Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  LIVE

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2021 Vera Cruz
 

- Membre : Harmony, Paul Dianno
- Style + Membre : Almah, Angra

Edu FALASCHI - Temple Of Shadows In Concert (2020)
Par JEFF KANJI le 15 Août 2021          Consultée 675 fois

Bon. Est-il encore besoin de présenter "Temple Of Shadows", ce prodigieux sursaut d'orgueil qui a prouvé avec classe qu'ANGRA pouvait exister malgré le départ de son vocaliste-compositeur André Matos ? Chef d'œuvre, pas du tout mésestimé comme j'ai pu le lire, régulièrement cité en tête des divers tops de fin d'année à l'époque, ce concept-album audacieux reste le dernier coup de maître d'ANGRA, qui n'a jamais réussi par la suite à atteindre ce niveau d'excellence. Et avec les déboires qu'il a connus, tant avec ses musiciens (aller-retour de Ricardo Confessori, départ d'Edu Falaschi, en proie à des problèmes vocaux de plus en plus fréquents, liés à une hygiène de vie incompatible avec la pratique d'une carrière de haut niveau, et enfin recrutement pour Kiko Loureiro dans MEGADETH).

Edu Falaschi avait pendant un temps rassemblé des forces autour de lui au sein d'ALMAH, qui s'est éteint dans une indifférence polie, alors même que Marcelo Barbosa n'allait pas tarder à devoir endosser la lourde charge de remplacer Kiko au sein d'ANGRA. Toutefois, entouré de Diogo Mafra et Raphael Dafras, il fonde un nouveau projet sous son propre nom et se voit rejoint par Aquiles Priester et Fábio Laguna, deux anciens collaborateurs d'ANGRA. Les quinze ans de la sortie de "Temple Of Shadows" approchant et la bande de Rafael Bittencourt n'ayant jamais particulièrement cherché à mettre ce disque en valeur sur scène, Edu saisit l'occasion d'en faire quelque chose de spécial en proposant une captation live avec orchestre pour rendre justice à la profondeur de l'album et affirmer par un gros coup de com' son retour sur le devant de la scène.

J'avoue que, naïvement, ma première crainte était de savoir quelle paire de guitaristes serait assez dingue pour s'attaquer au répertoire virtuose de la paire Bittencourt/Loureiro. Et pourtant, mes écoutes répétées de formations comme AQUARIA ou HIBRIA auraient dû me l'ancrer dans le crâne : le Brésil regorge de virtuoses, pour lesquels ce genre de répertoire semble être une formalité et la maîtrise de Roberto Barros et Diogo Mafra à de quoi estomaquer, sans oublier Raphael Dafras et sa basse à faire rougir Felipe Andreoli. À cet égard, ce petit monde qui reprend le Presto de l'Été des Quatre Saisons, c'est un hommage vibrant (sans doute involontaire) au "Vivaldi Tribute" de notre Patrick RONDAT, qui goûterait sans doute cette version avec délectation. Et quel bonheur de retrouver le Namibien de naissance Aquiles Priester, toujours au top niveau, et qui nous régale de tous ses gris-gris dont il avait déjà copieusement orné l'album à l'origine (et ce jeu de grosse caisse bon sang). Ajoutez à cela la présence de deux des vocalistes invités initialement (et pas des moindres) ainsi que Michael Vescera pour reprendre les lignes d'Hansi Kürsch (le grand absent de cette manifestation qu'il aurait sans doute beaucoup appréciée), un percussionniste et un orchestre au son plein et riche, et vous avez a priori les cartes en main pour passer un excellent moment.

Le basse-batterie est d'une solidité à toute épreuve (que ce soit sur "Angels And Demons" ou "Winds Of Destination" ça plaisante pas), et l'ensemble est des plus disciplinés et compacts, autant que le mix s'avère performant, malgré quelques petits soucis de niveau pour les guitares en début de concert, mais davantage pendant les soli que les rythmiques. Mais le plus inquiétant concernait peut-être finalement la voix d'Edu, qui, déjà en proie à des soucis il y a dix ans, eût pu avoir été endommagée définitivement, d'autant que le blondinet approchait les cinquante berges. Et de ce point de vue, la surprise est plutôt bonne, il révèle même une théâtralité que je ne lui soupçonnais pas, dans les graves notamment ("The Shadow Hunter") et il nous sort le grand jeu avec Kai Hansen sur "The Temple Of Hate" un hymne Power comme il s'en écrit trop peu. D'autant que le père Hansen apparaît dans une assez bonne forme. Nul doute que le planning plus léger de GAMMA RAY sollicite moins son organe, qui depuis dix ans connaissait une lente dégradation. À noter que pour aider à la bonne retranscription, tout ce beau monde joue un demi-ton plus bas qu'en 2005, mais on ne peut pas dire que cela présente le moindre inconvénient à l'écoute.

Le gros de ce concert est évidemment la récitation de "Temple Of Shadows" qui connaît peu de bouleversements, avec le choix de présenter "Gate XIII" comme une ouverture plutôt que comme une conclusion, ce qui ouvre la voie au dernier tiers du concert, pas négligeable puisque sur "Late Redemption" Edu partage la scène avec le chanteur Guilherme Arantes et va jusqu'à lui permettre de reprendre l'un de ses propres titres avec lui. Edu en profitera, et il a bien raison, pour placer les deux titres de son EP, sorti un an plus tôt (le concert a été capté le 4 mai 2019) et finir avec deux titres de "Rebith" dont un "Nova Era" toujours aussi définitif.

On ressort de l'expérience plutôt conquis, d'autant que la captation vidéo est de qualité, même si elle montre un Edu toujours un peu bordélique dans son jeu de scène qui n'a pas beaucoup changé, de même que sa longue chevelure blonde. Et quitte à se faire des ennemis, si on devait comparer ce disque au "Angels Cry 20th Anniversary" sorti par ANGRA en 2013, avec lui aussi trois membres présents à l'origine, la balance, de façon bien inattendue, penche clairement du côté d'Edu FALASCHI.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


PYRAMAZE
Contingent (2017)
Les beaux jours devant soi




GALNERYUS
Angel Of Salvation (2012)
L'étincelante porte d'entrée


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Edu Falaschi (chant, guitare acoustique)
- Raphael Dafras (basse)
- Roberto Barros (guitare)
- Diogo Mafra (guitare)
- Fábio Laguna (claviers)
- Aquiles Priester (batterie)
- -
- Kai Hansen (chant sur 8)
- Sabine Edelsbacher (chant sur 10)
- Michael Vescera (chant sur 11)
- Tiago Mineiro (claviers sur 12)
- Guilherme Arantes (chant & piano sur 14-15)
- Marcus César (percussion)
- Adriano Machado (orchestrations)


1. Symphony N°5 In Cm – Allegro Con Brio
2. Gate Xiii
3. Deus Le Volt!
4. Spread Your Fire
5. Angels And Demons
6. Waiting Silence
7. Wishing Well
8. The Temple Of Hate
9. The Shadow Hunter
10. No Pain For The Dead
11. Winds Of Destination

1. Sprouts Of Time
2. Morning Star
3. Late Redemption
4. Planeta Água
5. Violin Concerto In Gm – Four Seasons (summer - Pre
6. Streets Of Florence
7. The Glory Of The Sacred Truth
8. Rebirth
9. In Excelsis
10. Nova Era



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod