Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Accept, Iron Maiden, Judas Priest

BURNING WITCHES - Hexenhammer (2018)
Par DARK BEAGLE le 22 Novembre 2018          Consultée 1239 fois

BAC (Bureau d’Analyse Catholique), 9h51. Jean-Eudes H et Marie-Christine H (lien de famille : mari et femme) reçoivent de Nuclear Blast le nouvel album de BURNING WITCHES. La pochette les fait tiquer, tout ce chamanisme, cela fait tellement païen ! En revanche, le nom du groupe leur plaît. Les sorcières, c’est toujours mieux quand il n’en reste que des tas de cendres et si ces enfoirés d’Anglais n’avaient pensé la même chose concernant Jeanne d’Arc, déjà qu’ils ont une religion Canada Dry ! Mais là n’est pas la question. Un groupe qui s’appelle BURNING WITCHES, cela sonne White Metal et ça, c’est cool.

Il faut dire, Jean Eudes et Marie Christine apprécient particulièrement certains albums de KANSAS, ceux que les profanes appellent les disques culs-bénis, et ils s’étaient rencontrés à un concert de STRYPER. À l’infirmerie de la salle de concert, plus exactement. Marie-Christine distribuait des badges hosties et avait eu un malaise après avoir avalé un sandwich au thon qui sentait le fioul, tandis que Jean-Eudes avait perdu connaissance après s’être pris une bible d'un kilo sur la tempe. Vingt-cinq ans et seize enfants plus tard, ils vivaient toujours chambre à part et ne se retrouvaient que pour procréer.

Le couple place l’album sur la chaîne à sa disposition et il ne comprend pas. Mais alors pas du tout. La première piste ressemble en effet à des incantations et l’ambiance créée n’est pas très White Metal, ni même wiccane (qui sont des sorcières et qui méritent donc le bûcher, se dit Jean-Eudes au passage). Puis surtout, arrive "Executed" et son rythme effréné. Le couple se prend la même avec force, les ongles de chacun s’enfonçant dans la paume de l’autre.

- Jésus Marie Joseph ! Mais c’est rapide ! On dirait du… Du…
- C’est une femme qui chante ? Seigneur Jésus, protégez-nous ! Cela ressemble à… Du JUDAS PRIEST, groupe hautement controversé ! Marie-Christine ! Que dit la biographie du groupe ?
- Le premier album a été produit par Schmier et celui-ci est toujours co-produit par lui ainsi que par Vo Pulver et Damier Eskic.
- Schmier ? Malheureuse ! C’est le leader de DESTRUCTION, un groupe qui ne nous porte pas beaucoup d’amour. Mais ça expliquerait pourquoi ça sonne très années 80, début 90 ce truc. Hum… Ce n’est franchement pas mal fait ma foi, vous ne trouvez pas ?

Marie-Christine ne répond pas, mais elle lance un drôle de regard à son mari. "Executed" ne fait vraiment pas dans le détail, le rythme est démentiel et la chanteuse, une certaine Seraina, s’époumone façon Rob Halford avec une efficacité déconcertante. Par la suite, cela se calme et l’album prend une tournure plus mid-tempo. Le groupe ne se fait pas plus gentillet pour autant. Il dégage toujours quelque chose de malsain qui la fait frémir. Jean-Eudes jette un coup d’œil à la liste des titres.

- Ah ben non, ce n’est vraiment pas du White Metal, ou alors les paroles ont un sens vraiment caché ! "Lords Of War", "Maiden Of Steel", "Dungeon Of Infamy", "Possession"… Tenez, il y a même Courtney Cox, plus connue sous le nom d’Adriana Smith qui tape le solo sur "Maiden Of Steel" apparemment !
- La ballade "Don’t Cry My Tears" n’est pas si mal. C’est assez propre, bien sur elle. La chanteuse crie un peu, mais cela n’est pas désagréable.
- Mais cela n’accélère pas beaucoup.

Marie-Christine devait en convenir. Le groupe semble prendre son pied sur les mid-tempos, qui dégagent tous une ambiance particulière, un brin lugubre, comme l’introduction de "Dungeon Of Infamy" qui laisse augurer une séance de torture des plus infamantes. La chanson-titre dégage quelque chose de puissant, le groupe livre une des meilleures prestations de l’album, il semble presque logique que l’opus ait pris ce nom. Avec "Possession", tout s’accélère à nouveau.

- J’espère que Saint Antoine est avec eux ! La sortie de piste n’est pas loin ! Uhuh.
- Jean-Eudes, parfois votre humour m’exaspère.
- Pardon. Je le rajouterai à ma confession hebdomadaire. Mais… Quelle est donc cette musique ? On dirait… Oh non, par tous les Saints ! C’est du… DIO !
- Celui qui fait les cornes du Diable ? Mais Satan l’a ramené à lui !

Jean-Eudes avait beau aimer sa femme, il ne pouvait s’empêcher de la trouver bien cruche par moments.

- C’est là tout le principe d’une reprise ma chère.
- Alors elles sont habitées par le Diable ?
- Je le crains. Le pire, c’est que la reprise est plutôt bien faite. Bon, ça ressemble beaucoup à l’originale, mais le chant, les instruments sont bien maîtrisés.

Bureau du BAC, 10h47. L’album est terminé. Jean-Eudes et Marie-Christine doivent remplir leur rapport pour savoir si cet album est recommandable aux Jeunesses Chrétiennes (ce qui sonne un peu comme la Hitl… Euh… non, on ne va pas s’avancer sur ce terrain-là). Pour eux, il était clair que non mais ils n’osaient pas se l’avouer, mais ce disque avait provoqué quelques remous en leur être intérieur. Ils devraient certainement en parler à la confession. Ils l’avaient aimé et cela ne correspondait pas à leurs croyances.

- C’était quand même bien, ce "Hexenhammer". Dommage que ce ne soit pas du White Metal, nous aurions pu le faire écouter aux enfants.
- Vous n’y pensez pas Jean-Eudes ! Marc-Edouard, Lionel-Arthur, Simon-Pierre, Brice-Sébastien et Charles-Henri sont bien trop jeunes pour des jeunes femmes si peu vêtues !
- Il est vrai que vous l’étiez beaucoup plus lors de notre nuit de noces !
- Oh ! Jean-Eudes !
- Et pourtant, je ne peux nier que vous aviez provoqué en moi des remous dont j’ignorais jusque là l’existence.
- Jean-Eudes, prenez-moi comme Jésus prenait Marie-Madeleine !

Exactement 6 minutes et 66 secondes plus tard (ce qui a toujours plus de gueule que 7 minutes et six secondes plus tard)…

- Jean-Eudes, je crois bien que vous m’avez retourné les hémorroïdes !

Bureaux du BAC, 17h38. Le directeur appuie sur le bouton stop de la console devant lui. Jean-Eudes et Marie-Christine baissent la tête, honteux. Ils savaient qu’ils étaient enregistrés mais ils avaient succombé à de bas instincts, tout cela à cause de la musique de BURNING WITCHES. Le directeur croise les doigts sur son ventre et toise le couple avec une mine renfrognée.

- Vous vous êtes laissés aller, je crois bien…
- Mais…
- Nous…
- La demande excommunication a déjà été envoyée vous concernant… Mais Seigneur Jésus tout puissant, que ce disque est bon !

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


KATANA
Heads Will Roll (2011)
Flash of the blade




TRIBE AFTER TRIBE
Pearls Before Swine (1997)
All the world's a stage


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Seraina (chant)
- Romana (guitare)
- Sonia (guitare)
- Jay (basse)
- Lala (batterie)


1. The Witch Circle
2. Executed
3. Lords Of War
4. Open Your Mind
5. Don't Cry My Tears
6. Maiden Of Steel
7. Dungeon Of Infamy
8. Dead Ender
9. Hexenhammer
10. Possession
11. Man Eater
12. Holy Diver
13. Self Sacrifice (bonus Track)
14. Don't Cry My Tears (acoustique - Bonus Track)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod