Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY/SPEED METAL  |  LIVE

Lexique speed metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steelwing, Night Viper, Katana
 

 Myspace (402)
 Site Officiel (479)
 Chaîne Youtube (259)

ENFORCER - Live By Fire (2015)
Par T-RAY le 30 Octobre 2018          Consultée 602 fois

Si l’espèce de revival Heavy/Speed Metal qui a vu le jour dans la deuxième moitié des années 2000 et qui s’est prolongé jusqu’à nos jours ne connaît pas la même notoriété que la vague de revival Thrash, ni n’a reçu la même approbation de la part de la critique, nier la qualité de ses figures de proue serait se voiler la face. Au premier rang, les Canadiens de SKULLFIST, CAULDRON ou STRIKER, les Américains de WHITE WIZZARD ou les Suédois de KATANA se sont distingués par un certain nombre d’albums de qualité. Mais nuls autres que les compatriotes de ces derniers, j’ai nommé ENFORCER, ne peuvent se targuer de personnifier cette tendance à la renaissance d’un Heavy rapide et électrique qui fleure bon la première moitié des 80s.

Avec quatre albums studio au compteur entre 2008 et 2015, tous réussis dans l’ensemble, il était temps pour le quartette scandinave de prouver leur leadership. Et quelle meilleure façon de le faire que sur scène ? La scène où, justement, ENFORCER est censé se sentir comme un poisson dans l’eau, eu égard aux comptes-rendus très positifs, voire admiratifs, de leurs concerts. Mais comment faire partager au plus grand nombre ce talent scénique ? Au travers d’un album live, bien entendu ! Sorti il y a trois ans mais enregistré au Kyttaro club d’Athènes le 24 janvier 2013, ce disque ne contient donc aucun morceau de "From Beyond", paru en 2015 lui aussi, mais plus tard dans l’année. Son contenu s’arrête donc aux morceaux de "Death By Fire". D’où son titre : "Live By Fire".

« Vivre par le feu ». Tout un programme, une façon de vivre, même, pour un ENFORCER qui ne peut s’empêcher de tourner intensivement entre les sorties de ses L.P. Et ce feu qui anime les quatre Suédois, on le ressent sur cet album live. Un album sur lequel la formation a tâché de mettre en valeur les performances de chacun de ses membres. La batterie ? Elle sonne aussi naturelle qu’elle doit sonner dans un tel contexte, les caisses et les toms se font davantage entendre que les cymbales, et c’est normal. La basse ? Elle gronde et vrombit tout naturellement, et l’on sent l’importance que l’instrument tient dans la musique du groupe. Les guitares… Ai-je seulement besoin d’évoquer les principales armes du combo ?

Si la section rythmique tape dur, j’aime autant vous dire que les deux six-cordes se font entendre bien fort. Et bien justes, avec ça, même si l’album est un concentré de Live authentique, avec son petit lot d’approximations de temps à autres mais dont on se fout royalement. Lorsqu’on lance "Live By Fire" dans son lecteur CD, tout ce qu’on veut, c’est avoir l’impression d’avoir le groupe qui s’enflamme devant nous, qui nous joue son répertoire comme si c’était la dernière fois. Le concert capté à Athènes n’est pas ultime, mais il s’en rapproche. D’autant que ENFORCER fait l’effort de bien équilibrer sa setlist. Au menu : quatre titres de "Into The Night", son premier opus studio, quatre autres issus de l’acclamé "Diamonds" et, enfin, sept extraits de "Death By Fire". Logique, puisque le show date de la tournée promo de ce dernier.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les morceaux qui en sont issus passent extrêmement bien l’épreuve de la scène. Aucune surprise là-dedans, puisque les sept qu’a sélectionné ENFORCER – allez, six si l’on exclut volontairement cette intro qu’est "Bells Of Hades" – sont les meilleurs de "Death By Fire". "Death Rides This Night" est encore plus efficace en ouverture d’un set qu’au commencement d’un album studio. Son imparable refrain paraît surgi des années 1980 et cette bonne grosse réverb sur la voix d’Olof Wikstrand ne fait que renforcer cette impression délicieuse d’anachronisme. "Mesmerized By Fire" m’apparaît encore plus enthousiasmante et le public semble d’accord, tant il donne de la voix sur ce titre, y compris sur le solo de guitare ! Ce qu’il recommencera sur les parties lead du bel instrumental "Crystal Suite". Apparemment, en Metal comme en football ou en basket-ball, le public grec est très chaud. Et vocal, avec ça. Écoutez-le donc s’égosiller sur la ligne de guitare principale de ce morceau !

L’accueil fait à "Take Me Out Of This Nightmare" est digne de celui accordé à un classique du groupe. Ce qu’il est devenu, mais n’était pas encore à l’époque. À entendre cette version survoltée, on comprend pourquoi. Le plus convenu "Satan" fait plus plaisir à entendre ici que sur "Death By Fire", ce qui vaut aussi pour "Silent Hour/The Conjugation", dont les deux parties révèlent encore plus clairement leurs ambiances distinctes. Six morceaux d’un même disque ? Et les autres, alors ? Rassurez-vous, si vous êtes inconditionnels des deux premiers opus d’ENFORCER, ils sont majoritaires sur ce Live, et le groupe a eu la bonne idée de les intercaler entre les titres les plus récents. Car il n’y a rien de pire, lorsqu’un set est constitué de morceaux issus de plusieurs albums, de subir un bloc de titres extraits d’un seul opus : le dernier. Ne pas négliger les classiques, c’est important !

ENFORCER propose en effet, sur ce "Live By Fire", un très bon mélange entre les titres de chacun de ses trois albums studio jusque là. "Mistress From Hell" nous envoûte de ses lignes de basse langoureuses avant de nous fesser à coups de grattes et de double grosse caisse. "Katana" fait absolument honneur au statut de tube Heavy/Speed qui est le sien. Arrivé comme un bolide sur un ronronnement de basse, encore, il ne perd rien de l’emphase qui le caractérisait en studio. Les chœurs des autres zicos ne sont absolument pas mixés trop en avant, ce qui conserve le naturel de l’interprétation et préserve le plaisir d’entendre l’excellente voix de Wikstrand, totalement faite pour ce genre de Metal. Quant à "Midnight Vice", il est plus que captivant dans cette version en public.

Je pourrais vous sortir d’autres exemples de choix parmi les titres les plus anciens d’ENFORCER qui déménagent sur ce Live ("Take Me To Hell", "Black Angel", "Roll The Dice"…). Donc je n’ajouterai que ceci : "Evil Attacker" est un sacré bon morceau pour conclure la fête en beauté, qui fut bel et bien endiablée le 24 janvier 2013 au Kyttaro Club d’Athènes ! Le Live qui y fut enregistré tue, c’est tout !

-----------------

Chose très étrange que nous réserve le CD de ce "Live By Fire" : les trois derniers morceaux de la galette constituent… un E.P. ! Composé de deux nouveaux morceaux et d’une reprise, enregistrés en studio et non en concert. Chose encore plus étrange : cet E.P. n’a pas été pressé de son côté. Pas même en douze exemplaires, non. Il ne figure que sur le disque compact de "Live By Fire" ! Allez, je charrie : il existe aussi en vinyle… Mais dans l’édition supra limitée de ce même album live ! N’étant pas disponible séparément, je ne vais donc pas vous faire la mauvaise blague de vous faire croire que vous pouvez le trouver dans les bacs en le chroniquant à part. Aussi, je vais le chroniquer ici même et tant pis pour la longueur de cette chronique (d’ailleurs, qui l’a relue vingt fois pour que vous puissiez la lire une seule fois, hein ? Non mais !).

Alors que nous réserve-t-il, ce court pressage intitulé "Speak The Tongue Of Heathen Gods" ? Trois morceaux au total, dont l’éponyme, qui commence sur une singulière mélodie de piano romantique… Et ouvre la voix à un morceau de Heavy Metal qui lorgne furieusement sur le Hard FM. Et compte tenu du pays d’origine d’ENFORCER et de l’arrangement de l’ensemble, on se demande si ce bon vieux Tobias Forge, de GHOST, ne s’est pas introduit dans le studio quand le quartette y était pour y mettre son grain de sel. Allez, foin d’amalgames : ce titre assez inhabituel pour ENFORCER est plutôt accrocheur et ancre définitivement le groupe dans la décennie 1980, pour ce qui est de l’influence.

"Stellar Plains" est autrement plus commun, dans les standards de ce à quoi la formation nous a habitués : ça cavale, ça speede sur les parties instru, ça se calme sur les couplets avant d’accélérer sur le pré-chorus et le refrain. Cela passe tout seul, même si ça ne provoque pas l’envie subite d’appuyer sur "Repeat » non plus. Plus original, non pas dans le son mais dans l’intention, "Tyrants Of Our Generation" est une reprise d’un obscur groupe de Heavy américain fortement influencé par la N.W.O.B.H.M, le Punk et le Speed des débuts, nommé FRIGID BICH (sans T). Le morceau, qui ne casse pas trois pattes à un canard, est issu d’une démo de 1984 qu’ENFORCER a sans doute découvert grâce à la compilation du même titre sortie en 2011… À moins que des frangins ou des cousins à eux n’eussent pratiqué le tape trading lorsqu’il battait son plein.

Il faut prendre cet E.P. pour ce qu’il est : un bonus dédié aux initiés, à ceux qui aiment ENFORCER et n’en ont jamais assez de se faire galoper dessus par quatre énergumènes qui n’ont connu les 80s que tout gosses, mais qui les font vivre comme si elles étaient encore d’actualité.

-----------------

Ce qui apparaît également presque comme un bonus à cet album live est le DVD qui l’accompagne obligatoirement, enregistré à la Saitama Super Arena de Tokyo, le 20 octobre 2013, presque dix mois après la captation du show d’Athènes qui constitue le contenu du disque compact. La setlist qu’y interpréta ENFORCER est, à peu de choses près, la même que celle jouée en Grèce, sauf qu’elle s’en tient à neuf morceaux, quand un DVD peut en contenir bien plus. Un peu radins, sur ce coup-là, nos quatre Suédois, non ? "On The Loose" y remplace "Crystal Suite", presque avantageusement dirait-on si cet instrumental n’était pas excellent. "Mistress Of Hell" dégage. "Midnight Vice" est repoussée en fin de show… Et la durée totale du spectacle, ainsi que la dimension de l’arène, laisse à penser que le set a été saisi durant un festival.

Naturellement, le public japonais s’y montre très enthousiaste, sinon il ne serait pas japonais (Reminder : Metal + audience japonaise = gros délire). Et le groupe à la hauteur de ce que l’on entend sur le CD, avec parfois les mêmes harangues de la part d’Olof Wikstrand, qui pourrait se sortir un peu les doigts pour varier son discours. M’enfin, le groupe assure grave : on le constate aussi bien avec les yeux sur ce DVD qu’avec les ouïes sur le CD (avec un "Take Me Out Of This Nightmare" à se damner, encore). La performance musicale du groupe a l’air tout aussi authentique qu’en version audio, si ce n’est que le son est un peu plus poussé parce que, heh, les haut-parleurs d’une TV ne sont pas souvent à la hauteur.

Côté réalisation, rien de bien folichon : c’est super propre, avec une bonne alternance de plans rapprochés et de plans larges, comme il est de coutume lors des concerts filmés durant les festivals, et aucun montage saccadé... Mais il n’y a pas de quoi s’en relever la nuit. Le lightshow est du même acabit : tout sauf original mais il fait le taf. La façon de filmer, en revanche, donne un petit côté années 80 assez agréable à ce DVD. Je ne saurais l’exprimer clairement, mais tout est dans les angles de prise de vue, ces travellings assez tranquilles d’un côté à l’autre de la scène depuis la fosse, ces contre-plongées qui iconisent les musiciens, et le leader en particulier, ces zooms à l'emporte-pièce… C’est sympa. Dispensable, mais sympa néanmoins.

En fait, non : ça n’est pas dispensable puisqu’il vous est impossible de laisser ce DVD de côté en achetant "Live By Fire". En revanche, vous pouvez vous passer de le regarder car il n’apporte rien de plus à un Live qui déchire déjà tout rien que sur CD. Mais l'ensemble prouve que, contrairement à ce que je disais deux paragraphes plus haut, ENFORCER n'a rien de radin, mais se montre généreux comme pas deux. Un package parfait pour découvrir le groupe.

A lire aussi en SPEED METAL :


HELLOWEEN
Helloween (1985)
Bien avant les 7 clés

(+ 3 kros-express)



SCANNER
Terminal Earth (1989)
Du très bon heavy speed metal !!!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Olof Wikstrand (guitares, chant)
- Joseph Tholl (guitares)
- Tobias Lindqvist (basse)
- Jonas Wikstrand (batterie)


- cd - Live At Kyttaro Club, Athens (01/24/2013)
1. Bells Of Hades
2. Death Rides This Night
3. Mistress From Hell
4. Mesmerized By Fire
5. Katana
6. Crystal Suite
7. Scream Of The Savage
8. Midnight Vice
9. Take Me Out Of This Nightmare
10. Take Me To Hell
11. Silent Hour/the Conjugation
12. Satan
13. Black Angel
14. Roll The Dice
15. Evil Attacker
- speak The Tongue Of Heathen Gods - E.p.
16. Speak The Tongue Of Heathen Gods
17. Stellar Plains
18. Tyrants Of Our Generation

- dvd - Live In Saitama Super Arena, Tokyo (10/20/
1. Bells Of Hades
2. Death Rides This Night
3. Mesmerized By Fire
4. Katana
5. On The Loose
6. Scream Of The Savage
7. Take Me Out Of This Nightmare
8. Silent Hour/the Conjugation
9. Midnight Vice



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod