Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH SYMPHO  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (222)
 Chaîne Youtube (293)

The MONOLITH DEATHCULT - V2 - Vergelding (2018)
Par MEFISTO le 25 Juillet 2020          Consultée 456 fois

On se rappelle que les Hollandais déjantés se sont lancés il y a peu dans une croisade contre la Deuxième Guerre sous forme de trilogie. Le premier volet, paru en mai 2017, "V1 - Versus: It Will Burn Us Without Leaving Ash", décrivait à la sauce DEATHCULT, soit une mixture épaisse, trouble et ultra piquante, les horreurs de ce conflit, notamment par la lorgnette russe.

Seize mois plus tard seulement, TMD s'attaque aux retombées de la WWII d'un point de vue humain, religieux (on traite abondamment de l'Islam) et politique, bien sûr. Il rend hommage aux disparus et aux générations subséquentes qui sont toujours soufflées par ces tempêtes indélébiles. "Vergelding" signifie châtiment après tout… Le groupe tague l'Agence de sécurité israélienne, les fosses comme Babi Yar, les champs de bataille de Warsaw et Minsk… Même la lame sacrée Dhul-Fakar passe à la trappe sur l'épileptique "Rise Of The Dhul-Fakar" ! Hâte de voir ce que nous réserve le trio pour le dernier chapitre…

L'important, surtout quand on joue un Death Brutal ambiancé et sympho comme TMD, c'est que les bottines suivent les babines, n'est-ce-pas ? Est-ce que ces thématiques qui font saliver se traduisent par une musique à la hauteur des attentes ! Verdict peu surprenant : "V1 – Versus" avait mis sauvagement la table et "V2" la remplit d'un festin, voilà tout !

Là vous allez me dire : « Ouais, facile de ne pas tirer à blanc quand on produit trente minutes de nouveau matériel étalé sur cinq pistes » (si on exclut cette autre intro comique et les deux lives issus de "V1"…). Et vous auriez raison. Sauf que les Hollandais sont comme des gosses à qui on pardonne facilement les gaffes ; leur formule anecdotique, osée et foutraque nous change radicalement le quotidien et du coup, on se contente de ce qu'ils nous offrent en nous repassant le stock ad nauseam !

Prenez "Dawn Of The Planet Of The Ashes", par exemple. Ce morceau aurait pu être une vomissure Brutal Death parmi tant d'autres, car TMD possède les muscles nécessaires pour bûcher du bois pendant des heures, sans relever la tronche de son ouvrage. Sauf que ce coup de bâton brut qu'assène le combo est constellé de couches d'enrobages signées Carsten Altena, le bidouilleur, programmeur et claviériste en chef. Il instigue une autre rébellion contre les puristes avec ses délires ambiophoniques qui, drôlement, mettent en valeur les instruments de ses comparses. Ces derniers savent comme toujours nous mettre la pâtée avec des riffs lourdingues, des soli de malade, un duo de gueulards furibonds et des tabassages d'une violence crasse. TMD frappe dur et choque le monde, encore. Incroyable quand même que ces antithèses s'imbriquent si bien…

Le trio n'oublie pas non plus de respecter son sujet et injecte toutes les toxines émotionnelles découlant de la guerre. Et non, je ne parle pas juste de la rage et de l'abnégation, mais aussi de la pure tristesse, comme on ressent dans cette voix féminine sur "Come Forth Lazarus" et dans ces envolées mélodiques sur "The #Snowflake Anthem" (oui, oui, avec un dièse !). De bons flashs des Hollandais, qui leur font gagner des points.

Il ne faut surtout pas oublier cette colère qui sous-tend cette entière entreprise, car ce que la guerre a engendré est bien cette frustration sous-cutanée qui gangrène encore les nations touchées de près. Pour ça, on a le single "Fist Of Stalin", le headbang ultime, la pièce qui les gouverne toutes, le général de ce "V2" et possiblement aussi la pestilence la plus accrocheuse de TMD ! Elle sépare les eaux en deux et établit un lit confortable sur ce court, mais très bon second volet.

Puissant, épique, kitsch au possible, irrévérencieux, The MONOLITH DEATHCULT réussit encore à déverser sa haine voletant à contre-courant. Il reste un chapitre et je l'attends en piaffant... Avec le peu de dents qu'il me reste.


Podium : (or) "Fist Of Stalin", (argent) "Dawn Of The Planet Of The Ashes", (bronze) "The #Snowflake Anthem".

Indice de violence : 3,5/5.

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


FLESHGOD APOCALYPSE
Oracles (2009)
La Terre tremble... à partir de la grosse botte.




MAAT
As We Create The Hope From Above (2014)
Puissant, comme le ciel l'a espéré.


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Michiel Dekker (guitare, chant)
- Robin Kok (basse, chant)
- Carsten Altena (synthé, orchestrations, samples)


1. Planet Wrath
2. Dawn Of The Planet Of The Ashes
3. Come Forth Lazarus
4. Fist Of Stalin
5. The #snowflake Anthem
6. Rise Of The Dhul-fakar
7. Die Glocke [live At Graspop 2017]
8. The Furious Gods [live At Graspop 2017]



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod