Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1966 Fresh Cream
1967 Disraeli Gears
1968 Wheels Of Fire
1969 Goodbye
1970 Live Cream
1972 Live Cream Volume Ii
 

- Style : Bad Company, Cactus, Rosalie Cunningham, Greta Van Fleet, Rival Sons, Led Zeppelin, Grand Funk Railroad, Free, The Firm, Dewolff
- Membre : Public Image Limited
- Style + Membre : The Yardbirds

CREAM - Fresh Cream (1966)
Par DARK BEAGLE le 21 Mars 2019          Consultée 1182 fois

CREAM, c’est l’essence du super-groupe, ce terme que l’on utilise très fréquemment pour définir la réunion de plusieurs musiciens talentueux de formations différentes, ou artistes solos, en une seule entité. Dans le domaine du Rock, il est souvent admis que CREAM serait le premier du genre. Et franchement, il avait de la gueule, ce combo. Imaginez : Eric Clapton à la guitare, qui était passé chez les YARDBIRDS et qui jouait alors avec John MAYALL & THE BLUESBREAKERS, Jack Bruce à la basse et au chant, connu pour son passage chez le Graham BOND ORGANISATION ainsi que chez les BLUESBREAKERS, puis Ginger Baker à la batterie, que l’on retrouvait également dans le Graham BOND ORGANISATION et qui avait un sacré background Jazz. Et que vont jouer ces trois gars ? Du Blues, bien évidemment !

Mais leur vision du Blues se veut très électrique. Fortement teintée de Rock et contenant quelques touches de psychédélisme qui vont rendre CREAM moderne pour l’époque et surtout très percutant. "Fresh Cream", leur premier album, sonne de façon très live. Il dégage une puissance intéressante pour l’époque, qui préfigure complètement une évolution à venir, qui sera effective avec l’explosion de LED ZEPPELIN. Et malgré un format très bâtard, avec autant de reprises que de titres originaux, ce disque parvient à conserver une logique qui lui est propre, même s’il semble très disparate aux premières écoutes.

Aujourd’hui, on trouve facilement cet opus avec onze morceaux, ce qui n’était pas le cas à l’époque. À l’origine, "Fresh Cream" était sorti dans deux éditions, l’une réservée au marché européen et l’autre, pour les États-Unis, avec un tracklisting légèrement différent, la version US ne proposant pas la cover du "Spoonful" de Willie DIXON (décidément, nous croisons beaucoup ce nom quand on évoque les YARDBIRDS, LED ZEPPELIN et CREAM…), cette dernière étant remplacée par la compo originale et psyché "I Feel Free", qui ne figure pas sur le pressage anglais. Ceci étant, cela n’avait rien d’exceptionnel à cette époque. Par exemple, le "Aftermath" des ROLLING STONES avait une gueule bien différente en fonction du pays où vous achetiez l’album à sa sortie. Pour faciliter les choses, les onze titres seront ici pris en considération.

Mais le côté un peu bordélique de "Fresh Cream" n’est pas dû à une compilation de singles. Seul "Spoonful" a été édité en 45-tours d’ailleurs et ce uniquement aux USA, ce disque a bien été réfléchi comme un album à part entière, mais il n’en demeure pas moins déséquilibré dans les intentions. Nous naviguons fréquemment entre des morceaux lourds, riches et des choses plus standard dans le domaine du Blues ("Sleepy Time Time") ou plus légères ("Dreaming"). Mais quand Clapton décide de se faire plus tranchant, le résultat est des plus appréciables, comme sur "I Feel Free", "N.S.U.", la reprise endiablée du "I’m So Glad" de Skip JAMES. Clapton, c’est un guitariste frustrant : super doué, mais qui reste malheureusement cantonné à un seul style. Son amour du Blues transpire littéralement quand il joue sur les standards que CREAM se plaît à reprendre ici, ses soli sont souvent de bonnes petites baffes dans les dents ("Spoonful", encore et toujours).

Mais résumer CREAM à Clapton et à son amour du Blues serait minimiser l’apport des deux autres. Jack Bruce était (il nous a malheureusement quitté en 2014) était un bassiste solide et un chanteur par défaut qui avait du chien. Sa voix tranche complètement avec celle de Clapton, plus lisse, plus posée, que l’on peut entendre sur la cover du "Four Until Late" de Robert JOHNSON. Bruce était plus rentre-dedans, plus intense dans sa façon d’aborder le chant. Quand à Ginger Baker, ce batteur possède une frappe folle, qui annonce les John Bonham à venir. Capable de se restreindre quand il le faut, il n’est jamais aussi excellent que lorsqu’on lui lâche la bride. Mon Dieu, mais écoutez "Rollin’ And Tumblin’" ou encore l’instrumental "Toad" où il se déchaîne ! Oui, l'ancêtre de "Moby Dick" ce titre.

Mais ces fortes personnalités vont également être le point faible de ce groupe et va vite mettre en avant le problème récurrent de bon nombre de ces fameux super-groupes : chacun va essayer de prendre le dessus sur l’autre, de s’illustrer au détriment des autres (notamment Bruce et Baker, qui ne sont pas connus pour être potes. Même à cette époque). Mais cela va également créer une émulation parmi les musiciens, et sans cela, certaines versions proposées des classiques du Blues auraient pu être bien fades, et les compositions originales se fondre complètement dans la masse. Du chaos naît une identité forte, qui tend vers un Rock Psychédélique chaud et intense, qui marquait une évolution par rapport aux standards anglais de l’époque. Finalement, en 1966, les YARDBIRDS et CREAM posaient quelques-unes des premières pierres de ce que sera le Hard Rock dans la Perfide Albion.

Et malgré son côté parfois un peu fourre-tout, son éternelle hésitation entre le Blues pur et dur et les expérimentations plus modernes, "Fresh Cream" est un album essentiel de l’avant LED ZEPPELIN, pour schématiser vulgairement ce passage du Rock au Hard Rock. Avec le Jimi HENDRIX EXPERIENCE, CREAM est l’un des grands précurseurs du genre, géniaux et fédérateurs à la fois. À partir de maintenant, la voie était ouverte, royale, pour une démonstration de force de bon nombre de groupes qui végétaient encore dans l’ombre ou qui ne savaient pas encore comment tirer leur épingle du jeu. Et si aujourd’hui le son de CREAM peut paraître vieillot, cela ne doit en aucun cas freiner les moins téméraires d’entre vous. CREAM, c’est un essentiel du Rock et le connaître n’est pas un mal. Mais un plaisir.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


WISHBONE ASH
Coat Of Arms (2020)
Cinquante piges au service du Rock




KIX
Kix (1981)
KIX out the jams ! Ok, je sors...


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Jack Bruce (chant, basse)
- Eric Clapton (guitare, chant)
- Ginger Baker (batterie, chant)


1. I Feel Free
2. N.s.u.
3. Sleepy Time Time
4. Dreaming
5. Sweet Wine
6. Spoonful
7. Cat's Squirrel
8. Four Until Late
9. Rollin' And Tumblin'
10. I'm So Glad
11. Toad



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod