Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Accept, Iron Maiden, Judas Priest

BURNING WITCHES - Dance With The Devil (2020)
Par DARK BEAGLE le 18 Juillet 2020          Consultée 719 fois

Les Suissesses de BURNING WITCHES nous reviennent avec leur troisième album en cette année Un du Coronavirus, avec le couteau entre les dents. Si "Hexenhammer", leur précédent album, leur avait ouvert quelques portes intéressantes (dont une tournée en première partie de GRAVE DIGGER, ce qui n’est pas si mal vu que le public de la bande à Chris Boltendahl est un peu le cœur de cible de BURNING WITCHES), les protégées de Schmier (DESTRUCTION) comptent bien enfoncer le clou avec ce "Dance With The Devil", qui annonce quelques nouveautés.

La pochette ne laisse pas beaucoup de doutes. Oui, elle est kitsch et riche d’une imagerie qui en cette période va encore faire grincer quelques dents (bien que les tenues semblent assumées), mais là n’est pas la question. La demoiselle au centre, celle qui tient l’épée, elle n’était pas dans le groupe avant. Et le fait que l’on ne retrouve pas Seriana indique que le groupe a une nouvelle chanteuse. Vous voyez comme se mettent en place les processus de la logique ? Ne me remerciez pas. Bref, la nouvelle hurleuse s’appelle Laura Guldemond et elle a fait ses classes au sein de SHADOWRISE (que, évidemment, personne ne connaît).

Cette dernière possède un registre vocal plus étendu que Seriana. Elle se montre souvent très agressive, parfois elle fait songer à un Chris Boltendahl au féminin (pas physiquement, heureusement pour elle ! Le genre de truc qui vous ferait presque croire en un Dieu juste et bon), elle sait également se faire velours de apporter une douceur presque inattendue. Aussi cet album de BURNING WITCHES sonne plus varié que ses prédécesseurs dans l’approche, les mid-tempos ne sont pas forcément les morceaux les plus représentatifs et le discours tend à s’affiner pour chercher parfois une espèce de solennité (comme pour "Necronomicon", énième clin d’œil à l’univers initié par HP Lovecraft).

Les filles vont alterner les morceaux rapides et d’autres plus Heavy, plus lourds, ponctués par des refrains qui font mouche. Elles montrent un certain talent pour accoucher de mélodies efficaces (art qui a toutefois un sérieux revers de médaille, on y reviendra plus tard), facilement accrocheuses ("Six Feet Underground", "Sea Of Lies", "Wings Of Steel"…). Difficile de nier qu’il y a un côté assez hymnique qui se dégage de l’ensemble, dans ce style Heavy à l’allemande assez rétro dans l’idée. Le tout est assez jouissif et explosif, très direct dans l’idée, ne s’encombrant donc pas de fioritures qui ne feraient que délier la mayonnaise, qui prend plutôt bien ici. Dès "Lucid Nightmare", on sait que BURNING WITCHES ne fera pas de quartier.

Mais là, cela équivaut à s’arrêter sur l’aspect le plus primal de leur musique. Certains diraient l’aspect le plus « mâle », tant le tout est musclé. Mais ce serait passer outre certains passages qui apportent des plages de paix, ou qui dessinent des contours plus épiques. La ballade "Black Magic", sans casser trois pattes à un canard, fait gentiment le job et la voix de Laura est vraiment appréciable dessus. Elle remise son agressivité au placard pour livrer la prestation la plus sereine possible. "Battle Hymn", la reprise de la célèbre chanson de MANOWAR, voit elle deux guests de luxe évoluer dessus. En effet, Ross The Boss (inutile de la présenter) et Mike LePond (SYMPHONY X entre autre) viennent se taper l’incruste pour un résultat vraiment très appréciable.

Certaines versions comprennent deux titres supplémentaires. Habituellement, c’est le genre de détails que je passe sous silence, mais là les filles s’attaquent à "A Mansion In Darkness" de KING DIAMOND, soit ma chanson préférée de mon album préféré du Roi Diamant. Autant dire que le plantage n’était pas permis, mais ça va, elles s’en sortent honorablement, même si on ne retrouve pas le côté halluciné propre à l’original. On retrouve aussi une version acoustique de "Black Magic" et là pour le coup, le résultat est un peu anecdotique au final.

Après, le problème de ce disque, bien qu’il soit joliment réalisé et qu’il se montre assez varié, c’est qu’il ne propose rien de neuf. Vous pouvez prendre tous les titres, séparément, et vous aurez l’impression de déjà les avoir entendus ailleurs. Alors oui, revenir avec une nouvelle chanteuse n’est peut-être pas l’idéal pour chercher une originalité ou prendre des risques, jouer du Heavy traditionnel n’ouvre pas non plus de nombreuses portes quant à un renouvellement du genre, et les filles livrent donc un disque plutôt convenu dans son ensemble. Ce fameux revers de la médaille.

Après, elles ont pour elle d’avoir tout de même proposé de bons morceaux et c’est ce qui fait la différence entre un album sans originalité et un album sans originalité et mal écrit. La musique de BURNING WITCHES est vraiment très simple d’accès, elles ne promettent pas de mettre les petits plats dans les grands et c’est ça qui est bon dans ce cas précis. C’est direct, ça s’écoute d’une traite et l’envie de se le repasser n’est jamais bien loin. Et rien que pour ça les musiciennes méritent un peu de considération.

Qu’est-ce que "Dance Of The Devil" en définitive sinon un disque de Heavy Metal honnête ? Peut-être un peu moins marquant que son prédécesseur, il propose quand même son lot de refrains fédérateurs qui devraient faire mouche sur scène, la plupart des morceaux présents n’auront aucun mal à se frayer un chemin sur les setlists du groupe. Il ne reste plus qu’à espérer que le prochain opus ira plus loin et qu’il imposera vraiment BURNING WITCHES sur la scène Heavy Metal et que cette étiquette de groupe en devenir ne soit plus qu’un lointain souvenir.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


PRETTY MAIDS
Undress Your Madness (2019)
It's always the same




TRIBE AFTER TRIBE
Pearls Before Swine (1997)
All the world's a stage


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Laura (chant)
- Romana (guitare)
- Sonia (guitare)
- Jay (basse)
- Lala (batterie)


1. The Incantation
2. Lucid Nightmare
3. Dance With The Devil
4. Wings Of Steel
5. Six Feet Underground
6. Black Magic
7. Sea Of Lies
8. The Sisters Of Fate
9. Necronomicon
10. The Final Fight
11. Threefold Return
12. Battle Hymn (cover Manowar)
13. Mansion In Darkness (cover King Diamond)
14. Black Magic (acoustic)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod