Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2017 Psychotic Symphony
 

- Style : Zierler
- Membre : Adrenaline Mob, David Lee Roth , Talisman, Transatlantic, Trans-siberian Orchestra, Jeff Scott Soto , Steve Vai , The Winery Dogs , Planet X, Pentakill, Axel Rudi Pell, John Arch , Black Country Communion, Bumblefoot, G3, Guns N' Roses, Liquid Tension Experiment, Liquid Trio Experiment, Mr. Big, Asia
- Style + Membre : Derek Sherinian , Dream Theater, Osi, Platypus
 

 Site Officiel (77)
 Chaine Youtube (78)

SONS OF APOLLO - Mmxx (2020)
Par JEFF KANJI le 23 Juin 2020          Consultée 1061 fois

Mike Portnoy ou le roi du happening. Le stakhanoviste américain est un musicien aussi avisé que le sont ses business plans. Mais au pays du capitalisme-roi, seule la réussite permet les débordements en tout genre. Mike Portnoy a su se placer intelligemment comme sideman auprès de légendes sur le départ (TWISTED SISTER) ou populaires (AVENGED SEVENFOLD) payant les factures entre deux-trois virements de royalties hérités de ses années à forger la réputation de DREAM THEATER. C'est lui la locomotive de ses projets, toujours. Son énergie n'a d'égal que sa capacité à toujours exceller derrière son premier amour : la batterie.

SONS OF APOLLO a, comme prévu, fait parler de lui, et chacune de ses apparitions, notamment en festival, ont été applaudies des deux mains, on aura même entendu certains dire d'un air narquois : "on retrouve le bon DREAM THEATER, et avec un vrai chanteur". Il n'empêche que je ne peux pas dire que la dernière prestation du parangon du Metal Prog m'ai laissé un souvenir autre que soporifique… Mais bon ça m'avait déjà fait le même effet en 2005 en première partie d'IRON MAIDEN. Quant à SONS OF APOLLO c'est une autre histoire. La maîtrise musicale est rigoureusement identique chez les deux formations, mais le second a réussi à rendre cette musique de nouveau vivante sur scène… Et ce pas seulement grâce aux impressionnantes guitare et basse de la paire Thal/Sheehan.

"MMXX" vient confirmer, après un Live qui aura déjà fait date, que SONS OF APOLLO est un vrai groupe, au sein duquel le processus créatif est organique. Et la production des Del Fuvio Brothers parvient à conserver cet aspect. Le tout est puissant, moderne, mais respecte l'espace de chaque instrument, ce qui rend chaque passage même un peu sophistiqué dans ses arrangements, parfaitement lisible. Et le mot d'ordre de "MMXX" semble avoir été cette recherche de l'auditeur et lui laisser les clefs pour s'immerger pleinement dans la musique. Et optant pour une base inamovible qui préfère épurer le nombre de parties jouées simultanément, SONS OF APOLLO rend son Metal Prog encore plus redoutable !

Alors attention, ça reste gourmand en soli auxquels il faut s'accrocher pour suivre la progression des morceaux. Et si le bavardage reste un défaut récurrent de ce genre (la quatrième partie de "New World Today"), il sert parfois totalement le propos, je pense en particulier aux vertigineux chromatismes de "Asphyxiation" fort à propos. Si "Psychotic Symphony" se voulait résolument plus rentre-dedans qu'une bonne frange de formations Prog, et qui l'aidait notamment à se démarquer du demi-frère DREAM THEATER, "MMXX" semble avoir pleinement embrassé ce côté corrosif, ce plaisir de riffer et de groover sans ambages, qu'importe la complexité des idées sortant des cerveaux féconds des créateurs.

Et en parlant de créateur, il convient de saluer assez bruyamment le talent de Ron Thal, dont on sent l'implication bien plus importante cette fois-ci. Il était loin du service minimum sur l'album précédent, mais il fallait qu'il gère son intégration à un projet initialement créé avec Tony MacAlpine. La sauce a pris, indéniablement, et son travail guitaristique est absolument dantesque. Il sait jouer une note sur cinq et shredder quand c'est le moment. Il ouvre d'ailleurs l'album avec une mélodie en apesanteur triturée à la pédale Whammy, explorant les possibilités créatives que le matériel permet, il ouvre également la pièce de bravoure "New World Today" avec un solo planant, assez dans l'esprit de ce qu'il proposait en live pendant son spot solo. Et qu'est-ce que ça riffe ! SONS OF APOLLO ne renie aucune de ses influences, et à cet égard Derek Sherinian délivre encore de belles atmosphères, notamment sur la première partie de "Desolate July" avec ce piano très simple mais parfait soutenu par des textures évocatrices des influences plus Classic Rock Progressif, mais le riffing assez porté sur les graves et appuyé par l'intelligence de jeu de Billy Sheehan confèrent à ce disque un groove assez imparable. Ce Prog n'oublie jamais le Metal, et "Fall To Ascend" donne même l'occasion à Portnoy de partir à fond de double grosse caisse en mode Power Metal, quasi à la façon d'un SYMPHONY X époque "Iconoclast". J'ajoute que le fill de batterie qui l'introduit rappelle à tous qui est le boss du game Batterie Metal. Riffu donc. Et même le soulman Jeff Scott Soto confirme sa versatilité en conservant le parti-pris rugueux et agressif du premier album. Il parvient à trouver les bonnes mélodies sur une musique souvent complexe.

Mais lisible j'ai dit ! Par exemple je parlais de "King Of Delusion", et c'est le parfait exemple ; une introduction qui monte crescendo reposant quasi exclusivement sur le piano de Derek Sherinian, avant qu'un riff digne de MACHINE HEAD ne vienne défoncer la porte d'entrée pour passer sur un MASTODON dopé aux stéroïdes. SONS OF APOLLO représente sans doute ce qui se fait de mieux en matière de Metal Prog, tel un Janus, tourné à la fois vers le passé (comme ce "Resurrection Today" qui ressemble à un "Gates Of Babylon" composé par SONS OF APOLLO) et vers l'avenir, car les oreilles averties auront remarqué que l'on peut retrouver des façons de faire davantage réminiscentes des formations Prog modernes comme CALIGULA'S HORSE ou HAKEN. Et pour tout dire, j'encouragerais davantage les néophytes à commencer SONS OF APOLLO avec cet album plutôt que le premier.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


VANISHING POINT
The Fourth Season (2007)
KAMELOT se fait doubler par le Commonwealth




EVERGREY
Hymns For The Broken (2014)
De la grandiose introspection


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jeff Scott Soto (chant)
- Billy Sheehan (basse)
- Ron 'bumblefoot' Thal (guitare)
- Derek Sherinian (claviers)
- Mike Portnoy (batterie)


1. Goodbye Divinity
2. Wither To Black
3. Asphyxiation
4. Desolate July
5. King Of Delusion
6. Fall To Ascend
7. Resurrection Today
8. New World Today



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod