Recherche avancée       Liste groupes



      
METOL (VIVANT)  |  STUDIO

Commentaires (17)
Questions / Réponses (1 / 6)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hellfest Open Air Edition
 

 Site Officiel Français (1200)

ULTRA VOMIT - Objectif: Thunes (2008)
Par VOLTHORD le 25 Février 2008          Consultée 13688 fois

Nos guignols nationaux sont enfin de retour. Une première seconde au riff triomphal annonce déjà une couleur bien moins extrême que ce qu'ULTRA VOMIT nous avait habitués sur le détonnant (mais un peu lourd) Mr Patate.
Comme qui dirait, ça doit être à cause du nouveau bassiste et sa tronche de hippie. Mais en fait, c'est bien plus que ça.
Une « expérience humaine incroyable » s'annonce ? Ou plutôt comment le groupe passe de la primaire au collège, avec des délires élaborés à partir d'un « pas grand chose » élevé au rang du « ouah c'est génial », et qui se transforment en une série de références démentes, de private joke hilarantes, de clins d'oeils enfantins, parfois puérils, le tout baigné d'une bonne humeur et d'un charisme toujours à plus de 70% dans les sondages. C'est les geeks et les 'talleux qui vont être contents, car désormais les Nantais ratissent large pour récolter les fruits de leur semence (comment ça, c'est relou comme phrase?).

Un album bien rock'n'roll, bien heavy (« Boulangerie Pâtisserie »), et bien euh...bah un peu de tout. De bases hard rock revendiquées (« Quand j'étais petit » et son aspect résolument MOTORHEADien), on passe aux babouillages Hxc, alors que ULTRA VOMIT fait des leçons de morales aux mômes, qui se finissent en coup de batte de base-ball. Pis voilà, un peu de black metal avec le terrifiant « Mountains Of Maths » et l'archi malsain « Maïté Ravendark » (qui contient également un fort message politique), du cracra metal avec « Poil de cul » et « Croûte de Pus » (on oublie pas ses origines hein!), du death metal titillant nos références parentales (« Joe Cocker Motherfuuuuucker »), du rock hymnique (vivement « Je Possède un Cousin » en live), du thrashouille bien cool ( « Darry Cowl Chamber »). Ajoutons à cela des délires débiles qui ont tellement rien à foutre ici qu'ils en paraîtraient presque brillants (« Jacque Chirac », « Welcome To The Jingle », « La Flemme »)...et là c'est l'extase.

Seul l'instrumental « Gremlins At The Gate » semble montrer un groupe qui a aussi envie de prouver qu'il sait faire de la musique, et pas que de l'amuse-gueule basique pour mioches...ça fait plaisir...mais on préfère déjà mieux le morceau suivant et sa magnifique parodie amoureuse.

Ma théorie personnelle, c'est qu'ULTRA VOMIT a compris que Judas Prost et Max Et Compagnie étaient les deux morceaux que les gens retenaient le plus de leur précédent opus. Du coup, c'est une bonne raison de lorgner davantage sur les FATALS PICARDS, les WRIGGLES ou autres génialissimes OLDELAF ET MONSIEUR D que sur GRONIBARD... ouais de toute façon le titre est clair, le but c'est de faire du fric. Et vu comment c'est parti...bah, c'est bien parti.

Pour preuve que ULTRA VOMIT est dans une démarche VRAIMENT commerciale (et bouh la tehon quoi!), c'est que Fetus se permet même de trahir son compatriote nantais Andreas et s'accapare « Je Collectionne des Canards (Vivants »! morceau qui annoncerait peut-être la fin d'une amitié (allez voir sur http://www.myspace.com/andreasetnicolas pour comprendre ce que je baragouine), mais peut-être aussi le début d'un ULTRA VOMIT plus poussé, avec des morceaux plus longs, et qui sonnera de plus en plus variet' pour notre plus grand bonheur. Comme quoi le pillage est aussi l'apanage des groupes comiques, vous voyez!


Inutile de trop décrire la galette, de toute façon tout le monde l'a déjà téléchargée, écoutée (sur leur maïspèce), et tout le monde l'achètera. De nombreux non-fans de Metal assez ouverts ont déjà adopté le délire (si si, commencez à chanter « Je collectionne des canards (Vivants) » dans la rue, vous verrez!), les geeks sont déjà à fond, les chevelus ne se sentent même pas trahis (les cons) et en fait, il ne reste plus qu'à décoincer les éternels anti-chevelus, et la France sera à genoux devant ces trois crétins malins.

Un album qui ne transcende rien, qui mange pas de pain, qui parvient à saisir les bases d'un éventail très large de genres et de faire joujou avec comme il se doit. Ca fait foutrement plaisir à entendre. Et puis bah je n'ai qu'une chose à dire, en hommage à un final fantastique blindé de références métalliques en tous genre:

C'tait pas mal là? Ouais...ah c'était mieux là? Ouais!

A lire aussi en DIVERS par VOLTHORD :


SOPOR AETERNUS
Les Fleurs Du Mal (2007)
Gaieté et mélancolie se font la cour




WARDRUNA
Runaljod - Ragnarok (2016)
Le shamanisme moderne dans sa forme la plus pure


Marquez et partagez





Par VOLTHORD




 
   VOLTHORD

 
   AAARGH
   FENRYL
   LYRR
   ONCLEGUUD

 
   (5 chroniques)



- Flockos (basse, chants lointains)
- Fetus (chant, guitare)
- Stickskiller (batterie, chant)


1. Intro
2. Quand J'étais Petit
3. Darryl Crow Chamber
4. Les Bonnes Manières
5. Boulangerie Patisserie
6. Maité Ravendark
7. Jack Chirac
8. Pour Un Mosh
9. Pauv' Connard
10. Machanical Chiwawa
11. Gremmlins At The Gates
12. Je Ne T'ai Jamait Autans Aimer
13. Poil De Cul
14. Croute De Pus
15. La Flemme
16. Mountains Of Maths
17. Morbid Cocker
18. Welcome To The Jingle
19. Je Possède Un Coussin
20. Canidal Corpse
21. Condemnde To Headbang
22. W.a Mozart 25th Symphony...
23. Je Collectionne Des Canards (vivants)
24. Outro



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod