et des bas, ce qui de facto le rend plus faible en comparaison de ses solides prédécesseurs. "Thrice Woven" était un bloc imperturbable, chaque titre semblant répondre au suivant, quitte même à paraître trop dense. "Primordial Arcana" semble de ce point de vue tout aussi riche mais chaque titre plus clairement dissocié du suivant. On gagne en clarté, on perd dans la singularité de l'expérience. En cela, le ventre mou de l'album casse une forme de cohésion sur laquelle s'est toujours reposé le groupe. "Primordial Arcana" distille des excellents titres d'un excellent groupe, et s'il demeure incroyable par ce qu'il évoque, il est peut-être le seul album (l'expérimental "Celestite" mis de côté) de la carrière du groupe à ne pas perpétuer totalement la transe qu'il impose à ses fidèles.
En cela, on pourrait ironiser sur le fait qu'il soit plus streamable, plus streamlined. Ce serait chercher à se donner de la hauteur là où nous restons infiniment petits. Le Loup a toujours son Trône. Et on continuera à le répéter.

A lire aussi en BLACK ATMOSPHERIQUE par VOLTHORD :


UNEXPECT
In A Flesh Aquarium (2006)
Anarchie orchestrale délicieusement psychotique




SUMMONING
Oath Bound (2006)
Les démons du mordor s'éveillent à nouveau


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Aaron Weaver (batterie, basse, claviers)
- Nathan Weaver (chant, guitare, claviers)
- Kody Keyworth (guitare)


1. Mountain Magick
2. Spirit Of Lightning
3. Through Eternal Fields
4. Primal Chasm (gift Of Fire)
5. Underworld Aurora
6. Masters Of Rain And Storm
7. Eostre
8. Skyclad Passage



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod