Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Darkwater, Vanden Plas, Cyhra, Kamelot, Sunburst, QueensrΫche [queensryche], Anthriel
- Style + Membre : Symphony X, Deadrisen
 

 Site Officiel (93)
 Chaine Youtube (143)
 Facebook (44)

TOMORROW'S EVE - Mirror Of Creation Iii - Project Ikaros (2018)
Par HAPLO le 23 Juillet 2019          Consultée 1540 fois

Avertissement : L’auteur de cette chronique décline toute responsabilité quant à son manque flagrant d’objectivité. Il l’a laissée seule dans un placard à balais du sous-sol suite à la première écoute du dernier album de TOMORROW’S EVE et du coup de cœur qui s’en est suivi. Il assume tout le parti-pris de ce qui va suivre.


C’est au travers d’un univers constitué de réalités aux mille facettes que nous entraînent les Allemands de TOMORROW’S EVE avec ce cinquième album studio sorti en avril 2018. Une ambiance crue et onirique où les rêves (quand ce ne sont pas des cauchemars !) des uns sont les réalités des autres, posant ainsi un certain nombre de questions sur la consistance de notre propre humanité. Le jeu de ces réalités, s’emboîtant comme des poupées russes, et des humains qui les peuplent (Dieux créateurs ou misérables pantins illusoires ?) sert de toile de fond à l’œuvre et habite les onze morceaux de "Mirror Of Creation III – Project Ikaros".

Fans de SF (« l’Eve future » est le fruit de l’imagination détraquée d’un romancier français du XIXème qui est le premier à coucher par écrit le concept d’androïde) voulant donner du sens à leur (très bonne) musique, les compères de TOMORROW’EVE n’en sont pas à leur coup d’essai. Créé en 1998 à l’aulne du vingt-et-unième siècle, ce groupe a déjà fait sa part du feu avec quatre opus studio ayant tous été globalement bien accueillis par la critique métallique : "The Unexpected World" en 2000, "Mirror Of Creation" deux ans plus tard, "Mirror Of Creation 2 Genesis II" en 2006 et "Tales From Serpentia" pour l’année 2008. J’ai dit « bien accueillis » effectivement, mais peut-être pas suffisamment fort, haut et clair pour sortir de l’ombre (et de l’incognito qui en découle) du grand frère et néanmoins talentueux compatriote VANDEN PLAS...
S’en suit alors un silence de dix années durant lesquelles le miroir de la création prend quelque peu la poussière… Sans pour autant que nos musiciens ne perdent de la suite dans leurs idées.

Le monde évolue et le groupe aussi : exit Chris Doerr (basse) et Tom Diener (batterie), TOMORROW’S EVE intègre deux pointures qui vont donner à sa musique une assise rythmique en béton armé avec la guitare bassassine de Mike LePond (SYMPHONY X s’il vous plaît...) et les fûts tapageurs du sieur John Macaluso (MALMSTEEM, ARK…). Cette nouvelle alchimie ajoutée à une production signée Markus Teske (VANDEN PLAS justement…) vont permettre au groupe de déployer une énergie musicale remarquable doublée d’un son puissant où les rythmiques dynamisées par des mélodies prenantes et une maîtrise technique avérée portent pleinement l’ambiance et les atmosphères dont sont composés les onze titres… Que dis-je, les onze facettes des réalités constituant l’album. La voix de Martin LeMar n’est quand à elle pas en reste : sorte de mix entre du Bruce Dickinson survitaminé et du Russell Allen inspiré, il se coule parfaitement dans les harmonies de chaque morceau, surprenant l’auditeur par des capacités que le passage précédent ne laissaient pas prévoir, amplifiant ainsi le besoin d’en entendre plus dans la réalité suivante.

Mention préliminaire spéciale pour les intros soigneusement travaillées au fil de cet album. Nos Teutons ne se contentent pas de lancer la mitrailleuse rythmique lourde (guitare/basse/batterie) par défaut, mais semblent avoir pris un malin plaisir à introduire chaque bout de réalité par une entrée en matière travaillée, réfléchie, et qui annonce sous forme de variation musicale ce qui va suivre.

Nourrie par ce riche combustible, la fusée aux mille réalités de TOMORROW’S EVE s’élance dans l’atmosphère colorée et contrastée de "Welcome To The Show" qui lève le rideau sur le passage aux rêves et nous entraîne vers les horizons musicaux du combo. Solidement ceinturé au siège, l’auditeur pénètre ainsi dans un monde rugueux, baroque et déstabilisant constitué par le reste de l’album. La poussée primordiale en est d’ailleurs brillamment assurée par trois morceaux qui, selon moi, retranscrivent au mieux toutes les capacités, et surtout, tout le talent collectif du groupe : le brillantissime "Bread And Circus" avec sa rythmique de tuerie et son refrain méga-accrocheur ; le majestueux "Dream Within A Dream", mid-tempo mélodique classieux qui reprend à lui seul toute la symbolique de l’album, sans oublier le contrasté "Law And Order" ou les transitions, bridges instrumentaux et autres moments d’accalmie signent réellement la qualité musicale de la formation. Le reste des « titres-réalité » n’est cependant pas en reste car, que ce soit l’onirique et mélodique "Morpheus", le surprenant "Imago" ou le robotique "Somnium Ex Machina", les musiciens parviennent, tant par leur maîtrise instrumentale que par le style propre à chaque morceau, à nous garder prisonniers de leurs rêves…

Qu’évoquer d’autre si ce n’est clôturer cette chronique en se laissant entraîner par le riche et décapant "Gods Among Each Other" qui finit par briser les miroirs en nous laissant soupeser les vraies questions sur notre propre réalité ou le rêve d’un autre dans lequel nous vivons peut-être…

TOMORROW’S EVE signe indéniablement ici une très belle réalisation avec "Mirror Of Creation III – Project Ikaros", troisième mais non moins gonflé opus de ce multivers, réussi tant dans la forme que dans le fond ; exploit d’autant plus méritoire après une décennie de silence. Ce retour ne mérite vraiment pas de rester inaperçu (il ne le sera pas sur NIME !) et constitue selon moi une très chouette rencontre musicale pour tous les amateurs du genre en particulier et les mélomanes métalliques curieux en général.

C’est en prenant finalement pitié de ma pauvre objectivité, qui tape avec insistance à la porte du placard à balais, que je projette un 4,5/5 amplement mérité aux travers des rêves des Dieux ou des pantins que nous sommes tout en ne souhaitant qu’une chose : vivre dans la bonne réalité au sein de laquelle TOMORROW’S EVE ne mettra pas dix longue années à ressortir un album !

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


KING MISFIT
Under Ancient Ground (2011)
Perle canadienne !




REDEMPTION
Long Night's Journey Into Day (2018)
REDEMPTION : ça passe et ça casse .. la baraque !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Martin Lemar (voix)
- Rainer Grund (guitares)
- Oliver Schwickert (claviers)
- Mike Lepond (basse)
- John Macaluso (batterie)


1. Welcome To The Show
2. Morpheus
3. Bread And Circuses
4. Imago
5. The System
6. Law And Order
7. Dream Within A Dream
8. Terminal
9. Inner Sanctum
10. Somnium Ex Machina
11. Gods Among Each Other



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod