Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ÉPIQUE  |  E.P

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

 Bandcamp (65)
 Chaine Youtube (87)

SMOULDER - Dream Quest Ends (2020)
Par JEFF KANJI le 9 Mai 2020          Consultée 525 fois

SMOULDER a secoué le landerneau de l'Epic Metal l'an dernier. Oh, sans doute pas au même point que VISIGOTH, mais ETERNAL CHAMPION, avec qui il partage ses thématiques Moorcockiennes, on n'est peut-être pas si loin. Perpétuant un héritage qui va de MANILLA ROAD à CIRITH UNGOL, le groupe s'assure une filiation visuelle directe avec Michael Whelan, auteur de toutes les mises en scène graphiques de CIRITH UNGOL depuis ses débuts. Une nouvelle fois, le visuel proposé nous intriguera, la chevelure blonde armée, serait-ce Erekosë ?

Sarah Ann dirige toujours les opérations avec Kevin Hester en rapatriant deux compositions écrites en 2014 par ce dernier pour un projet qui n'a jamais vu le jour. Une fois passé à la moulinette de ses membres, "Dream Quest Ends" et "Warrior Witch Of Hel" deviennent ainsi les deux nouvelles compositions de SMOULDER à mettre sous la dent de plus en plus d'aficionados. On se retrouve face à un EP bonus pour ceux qui ont aimé le premier album. En effet, en sus de ces deux morceaux, le groupe canadien s'est fendu d'un hommage à Mark Shelton en reprenant le "Cage Of Mirrors" du ROAD, certainement pas le choix le plus facile mais considéré par les fans (encore une fois) comme le premier classique des ressortissants de Wichita. Et pour ceux qui ont pris le train en route (c’est-à-dire quasi tout le monde), le groupe propose une face B (attaché au vinyle il a pensé cet EP comme un 12" à deux faces) reprenant les trois titres de sa démo de 2018.

Suite directe de "Times Of Obscene Evil And Wild Daring" ? Sentiment renforcé par le recours à la même équipe pour enregistrer et mixer les morceaux, qui s'inscrivent dans la droite lignée des six premiers, ce qui pourrait laisser dire qu'il aurait peut-être valu le coup de proposer d'entrée un album plus généreux, mais passons. Les deux titres se distinguent par leur caractère foncièrement Doom, ce qui correspond à l'époque de leur écriture, mais aussi au fait que les guitares paraissent moins brumeuses, même si elles gardent ce vernis grossier qui donnait son charme à l'album. La particularité de "Dream Quest Ends" est de proposer une structure à tiroir, avec son passage central presque psalmodié, accompagné d'un chant masculin, que le groupe a progressivement éradiqué avec la prise de poste de Sarah. Ici il donne un second souffle rudement efficace. "Warrior Witch Of Hel" est sans doute le titre le plus réjouissant, notamment grâce à son riffing et cette intensité très particulière que la vocaliste parvient à mettre dans son interprétation.

Et on en vient à "Cage Of Mirrors" qui transcende en un bel hommage les tables de la loi Epic Metal. Là-dessus Sarah est particulièrement surprenante car elle reprend les lignes de chant du Shark sans les transposer, ce qui la voit utiliser souvent ses graves. Et si sur les passages calmes (rehaussés d'harmoniques naturelles), on pourrait sentir parfois qu'elle est quasi à la limite de ce qu'elle peut délivrer, sa prestation est forte, et sa manière d'incarner les textes est l'une des clefs pour rentrer dans l'univers de SMOULDER.

La démo "The Sword Woman" était loin du remarquable, donc peu de chance que cela ait changé ici, pour en savoir plus je vous redirige vers ma chronique de la dite démo, ce qui fait de "Dream Quest Ends" un EP certes plutôt conséquent sur le papier, mais en réalité résumé à ses trois premiers titres, certes bons, mais qui peinent à faire la différence plus que ça par rapport à ceux gravés sur "Times Of Obscene Evil And Wild Daring", hormis pour la reprise de MANILLA ROAD, magistrale. La face B n'est pas de grande qualité ni de grand intérêt, proposant des versions non-abouties de titres qui auront été réenregistrés en 2019 et d'une reprise sympathique mais pas hyper marquante (d'un groupe inconnu pour la peine).

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


Jon Oliva's PAIN
'tage Mahal (2004)
Jon Oliva libéré et inspiré, révèle son génie




SABATON
Swedish Empire Live (2013)
Un dvd blindé et un show référentiel


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Kevin Hester (batterie)
- Collin Wolf (guitare)
- Shon Vincent (guitare)
- Sarah Ann (chant)
- Adam Blake (basse)


1. Dream Quest Ends
2. Warrior Witch Of Hel
3. Cage Of Mirrors (cover Manilla Road)
4. Sword Woman (demo 2018)
5. Voyage Of The Sunchaser (demo 2018)
6. The Queen Is Gone (demo 2018)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod