Recherche avancée       Liste groupes



      
DJENT - MÉTAL MÉLODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Karnivool, Teramaze

SHATTERED SKIES - The World We Used To Know (2015)
Par HAPLO le 5 Novembre 2019          Consultée 225 fois

Commençons donc cette chronique en enfonçant quelques portes ouvertes, portes ornées par de jolis dictons chromés :
« l’habit ne fait pas le moine » et « les images ont la vie dure » !(en l’occurrence les étiquettes musicales)

Pourquoi donc ces lapalissades sur NIME ? Car ce n’est ni en col romain ou même en bure de moine que j’ai initialement eu la surprise de découvrir les quatre compères de SHATTERED SKIES, sur une vidéo illustrant un titre de l’album présentement chroniqué, mais portant à l’uniforme de charmants ensembles « minet londonien » gilet gris taupe / chemise blanche / pantalons à pinces accordés aux gilets please. Alliant des coupes de cheveux proprettes ainsi qu’un visuel ultra simplifié réduit aux seuls instruments, nos Irlando-Britanniques envoient alors dans le bouzin tubesque une musique bétonnante et roulo-compressive, à l’opposé de cette légèreté dénudée (mais trompeuse !) ainsi affichée sur les premières séquences de la dite vidéo.

Attention aux premières impressions donc…

Jeune groupe sorti de nulle part (encore un !) au tournant de l’année 2010-2011, SHATTERED SKIES est initialement formé sur les cendres d’un gang musical irlandais nommé DISTRIBUTOR par le chanteur Sean Murphy, le multi-instrumentiste et guitariste à huit cordes Ian Rockett, le bassiste James Dunne et le batteur-mixeur-arrangeur-mais aussi producteur Ross McMahon.
L’année 2011 voit donc la sortie logique d’un premier EP "Reanimation" sur lequel le combo affûte ses lames en proposant six titres brut de décoffrage aux riffs syncopés et martelant mais où la recherche mélodique est bien présente. Un second EP "Pianomation" lui succédera en 2012, confirmant le talent des musiciens ainsi que le choix des premières orientations (modérées par des arrangements piano-voix sur certains titres) que la valse des étiquettes épingle alors sous le style de Djent…

Oui, mais voilà ma brave dame ! qu’est-ce que je vous sers comme Djent au menu du jour ?
- du violent, noir et sauce gutturale (MESHUGGAH) ?
- du rapide, bruyant aux légumes grunt alterné voix claire (PERIPHERY) ?
- du mid-tempo accompagné d’un vin doux et instrumental (CLOUDCLICKER) ?
- ou du mélodique-atmo avec chant voix claire (TESSERACT) ?

En tout état de cause, le quartette de SHATTERED SKIES semble avoir du mal à rentrer dans de petites cases étiquetées, et c’est en outre ce qui fait son charme. Armé d’une base rythmique soudée et compacte où des riffs rapprochés s’alignent sur la ligne de basse, ralliement visible au courant Djent, la formation y adjoint des passages (et des instruments) plus aériens et respirant, le tout porté par une voix claire et nuancée – ceci au travers de structures qui, si elles ne méritent pas l’adjectif de chiadées – ont le mérite d’exister… Et d’éviter le linéaire.
Mais revenons à nos cieux brisés : à l’issue des deux EP, le bassiste quitte le navire et est remplacé par le sieur Jim Hughes (qui bien qu’apparaissant dans la vidéo évoquée plus haut, n’est pas crédité sur le Bandcamp du groupe [?]). Reprenant le titre phare du second EP "As The Sea Divides", l’album "The World We Used To Know" sort début 2015 et, tout en affichant clairement les ambitions des musiciens, propose également une production plus qu’honnête qui tient bien la route ainsi qu’une belle cohérence artistique d’ensemble. Il est palpable que chaque titre a été rudement travaillé afin de constituer une pièce unique, un chapitre complet, une facette propre de ce monde que nous sommes sensés si bien connaître.

Ainsi, dois-je le dire de suite, les dix titres qui meublent cet album (je ne tiens pas compte de la sympathique mais anecdotique intro musicale de 1’26 !) ne me semblent pas loin de constituer un parcours quasi sans fautes pour une première livraison studio complète. Les puristes (ou fans de la première heure si il y en a) pourront légitimement faire valoir qu’une de ces compos figurait sur le second EP et ils auraient raison : il n’en demeure pas moins que celle-ci s’imbrique parfaitement et de manière cohérente à l’ensemble…

Véritable cocktail métallique mêlant une assise rythmique soudée propre au Djent à des transitions mélodiques respirantes ainsi qu’à une voix claire et nuancée s’accordant bien à la raideur instrumentale, les morceaux "The End And The Rebirth", "As The Sea Divides" sans oublier "Saviours" constituent ainsi l’essence même du talent et de l’originalité de SHATTERED SKIES. Ils illustrent au mieux un album dans lequel la base rythmique riche et compacte côtoie intelligemment un esprit très Prog" tant dans ses variations que dans son souci mélodique.

Mais qu’il s’agisse des belles lignes de riffs ciselés de "Haunted", du martelant "15 Minutes", de l’émotion piquante portée au travers de la balade "Elegance & Grace" ou des relents popisants du sympathique "Flipside", le reste de l’opus révèle que non contents d’être talentueux, nos musiciens semblent également s’être attelés à nous faire partager leur plaisir… Et y parviennent en ce qui me concerne. Un cocktail riche et sucré : On en reprend sans penser au lendemain !

Alors avouons-le : le pari semble bien réussi pour ces faux minets mais vrais vauriens métalliques qui trouvent ici leur créneau (et potentiellement leur public !) et dont le talent parvient intelligemment à associer un style rugueux comme le Djent à des structures et harmonies plus progressives. Le mariage est heureux et ne manque pas d’originalité !

Même si la Déesse des défauts mineurs n’a pas épargné "The World We Used To Know" (mode misogyne : c’est vrai, la gente féminine perçoit naturellement toutes nos minuscules imperfections !) avec cette intro inutilo-symbolique ou encore le morceau éponyme de 11’07 qui finit peut-être un tantinet à tourner en rond, ces remarques pourront toujours intéresser ceux qui entretiennent une libido débridée avec les mouches…

C’est donc en admirant béatement les cieux déchirés que je glisse un généreux mais mérité 4/5 sur la guitare à huit cordes du maestro Ian Rockett, en espérant que SHATTERED SKIES conserve cette fraîcheur, ce rythme et surtout son cachet Djent/Prog détonant.

- pour ne pas mourir idiot : "As The Sea Divides",
- pour continuer à headbanguer en petit gilet fashion et souliers vernis : "The End And The Rebirth" ou "Saviours",
- à jouer sous sa fenêtre si elle menace de t’abandonner : "Elegance & Grace".

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


TOMORROW'S EVE
Mirror Of Creation Iii - Project Ikaros (2018)
Quand poésie rime avec retour réussi !




FULL NOTHING
Full Nothing (2015)
Success-story argentine


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Sean Murphy (voix)
- Ian Rockett (guitares, claviers, backing vocals)
- Jim Hughes (basse,)
- Ross Mcmahon (batterie, mixing/production)


1. Collapse Of Man
2. The End And The Rebirth
3. Haunted
4. 15 Minutes
5. Elegance & Grace
6. Show's Over
7. As The Sea Divides
8. Flipside
9. Aesthetics
10. Saviours
11. The World We Used To Know



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod