Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PARODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (18)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hellfest Open Air Edition
 

 Site Officiel Français (1108)

ULTRA VOMIT - Panzer Surprise (2017)
Par VOLTHORD le 1er Juin 2017          Consultée 2468 fois

Attendu comme le messie par tout metalleux festivalier qui se respecte, le nouveau cru du vomit plus ultra de la chanson française est là, tout beau, tout propre, et j’ai presque quasi pas beaucoup de retard pour en parler !

Neuf ans putain ! Le rythme de publication SUMMONINGien d’ULTRA VOMIT, apaisé tout de même par la sortie des tout à fait cons et (parfois) réjouissants albums d’ANDREAS ET NICOLAS aura tout de même créé un petit vide (et un non-renouvèlement des blagues collectives) dans le cœur des metalleux. Balancé sur Youtube entre les deux tours d’une élection présidentielle ayant grandement participé à la fatigue mentale générale, "Panzer Surprise" nous a pété à la gueule… façon pétard mouillé.
D’ailleurs le fait d’avoir publié l’album en entier sur ladite plateforme est à la fois généreux de la part de nos Nantais préférés, mais l’inscrit également dans le flux boulimique du "buzz", duquel il aura du mal à se démarquer.

Car si "Objectif : Thunes" fait partie de l’épicerie de base du métalleux français, "Panzer Suprise" s’inscrira davantage du côté des denrées périssables.
"Objectif : Thunes" a vite eu un statut iconique et on s’en souviendra encore en maison de retraites ("la bonne époque du pipicaca metal"). Il faut dire que le groupe se positionnait dans une niche (la chanson française metal) encore trop peu exploitée, avec une fougue et une idiotie qui faisait du bien à entendre dans un univers encore bien trop sérieux.
Le second degré étant désormais devenu monnaie courante, il aurait fallu qu’ULTRA VOMIT nous donne une double ration de frites pour garder son statut.

Se contenter de "Panzer Surprise", c’est certainement se contenter de très peu tant l’album sue la facilité à tous les étages : 38 minutes inégales pour quelques petits délires ici et là et quelques vrais bons titres dans le lot. "Takoyaki" restera dans les mémoires, "Kammthaar" dans les tiroirs, "Jésus" est amusant, un "Evier Metal" travaillé nous aura à l’usure, et l’étonnant et finalement très sérieux "Batman VS Predator" nous amène enfin sur un terrain moins conquis et plus conquérant. On atteint le sommet de la fatigue mentale avec "Pipi vs Caca" aussi louable qu’il n’est pathétique.
Pour le reste, on est dans le délire de kermesse qui a désormais un peu pris des rides vu que l’internet se charge tous les jours de faire des associations d’idées plus osées : "La Ch’nill", "Pink Pantera", "Calojira" ou "Entooned" sont donc dans la "pure veine" de ce que faisait le groupe avec "Une Souris Verte" ou "Mechanical Chiwawa". Je ne pense pas être le seul en 2017 à ne plus trop pouvoir me contenter de ça. Idem pour les parodies qui font sourire mais ne vont pas tellement plus loin que l’idée de départ : le pas très drôle "Un Chien Géant", les trois "La Bouillie" (non, vraiment, non)... Et ce "Kammthaar" bordel, c'est moi ou c'est vraiment pas drôle du tout ?

On a difficilement sur "Panzer Surprise" des délires absurdes et gentiment cradingues dans le style de "Je Possède Un Cousin" ou "Je Ne T'ai Jamait Autans Aimer", on doit se contenter du certes entêtant mais pas hilarant "Super Sexe" (accolé de son inutile suite instrumentale "Hyper Sexe"). On a peu d’hymnes nawak comme "Boulangerie Pâtisserie" ou des pots pourris réjouissants comme l’outro de "Objectif : Thunes".

Si le groupe gardera sans aucun doute tout son swag pour les festivaux prochains, et que, presque plus par habitude que par réel enjeu artistique, on le trouvera toujours un peu partout dans les salles d’envergure, les mjc et les mariages de curés, on peut difficilement dire qu’ULTRA VOMIT passe à la vitesse supérieure.

D’apparence, "Objectif : Thunes" donnait l’impression d’un brainstorming blindé de délires aléatoires et de compos à la sauvette tout en ratissant large et en touchant dans le mille. "Panzer Surpise" quant à lui semble vouloir toucher à tout… mais avec une maladresse un peu dépassée.

Ou c’est juste moi qui suis devenu un très vieux et très gros con. Si dans dix ans, tout le monde chante "Un Chien Géant" avec le même entrain que "Boulangerie Pâtisserie", ce sera avéré.

A lire aussi en DIVERS par VOLTHORD :


LUMSK
Det Vilde Kor (2007)
Mois féerique, très calme...en tout cas, superbe




SOPOR AETERNUS
Les Fleurs Du Mal (2007)
Gaieté et mélancolie se font la cour


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
   ISAACRUDER

 
   (2 chroniques)



- Fetus : Chant, Guitare
- Manard : Batterie, Choeurs
- Flockos : Chant, Guitare


1. Entooned
2. Kammthaar
3. Un Chien Géant
4. Takoyaki
5. Super Sexe
6. Hyper Sexe
7. La Bouillie
8. E-tron (digital Caca)
9. Le Train Fantôme
10. Calojira
11. La Bouillie
12. Jésus
13. Anthracte
14. Keken
15. La Bouillie
16. Noël
17. Pink Pantera
18. La Ch’nille
19. La Bouillie
20. Batman Vs Predator
21. Pipi Vs Caca
22. Evier Metal



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod