Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER DOOM  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (458)

YOB - Clearing The Path To Ascend (2014)
Par NEURO6 le 7 Mars 2020          Consultée 1584 fois

Nous sommes en 2014 et YOB vient d’atteindre sa majorité, puisque le groupe exerce depuis dix-huit ans déjà. Mais avec "Clearing The Path To Ascend", son septième album, YOB a-t-il atteint sa maturité ? Depuis l’infructueuse tentative de fonder un nouveau groupe en 2006, Mike Scheidt et YOB ont sorti deux albums, "The Great Cessation" et "Atma", où ils ont parfait leur marque de fabrique pour s’extirper de l’étiquette anonyme de simple groupe de Stoner américain. YOB sonne comme du YOB, leur son est devenu reconnaissable.

L’album ouvre sur une injonction, celle de se réveiller, proférée par Alan Watts, philosophe américain parmi les pères de la contre-culture aux États-Unis. Si l’album est traversé par la philosophie de ce prêtre et conférencier, qui a jeté des ponts entre les religions occidentales et orientales, il est également le fruit des aléas personnels du leader du groupe, Mike Scheidt. Confronté à son divorce, le leader de YOB a écrit cet album avec sur fond d'une terrible dépression et d'un sevrage médicamenteux. La musique a ici valeur de thérapie. Cette écriture personnelle se ressent tout au long du disque : les cycles de brutalité et d’accalmies musicales rappellent les hauts et les bas inhérents à la vie. Ainsi, le groupe ouvre largement ses portes, outre à la philosophie, à la cosmologie, au mysticisme oriental et aux questions religieuses. Pour Mike Scheidt, le mysticisme s’avère être un outil pour ne pas étouffer sous le poids du monde : il s’agit de laisser des questions exister plutôt que d’avoir à supporter des réponses trop cruelles. Un positionnement singulier dans l’univers du Metal qui fait de YOB un groupe à part entière, loin des clichés.

Pour cet album, le groupe a souhaité aller vers quelque chose de plus complet, de plus monolithique. C’est pourquoi ils se sont rapprochés de NEUROSIS et du label Neurot Recordings pour produire une musique émotionnelle et spirituelle : YOB recherche cette dimension globale où le courage, l’émotion, les paroles et la puissance de la musique ne font qu’un.

Le premier morceau, "In Our Blood" est à proprement parler assez maussade. Sur cette bande-son du glas et du jugement dernier, Mike Scheidt livre une interprétation nécromancienne, alternant entre growl et voix claire. Ce qui se ressent, c'est la parfaite maîtrise de plusieurs registres vocaux, permise par les cours qu’a suivis le frontman depuis 2012. À 12 min, Alan Watts nous somme à nouveau de nous réveiller, clôturant au passage le break dans lequel nous étions engourdis. YOB ne faisant pas dans la demi-mesure, les dix-sept minutes du morceau sont étouffantes, laissant transparaître une sensation d’immersion au plus profond des ténèbres.
De ce Doom très dark, YOB nous emmène ensuite vers un registre plus rapide, porté par le son bourdonnant des guitares de "Nothing To Win". Le changement d’ambiance est radical : le début tonitruant est porté par un riff qui animera tout le morceau, accompagné d’une batterie tellurique. Un trémor de plus de onze minutes, lourd, puissant. Le break n’est que l’occasion de mieux relancer le morceau, pour le plus grand plaisir de nos oreilles.
Si "Unmask The Spectre" démarre en douceur, il glisse progressivement vers un Doom Death psychédélique, froid et sombre. Pourtant, la portée cathartique de ce morceau est évidente. Faisant référence à Rigpa, concept bouddhiste d’origine tibétaine qui désigne l’intelligence, la conscience, c’est-à-dire la nature la plus secrète de notre esprit, "Unmask The Spectre" nous purge de nos préjugés et nous arrache de notre léthargie terrestre.

Comme le laisse entendre le titre, le fil rouge de cet album est une montée sensible et progressive du mal vers le bien, de l’affliction vers la joie. Ainsi, "Marrow" constitue l’apogée rédempteur de l’œuvre produite par YOB. Il suffit d’écouter les premières notes des arpèges de l’ultime titre et de sentir la grande sensibilité des premières percussions de Travis Foster pour comprendre que l’on a affaire à une pièce-maîtresse. La construction progressive de "Marrow", morceau long de près de dix-neuf minutes, rappelant les chansons Rock des années 70, est sublimée par le chant de Mike Scheidt, magique et angélique. Au cœur du morceau, on dérive même sur la balade folk, autour d’un solo coloré et aérien. Sa passion nous transporte ; il se dégage un sentiment à la fois positif et analeptique. Cerise sur le gâteau, Mike Scheidt nous en propose une version acoustique que je vous invite à découvrir ("Marrow"). Un grand moment de musique.

Avec ses quatre morceaux à l’identité propre, "Clearing The Path To Ascend" offre une heure de Stoner Doom à la fois cohérente, harmonieuse et sobre. La répétition est le maître-mot du groupe : les riffs sont ainsi étirés tout au long des quatre titres (de onze à dix-neuf minutes). Par sa passion et à travers son double engagement – au chant et à la guitare – le chaman Mike Scheidt anime l’album et le sublime par ses mantras plaintifs ; mais il faut rendre hommage au travail pachydermique de Travis Foster (batterie) et d’Aaron Rieseberg (basse). Au-delà de la musique, on retiendra la grande émotivité qui se dégage de l’album. Le groupe s’inscrit ainsi pleinement dans son registre musical. Et c’est monumental.

A lire aussi en DOOM METAL par NEURO6 :


YOB
Our Raw Heart (2018)
Expérience de mort imminente




YOB
Atma (2011)
Réverbération éternelle


Marquez et partagez




 
   NEURO6

 
  N/A



- Mike Scheidt (chant, guitare)
- Aaron Rieseberg (basse)
- Travis Foster (batterie)


1. In Our Blood
2. Nothing To Win
3. Unmask The Spectre
4. Marrow



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod