Recherche avancée       Liste groupes



      
MELODEATHPOWERPOP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Temperance, Universal Mind Project
- Membre : Dream Evil
- Style + Membre : Cyhra
 

 Site Officiel (581)
 Myspace (383)
 Chaîne Youtube (616)

AMARANTHE - Manifest (2020)
Par VOLTHORD le 2 Janvier 2021          Consultée 1152 fois

Il n'a jamais été question, au sein de la discographie d'AMARANTHE, de savoir si l'objet du jour tenait plus du torchon ou de la serviette. Il a toujours été plus ou moins question de savoir de quelle qualité était le torchon et s'il avait plus sa place dans une cuisine ou dans un chiotte. Après une suite d'albums à la médiocrité amusante, trouvant son pic dans le très bien nommé "Maximalism", "Helix" faisait tomber le groupe dans le trou béant de l'insignifiance.

"Manifest" suit la même voie, AMARANTHE est officiellement en pilote automatique. Écouté une ou deux fois à sa sortie, il m'aura fallu franchement me forcer pour me motiver à en écrire quelques lignes. Ce n'est simplement pas "mauvais", mais plus rien ne nous redonne ce petit plaisir "série B" qu'il pouvait potentiellement y avoir dans les précédents opus du groupe. Aujourd'hui AMARANTHE n'est :
- Plus vraiment Death Mélodique, que pour des phases hurlées tenant de plus en plus d'un yaourtcore vaguement rappé que du Death,
- Power uniquement lorsqu'il est question de pondre du refrain moisi (donc plus pour se la jouer HAMMERFALL que KAMELOT)
- Plus vraiment Électro Metal sauf pour quelques claviers Eurodance qui merdoient au loin.

AMARANTHE n'est désormais qu'une version un peu musclée d'un album Pop, et a surtout fait le tour de ce qu'il avait à apporter à ce monde. C'est du fadasse "poumtchack poumtchack scream my name wooohooo" sur quarante minutes.... Je peux certes encore vaguement m'amuser sous la douche avec le ridiculement choupi "Viral", inversement, avec "Strong" qui n'est plus qu'homéopathiquement Metal, cette ballade dégoulinante qu'est "Cristalline" (avait-on besoin d'appeler APOCALYPTICA pour une partition de violoncelle si médiocre ?) ou des "Do Or Die" ou "Make It Better" où tout repose sur des refrains de mauvais Rock californien, ce n'est plus du tout possible.

Il faudra attendre "Archangel" pour se bouger un peu le fion comme le voudrait tout fan de Metal qui se respecte encore un peu ; une puissante powersoupe à la BEAST IN BLACK avec une partition de clavier sous-traitée à Alex Staropoli sur Fiverr. L'enchaînement avec le complètement débilos "Boom" est pas trop mal et aurait pu faire un bon single. Là, on y parle de "Tick Tick tock tack pic et pic et colegram" dans une parodie de Busta Rhymes en chant hurlé entre l'amusement et le malaise (le malusement ?). Elize ne survient que pour demander avec une voix de pupute : "Hey Gigi, what else goes boom?" comme si elle allait jouir au prochain breakdown (spoiler pas alerté désolé). Voilà ! Là, cette impression de se faire infantiliser comme des vieux sacs à merde, ce sentiment d'étrangeté où l'on rit en même temps de nous-même que du groupe, c'est ça qu'on attend d'AMARANTHE sur TOUT un album.

En dehors de ces quelques petits sursauts de lucidité (un single sympa tout au plus), "Manifest" est simplement chiant. Tout comme BABYMETAL sur "Metal Galaxy", et comme si c'était déjà pas assez d'avoir trois vocalistes, AMARANTHE a précipité Noora Louhimo (BATTLE BEAST), Jeff Loomis (NEVERMORE) et Heidi Shepherd (BUTCHER BABIES), fort heureusement sans trop leur donner voix au chapitre.
Même pas naze marrant, même pas naze scandaleux. Posers devant l'absolu (mais il suffit de regarder le clip d'"Archangel" pour se rendre compte qu'ils embrassent tellement cette étiquette qu'il est difficile d'en faire un reproche), AMARANTHE continuera dans cette voie, sans doute parce que c'est la plus profitable (là aussi, le prémisse est valable depuis le départ, difficile d'en faire un reproche). Haussons les épaules et passons à autre chose.

A lire aussi en POP ROCK / METAL :


TRIBE AFTER TRIBE
M.o.a.b. Stories From Deuteronomy (2008)
L'effet d'une bombe




The GATHERING
Tg25: Live At Doornroosje (2016)
L'assemblée se meurt, vive l'assemblée !


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Olof Mörck (guitares, clavier)
- Elize Ryd (chant)
- Morten Løwe Sørensen (batterie)
- Johan Andreassen (basse)
- Henrik Englund Wilhemsson (chant sale)
- Nils Molin (chant propre)


1. Fearless
2. Make It Better
3. Scream My Name
4. Viral
5. Adrenaline
6. Strong (featuring Noora Louhimo)
7. The Game
8. Crystalline (featuring Perttu Kivilaakso And Elias
9. Archangel
10. Boom! (featuring Heidi Shepherd)
11. Die And Wake Up
12. Do Or Die (featuring Jeff Loomis)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod