Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER MéLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Darkwater, Vanden Plas, Cyhra, Kamelot, Sunburst, QueensrΫche [queensryche], Anthriel
- Style + Membre : Symphony X, Deadrisen
 

 Site Officiel (106)
 Chaine Youtube (193)
 Facebook (64)

TOMORROW'S EVE - Mirror Of Creation (2003)
Par HAPLO le 12 Août 2020          Consultée 286 fois

Ce n’est pas sans une certaine émotion chair-de-poulisante que je me remémore ma première collision avec « le » concept-album, qui, sous de nombreux aspects, allait changer ma vie (et surtout ma manière d’écouter de la musique !). Jeune metalleux laborieusement post-pubère de quelques conquêtes, dont la dernière en date m’avait d’ailleurs projeté au fond d’un puits de désespérance amoureuse, je fus choisi comme cobaye naïf par un pote qui me fit passer sous le manteau sa copie privée du "Operation: Mindcrime" de QUEENSRŸCHE accompagnée de ce commentaire hautement littéraire : « putain, écoute ce truc… ça déchire méchamment ! ».
Première rencontre avec du Metal Prog survitaminé, foutrement chirurgical et mené par la voix stellaire de Geoff Tate qui chante la ferveur révolutionnaire mêlée d’assassinat : ça ne me plaît pas ! Trop fort, trop compliqué… trop haut. Mes oreilles, mal dégrossies, ne comprennent rien à ce rayon laser musical à l’architecture torturée d’une cathédrale gothique… Puis il y eut le déclic ! Traduisant péniblement les paroles écrites en caractères fourmilliens à l’intérieur du livret (je l’avais acheté !), j’ai ainsi mis toute ma soif d’absolu et de révolte dans des écoutes intensives, parfois pluri-quotidiennes, d’un album que je vivais alors comme un film… Quelle claque, quelle rencontre !

Et c’est à ce moment précis, ô cher lecteur, que tu m’enlèves le clavier des mains et que tu me demandes gentiment mais fermement ; « Ok, mais quel rapport avec la semoule ? … Et plus particulièrement le "Mirror Of Creation" de TOMORROW’S EVE ? »

Effectivement, il y a un rapport. Et un sacré !
Combo de Power Prog mélodique d’outre Rhin nourri au style et aux succès du grand frère VANDEN PLAS, les zicos de TOMORROW’S EVE sont également de bons gros fans de SF et prennent ainsi pour nom le titre d’une œuvre littéraire visionnaire du XIXème qui évoque pour la première fois le concept d’androïde. Sorti en 1999, leur première réalisation studio "The Unexpected World" met en musique et chante des mondes imaginaires, le tout orné d’une pochette digne d’un bouquin d’Asimov… L’identité artistique se construit !
Fort d’une timide reconnaissance (on ira quand même pas jusqu’à l’envoyer dans l’espace pour saluer la vie extra-terrestre !) TOMORROW’S EVE rentre dans une période incertaine de remaniement de son line-up, celle-ci coïncidant avec la composition de l’Histoire et des titres devant meubler "Mirror Of Creation" : ce qui explique sans doute le petit flou Interneto-artistique des crédits exacts à citer pour l’enregistrement de cet opus (si un fan historique possède d’ailleurs la vérité, je suis preneur !).
Ces aléas rocambolesques aboutissent néanmoins à la livraison, en mars 2003, du concept-album "Mirror Of Creation" dont les treize titres (dont quatre instrumentaux) sous-tendent le récit d’un monde s’ouvrant à l’eugénisme et à la perfection ultime rêvée par l’humanité ainsi qu’aux dérives qui en découlent… Le cruel Docteur X est ici remplacé par l’ignoble Professeur Brandon, tortueux scientifique que l’on entend d’ailleurs à plusieurs reprise au fil du récit, et qui préside à la destinée d’un jeune garçon « optimisé » qui en est d’ailleurs le héros : intrigue et affrontement dont le dénouement restera à mon niveau au secret dans le gros coffre-fort du bureau du Big Boss de NIME.
Pour retranscrire cette expérience et cette tension, TOMORROW’S EVE met en œuvre un métal compact, massif, construit sur des riffs puissants et des thèmes mélodiques lancinants. Cette musique riche, parsemée de nombreux breaks, bridges et autres variations, s’appuie sur des structures complexes au fil de morceaux dont les durées dépassent largement les standards habituels (entre 7:08 min et 10:23 min pour les principaux titres !). Le sentiment d’immersion, voire de cinématique dans l’univers du Professeur Brandon est ainsi total pour une œuvre qui flirte tout de même avec les 1h10… Nos Teutons sont des gourmands !

Côté instrumental, le son global un chouïa daté (on n’est qu’en 2003 tout de même !) reste de qualité et rend pleinement justice tant à la virtuosité des musiciens, qui maîtrisent parfaitement leur sujet, qu’à l’équilibre global entre les différents instruments.
Au niveau du chant (qu’il s’agisse du frontman sur le départ Peter Webel ou du tout nouveau Rouven Bitz…), la prestation se veut honorable, aussi bien dans ses capacités vocales que dans l’émotion / tension propre à l’histoire. L’unique remarque que l’on pourrait adresser sur la composition réside dans l’extrême verbosité des titres chantés : soucieux de dérouler le récit dans ses moindres détails, les Allemands ont une légère tendance à surdoser quelque peu les textes des parties chantées… Ce qui n’est pas sans nuire à l’ensemble tout en provoquant, au fil de l’album, un début de commencement de petite lassitude dont pâtit selon moi la musicalité de l’ensemble.

Pris dans leur logique narrative, les membres de TOMORROW’S EVE déroulent néanmoins de très solides compositions qui, si elles n’égalent pas l’effet d’un "Revolution Calling" ou encore d’un "Suite Sister Mary", constituent pour certaines de très jolies pièces métalliques sachant allier rythmiques puissantes et montées mélodiques entraînantes… donnant ainsi un bel avant-goût de ce qui est en train de germer au sein de ce groupe quasi inconnu.
Le plus bel échantillon en est formé par des titres comme l’introductif et puissant "Optimization" avec son refrain catchy et mélodique ou sa rythmique massive, mais aussi par le très pêchu "Live Your Dream", morceau ciselé à la mélodie pianotée hypnotique… ou encore le rapide et nerveux "Crazed Gunman" construit sur des oppositions entre passages ultra rythmés et accalmies sur base piano-voix.
Petite mention spéciale pour le très réussi chapitre final (dont l’éclat n’est pas sans me rappeler un certain "Eyes Of A Stranger") car "Point Of No Return" en mêlant savamment crescendo, escalade rythmique et jeux mélodiques, parvient selon moi à nous conduire inexorablement vers le dénouement en apothéose de cette histoire musicale, ceci en magnifiant toute la tension cumulée durant sa progression… et parvient ainsi à insuffler une belle envie de réécouter l’œuvre depuis le début. Bien joué !

Combo de gentils (et talentueux) anonymes, TOMORROW’S EVE offre, avec "Mirror Of Creation", un album quelque peu improbable car réellement inattendu à ce niveau de carrière. Complet, structuré (longs morceaux chantés, bruitages, transitions instrumentales...), bourré de bonnes choses mais aussi de quelques longueurs, ce concept-album ne révolutionne pas le genre ni ne révèle qui est finalement l’assassin de JF Kennedy… Non. Sa première et plus grande qualité (à part le coup de foudre pur et dur qu’ont peu être vécu certains) reste pour moi de révéler à la sphère métallique tout le potentiel contenu chez TOMORROW’S EVE qui affine ici son style et fourbi ses armes pour des albums à venir plus pros et plus convaincants : Il est pour cela d’une redoutable efficacité.

Prenant discrètement la main à distance sur l’ordinateur central du laboratoire secret du Professeur Brandon pendant que celui-ci admire ses éprouvettes multicolores, je m’insère dans ses fichiers de recherches les plus sensibles pour procéder à leur effacement définitif : nos fragilités et nos différences font partie de la richesse du monde et nous ne devons pas tenter de (re)programmer la vie ! En remplacement des travaux perdus, j’installe une jolie veille écran perpétuelle qui indiquera : « TOMORROW’S EVE – "Mirror Of Creation" – 3/5 H4cked by NIME » tournant en continu avec le logo du groupe… Il est peut-être d’ailleurs temps que j’aille le réécouter ce concept-album… Me plaît bien...

- pour l’introduction sur les chapeaux de roues : "Optimization",
- pour le final explosif : "Point Of No Return",
- pour les accros qui veulent connaître les détails de l’histoire… Le reste de l’album.

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


EARTHSIDE
A Dream In Static (2015)
Voyage immobile




REDEMPTION
Long Night's Journey Into Day (2018)
REDEMPTION : ça passe et ça casse .. la baraque !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Équipe A :
- Peter Webel (chant)
- Rainer Grund (guitares)
- Oliver Schwickert (keyboards)
- René Müller (basse)
- Ralf Gottlieb (batterie)
- Équipe B :
- Rouven Bitz (chant)
- Rainer Grund (guitares)
- Olivier Schwickert (keyboards)
- René Müller (basse)
- Olivier Jungmann (batterie)


1. Prof. Brandon
2. Optimization
3. Cold Science
4. If Eyes Turn Blind
5. Lost
6. Live Your Dream
7. Next Chapter
8. New Orders
9. Crazed Gunman
10. Mirror Of Creation
11. Too Many Lies
12. Point Of No Return
13. Tomorrow?



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod