Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL/CROSSOVER  |  LIVE

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Eternal Champion
 

 Facebook (223)

POWER TRIP - Live In Seattle: 05.28.2018 (2020)
Par T-RAY le 26 Juillet 2020          Consultée 434 fois

POWER TRIP, c'est le tonnerre lui-même incarné en groupe de Metal. En groupe de Thrash/Crossover plus particulièrement. Il suffit d'écouter n'importe lequel de ses enregistrements en studio pour le constater. La puissance orageuse des guitares et la fulgurance des riffs, omniprésente chez le groupe texan, éclate aux oreilles de l'auditeur qui choisit de s'envoyer "Manifest Decimation", "Nightmare Logic" ou la très bonne compilation d'EPs et de raretés qu'est "Opening Fire: 2008-2014". Et en concert, toute la lourdeur d'un ciel d'été chargé de cumulonimbus gorgés d'eau semble s'accumuler au-dessus de la fosse lorsque le combo de Dallas joue.

N'oubliant en rien ses enregistrements courte durée lorsqu'il joue live, qu'il s'agisse de ses extended play ou de ses démos, POWER TRIP offre au public deux vieux morceaux issus de son premier EP éponyme, "Divine Apprehension" et "Suffer No Fool", qui s'intègrent parfaitement au reste de la setlist. Comme les titres plus récents du groupe, ces deux morceaux portent en eux toute l'agressivité caractérisée du Thrash/Crossover pratiqué par la formation américaine… À ceci près que la pression atmosphérique qu'ils génèrent n'est pas suffisante pour faire pleuvoir les riffs aussi brutalement que leurs cadets, même si le deuxième nommé démarre en trombe et que son refrain tonne. Et le manque d'atmosphère est d'ailleurs un peu le souci de cet enregistrement en public.

Déjà pas bien aidé par un auditoire peu audible, qui donne l'impression par son manque de voix que la salle ne contient pas plus de deux pelés et trois tondus, ce "Live In Seattle: 05.28.2018" ne rend pas le meilleur des hommages à POWER TRIP. Parce que, justement, c'est à un vrai trip de puissance et de violence que nous invite le quintette, que ce soit sur album studio ou, à plus forte raison, on stage. Et les spectateurs rassemblés au Neumos de Seattle le 28 mai 2018 paraissent quelque peu endormis. "Y'all want your midnight snack or what?", lance même Riley Gale aux spectateurs juste avant "Crossbreaker", tant ceux-ci semblent concentrés sur autre chose que sur ce qui se passe sur scène.

Sans que l'on sache si un rappel était prévu ou pas au programme, le vocaliste balance ensuite à l'assistance la phrase suivante : "Don't call it an encore 'cause it ain't", avant de la remercier malgré tout et d'encourager tout de même ce public un peu trop passif à chanter avec lui le refrain du morceau, facile car ne tenant qu'en un mot : "Crossbreaker" ! Résultat : un "Crossbreaker" bien envoyé dans les gencives par POWER TRIP mais pas si repris que ça, du moins pas de façon très audible, par les personnes présentes. À moins que cette impression ne tienne qu'à une volonté du groupe de garder le rendu le plus brut possible de ce concert, sans capter l'auditoire lui-même ?

Le manque de chaleur du public contribue quoi qu'il en soit à faire de cet album Live un enregistrement plus sage qu'il ne devrait l'être, en tout cas beaucoup moins électrique. Et l'atmosphère de tonnerre que génère toujours POWER TRIP en studio et, souvent, sur scène, n'est pas sensible sur tous les morceaux interprétés ici. On la retrouve avec bonheur, heureusement, sur pas mal de titres, y compris sur certains des tubes du groupe car, oui, "Executioner's Tax (Swing Of The Axe)", est un tube, ainsi que le surpuissant "Heretic's Fork", sur lequel les Texans font parler la foudre. Quant à "Conditioned To Death", "Firing Squad" et "Manifest Decimation", sans peser aussi lourd que les deux autres, ils décoiffent.

Le reste des morceaux est évidemment interprété avec hargne et détermination par le quintette, qui ne sait de toute façon pas jouer autrement, mais ne déchaîne pas le déluge comme c'est le cas sur les albums studio où ils apparaissent. La production n'est pourtant pas médiocre, elle est même très solide, comme l'on peut s'y attendre avec POWER TRIP, mais sans la participation d'une foule reprenant en chœur les refrains détonants, le combo donne parfois la sensation de riffer pour lui-même. C'est presque donner de la confiture aux cochons que d'offrir à une audience si terne le privilège d'une captation Live. Reste que pour une bonne défoule avec soi-même ou quelques amis de bon goût, ce "Live In Seattle: 05.28.2018" remplit très bien sa fonction.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


LAMB OF GOD
As The Palaces Burn (2003)
L'ascension d'un nouveau messie




POSSESSED
Revelations Of Oblivion (2019)
À la hauteur de l'héritage !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Riley Gale (vocaux)
- Blake Ibanez (guitare lead)
- Nick Stewart (guitare rythmique)
- Chris Whetzel (basse)
- Chris Ulsh (batterie)


1. Drown (intro)
2. Divine Apprehension
3. Suffer No Fool
4. Soul Sacrifice
5. Executioner's Tax ( Swing Of The Axe)
6. Crucifixation
7. Heretic's Fork
8. Conditioned To Death
9. Firing Squad
10. Manifest Decimation
11. Crossbreaker



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod