Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PARODIQUE  |  LIVE

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hellfest Open Air Edition
 

 Site Officiel Français (1320)

ULTRA VOMIT - L'olymputaindepia (2019)
Par JEFF KANJI le 22 Juillet 2019          Consultée 2592 fois

Le moment semblait opportun pour proposer un Live mais même carrément une vidéo des concerts désopilants d'ULTRA VOMIT. Quiconque a déjà assisté à l'une de ces représentations sait à quel point on ressort détendu après s'être marré, avoir pogoté et pris une bonne dose de Metal dans les dents. Si "Panzer Surprise" ne bénéficie justement pas de l'effet de surprise de son aîné "Objectif: Thunes", il renferme tout de même de sacrés morceaux, dont certains (comme "Calojira") faisaient partie du set live des Nantais depuis un bon moment.

Un Olympia plein comme un œuf et un public bien chauffé à blanc par MONONC'SERGE que l'on retrouvera plus tard pour parler du mythique Super Sexe ou encore pour jouer les Messmer avec un dénouement terrible pour un certain Nico qui sera le "Pov' Connard" de la soirée. Des guests en pagaille histoire de marquer l'évènement, comme les deux Japonaises avec leur couvre-chef en forme de pieuvre pour "Takoyaki", Niko de TAGADA JONES parfait pour "Un Chien Géant" et bien évidemment Andreas le "mec des Canards" dixit Fetus lui-même.

Un florilège de ses trois albums (et oui même si les morceaux Grind sont évités), "I Like To Vomit" ou encore "Judas Prost" côtoient les désormais classiques "Boulangerie Pâtisserie" ou "Darry Cowl Chamber" (qui donne le ton du concert à la perfection) ou les extraits de "Panzer Surprise" que le groupe est venu défendre bien évidemment.

On peut séparer ce concert en trois actes : l'enchaînement de réussites techniques avec guests bien placés avec notamment un "Takoyaki" toujours aussi efficace, "Les Bonnes Manières" bien entendu ou encore le monumental "Mountains Of Maths", le tout livré avec un son monumental, et ce même si cet enchaînement d'invités peut parfois paraître un poil forcé par la nécessité de rendre la captation vidéo unique en son genre. Mais bon, difficile d'en vouloir au groupe tant il est devenu compliqué de rentabiliser ce genre de sortie.
La deuxième partie tient davantage de l'animation musicale que de la musique pure, où le groupe (enfin surtout Fetus), effectue un numéro de stand-up : les petits post-its "Une Souris Verte", "Pipi Vs Caca", avec son désormais institutionnel wall of chiasse, donne une parfaite occasion d'enchaîner sur l'Outro de "Objectif: Thunes". C'est aussi pendant cette seconde partie que Manard prendra les devants pour la minute Manard qui le verra revisiter "Pokerface" avec sa voix d'ours mal léché mais aussi le "Keken" du dernier album qui lui vaudra de renommer la salle de Bruno Coquatrix le Bièrympia. L'occasion aussi de remarquer les aptitudes de Flockos à la batterie, pendant que Manard fait l'andouille.
L'un des nombreux clins d'œil humoristiques (comme ce "Wrecking Ball" glissé pendant "Je Collectionne Des Canards (Vivants)" annonce une dernière partie où s'enchaînent les plus grands classiques du groupe, avec notamment les deux monuments du dernier opus que sont "Kammthaar" et "Évier Metal" bien entendu.

On ressort de l'écoute détendu, mais l'expérience DVD est véritablement indispensable. L'aspect visuel a été soigné, et l'humour y demeure présent avec ce générique de fin qui débarque après la première annonce de fin de concert ou encore ce jingle qui reprend "Évier Metal" façon musique des îles. Je pourrais aussi parler de l'arrivée des musiciens sur la musique de Fort Boyard bien sûr. Très bien filmé, chacun a droit à son moment, et surtout l'expérience est différente dans le sens où il n'y a pas toutes les coupures du CD (compréhensibles pour des histoires de durée et créant une sorte de best-of), ce qui permet d'apprécier le retour sur scène des anciens bassistes de la formation.

"L'OlymputaindePia" s'affirme dès lors comme une sortie majeure et indispensable des Français, au même titre que le référentiel "Objectif: Thunes" de 2008. À se procurer d'urgence pour se rappeler de ne jamais prendre notre musique trop au sérieux.

A lire aussi en DIVERS par JEFF KANJI :


BLIND GUARDIAN
Twilight Orchestra - Legacy Of The Dark Lands (2019)
Vingt ans de gestation




TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA
Christmas Eve And Other Stories (1996)
From the gutter to the stage


Marquez et partagez






 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Fetus (chant, guitare)
- Flockos (guitare, chœurs)
- Matthieu Bausson (basse, chœurs)
- Manard (batterie, chant)


1. Darry Cowl Chamber
2. Les Bonnes Manières
3. Un Chien Géant
4. E-tron (digital Caca)
5. Mechanical Chiwawa
6. Je Ne T'es Jamait Autans Aimer
7. Moutains Of Maths
8. Calojira
9. Takoyaki
10. Boulangerie Pâtisserie
11. Super Sexe
12. Hyper Sexe
13. Pov' Connard
14. Batman
15. Une Souris Verte
16. Phoned To Death
17. La Ch'nille
18. La Bouillie
19. Pokerface
20. Keken
21. Pink Pantera
22. Anthracte
23. Je Possède Un Cousin
24. Judas Prost
25. I Like To Vomit
26. Pipi Vs Caca
27. Outro (c'Était Pas Mal Là)
28. Je Collectionne Des Canards (vivants)
29. Kammthaar
30. Quand J'Étais Petit
31. Évier Metal



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod