Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH AMBIANT  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (344)
 Chaîne Youtube (636)

The MONOLITH DEATHCULT - V3 – Vernedering : Connect The Goddamn Dots (2021)
Par MEFISTO le 11 Juin 2021          Consultée 1262 fois

Nous vous laissez pas berner par votre première écoute. Ce serait con. "V3" n'est pas aussi bon qu'il y paraît.

Que l'on prenne ou non les propos politiques des Hollandais au sérieux, il n'en reste pas moins que The MONOLITH DEATHCULT est une musique unique, qui nous pousse dans nos derniers retranchements. Une musique violente, agressante même, inspirée aussi ne le cachons pas, dont l'enrobage barré – de l'artwork aux gimmicks Électro – ne sert qu'à une seule chose : nous divertir en nous surprenant et en nous tapant sur le système.

Le kitsch, les narrations foireuses, les ambiances pompeuses qui ne sont pas prises au sérieux par le trio, tout ce que les fans du groupe leur pardonnent – contrairement à ses détracteurs – refait surface sur ce troisième volet. TMD joue les commentateurs sociaux et politiques de salon en insérant la panoplie de conneries et de malversations habituelles pour, comme il se plaît à dire, connecter les points. Et il sort l'artillerie lourde pour s'éloigner des clichés du Death qui a plafonné, toujours selon lui.

Si les Hollandais ont touché au nazisme et aux horreurs de la Deuxième Guerre sur les deux premiers volets de ce satané projet "V" (leurs quatrième, cinquième et sixième skeuds), ici, on lorgne du côté des terroristes modernes, des théories du complot et ce genre de balivernes auxquelles carbure CNN. C'est risible, sarcastique, à prendre au deuxième, voire au troisième degré. Si vous avez du temps à perdre, allez lire leurs élucubrations, sinon, concentrez-vous sur ce Death de cirque qui nous fait tournoyer les neurones depuis 2002. Essayez d'encaisser.

Si vous vous attendez à une orientation différente des deux premiers plats de ce trois-services, il faudra vous contenter d'une continuation. The MONOLITH DEATHCULT confirme avec ce "V3" que sa démarche artistique, son angle d'attaque, jusqu'à son nom, ont toujours été grotesques, exagérés et ironiques au possible. Le trio essaie constamment de repousser les limites, de réinventer la roue Death en roue libre, mais après ce sixième album, il serait absurde de ne pas se rendre compte que la comédie a sans doute assez duré.

La curieuse trilogie de TMD nous a fait voyager dans l'univers Death/Électro/Ambiant/Sympho du trio le plus barge de la planète Metal avec, à l'arrivée, une sensation de WTF? des plus intenses. Qu'a-t-il voulu démontrer avec "V" ? Que la bêtise humaine se renouvelle sans cesse ? Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il incarne cette réalité avec ses pitreries (écoutez les deux dernières minutes de la trèèèèèès longue "L'Ouverture De Morose" et riez un peu…), mais disons que pour un groupe qui déploie autant d'énergie, il laisse ici à l'auditoire une amertume persistante risquant de contaminer le pire des inconditionnels.

Mais hey, les Hollandais savent balancer la sauce brûlante sur vos plaies béantes. Si "Connect The Goddamn Dots" n'est pas top niveau, le duo "Gone Sour, Doomed" – "Vernedering" est le vrai test de cet album ; soit vous démissionnez, soit vous avez l'écorce nécessaire pour encaisser le pot-pourri qui suit et qui vous fera revêtir tour à tour un smoking d'agent secret, une combinaison en kevlar et une camisole dégueu d'assisté social. Écoutez, vous verrez. Mais ne vous attendez pas à des hits comme "Fist Of Stalin". Ça bastonne encore fort, le son est énorme, les orchestrations renversent presque les riffs, TMD est en mode boucherie étincelante.

Mais… Je reste avec le sentiment que cette trilogie n'était pas nécessaire et que le « concept », tel que présenté, aurait pu s'échelonner sur 90 minutes, pas plus. Oui, je suis dur, mais "V" se termine en queue de poisson et cela doit être d…écrit.

Le mystère plane et ainsi volète la « légende » jusqu'à ce qu'elle essaie une fois encore de nous décoiffer dans deux ou trois ans.

Pas un gros 3.

Podium : (Or) "Gone Sour, Doomed", (Argent) "The White Silence", (Bronze) "Vernedering".

Indice de violence : 3/5.

Quand l'écouter : lorsque vous aurez égaré les deux premiers volets de la trilogie…

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


The CHASM
Farseeing The Paranormal Abysm (2009)
Colossal, tout simplement




DESOLATE SHRINE
The Sanctum Of Human Darkness (2012)
Quand on est entré, la porte se verrouille...


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Michiel Dekker (guitare, chant)
- Robin Kok (basse, chant)
- Carsten Altena (synthé, orchestrations)


1. Connect The Goddamn Dots
2. Gone Sour, Doomed
3. Vernedering
4. Blood Libels
5. The White Silence
6. They Drew First Blood
7. L'ouverture De Morose



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod