Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUTHERN ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Molly Hatchet, Survivor, Dewolff
- Style + Membre : Lynyrd Skynyrd

.38 SPECIAL - .38 Special (1977)
Par DARK BEAGLE le 30 Mars 2019          Consultée 889 fois

Chez les Van Zant, on aime chanter. Le plus connu, Ronnie, a connu un destin funeste en 1977 quand l’avion de LYNYRD SKYNYRD s’est crashé, emportant la moitié du groupe (et vu le nombre de musiciens et choristes, ça fait du monde). Le plus jeune, Johnny, a repris le flambeau de son aîné en 1987 pour redonner vie à cette légende du sud. Le cadet, quant à lui, tient le micro au sein de .38 SPECIAL, le genre de groupe que la NRA passe à chacun de ses congrès tant il ressemble à une pub vivante (enfin… Vivante…) pour l’organisme. Enfin bon, ça va, cela reste du petit calibre. D’ailleurs, dans le domaine du Southern Rock, ses débuts un peu poussifs ne laissaient en rien entrevoir la carrière que le groupe aura au début des années 80.

Donnie Van Zant va rapidement signer sa formation sur le label A&M et un premier album va voir le jour en 1977 et va distiller une musique très proche de ce que produisait LYNYRD SKYNYRD, mais sans le sens du groove et le côté tranchant inhérents à ce dernier. C’est plutôt bien fait dans son ensemble, mais disons-le tout de suite, il manque un truc pour que ça s’inscrive durablement dans les mémoires. Et le truc en question est assez gros. Sans aller jusqu’à parler de talent ou de confiance en soi, évoquer une personnalité plus affirmée c’est déjà soulever le gros du problème.

Les musiciens de .38 SPECIAL délivrent une prestation qui sent bon l’Amérique. Celle du sud. Ils jouent un Rock tranquille, sachant sonner de façon joliment Hard par moments ("Gypsy Belle"), se donnant des atours Country ("Long Time Gone") et montrant un faible certain pour les ballades ("Fly Away", "Play A Simple Song" ou encore "Just Hang On"). Ils livrent donc un travail honnête (et en plus, pour ne rien gâcher, les ballades sont plutôt sympa dans leur genre, même s’il ne faut pas s’attendre à des grosses explosions de guitare), qui s’écoute sans vraiment s’ennuyer, ni même sans déplaisir. Mais il faut bien se rendre compte d’une chose : sur ce premier album, il n’y a pas une once d’originalité.

Et forcément, les comparaisons avec LYNYRD SKYNYRD sont inévitables. Il y a le poids du nom de Van Zant, déjà. Donnie sera toujours mis en compétition avec Ronnie d’abord, puis avec Johnny. Musicalement, les points communs sont importants, également. Il y a cette langueur typique du sud que l’on retrouve tout du long, avec ces rythmes cools, des mélodies qui transpirent leur terroir. Mais ce qui va surtout différencier LYNYRD SKYNYRD de .38 SPECIAL sur ce premier album, c’est que les premiers sont destinés à faire plier les États-Unis tandis que les suivants ne semblent bons au final qu’à animer les bals et fêtes de Jacksonville, Floride.

Il manque à .38 SPECIAL une personnalité donc, un quelque chose en plus qui lui permettrait d’avoir une existence propre plutôt que d’être une ombre qui colle un peu trop à son aîné. La bande à Donnie est pour le moment un ersatz, un groupe Canada Dry, au mieux un placebo. Peu de saveur, des compositions honnêtes mais qui manquent de sel. La formation livre une cuisine fade, que l’on associe mal à toute notion du sud, qui évoque forcément le piment. Ce n’est pas que cela manque de passion, cela manque d’idées et peut-être qu’avec une interprétation plus musclée, le résultat aurait pu être motivant.

Parce que ce qui ressort après plusieurs écoutes de cet album, c’est sa grande mollesse, tout du long. Les musiciens y vont à la cool, parfois un rien trop cool même et il manque cette envie de mordre, une agressivité qui aurait été la bienvenue. Parce que ce disque éponyme se traîne un petit peu. Il n’est pas totalement raté, même si l’on peut croire à la lecture que ce soit chiant à mourir. Si vous aimez les ballades aux accents Country, les jolies petites mélodies toutes mignonnettes, ce disque vous plaira très certainement. Et il n’y a aucun mal à cela. .38 SPECIAL sait y faire pour lâcher des ritournelles plutôt bien écrites, mais tellement sucrées qu’elles collent aux dents.

Ce premier opus manque d’un certain nombre de cojones. Il lui faudrait de la hargne, de la transpiration, une sueur qui sent le sexe et le foutre. Il n’y a pas ce côté excitant que l’on retrouve chez LYNYRD SKYNYRD, ni même le feeling qui transpirera des balbutiements de MOLLY HATCHET, à l’imagerie si barbare. .38 SPECIAL, c’est un peu les gentils. Ceux qui n’aiment pas trop brusquer les gens. Le groupe mettra d’ailleurs du temps à connaître mieux qu’un succès d’estime et il faudra attendre les années 80 et le disque "Wild-Eyed Southern Boys" pour que l’on ait enfin un disque vraiment explosif de leur part.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


ZZ TOP
Zz Top's First Album (1970)
Certified blues




TARJA
In The Raw (2019)
Éclosion


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Donnie Van Zant (chant)
- Don Barnes (guitare, chant)
- Jeff Carlisi (guitare)
- Ken Lyons (basse)
- Larry Junstrom (basse)
- Jack Grondin (batterie)
- Steve Brookins (batterie)


1. Long Time Gone
2. Fly Away
3. Around And Around
4. Play A Simple Song
5. Gypsy Belle
6. Four Wheels
7. Tell Everybody
8. Just Hang On
9. Just Wanna Rock & Roll



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod