Recherche avancée       Liste groupes



      
SPEED METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique speed metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1982 Acid
1985 Engine Beast
1984 Black Car

ACID - Acid (1982)
Par CITIZEN le 9 Décembre 2013          Consultée 2317 fois

Dans la série "groupes absolument cultos manquant à la database NIME", je sors un des as. ACID, vous avez déjà vu ce nom apparaître sous la plume virtuelle du compère Zodd, qui au détour d’une de ses chros vous sortait déjà sur ACID les deux éléments qu’on retrouve dans une bonne intro labellisée Nightfall ™ : 1) (contexte) cédébelges 2) (une particularité vite fait) yaunenénetteauchant. Et moi j’ai plus qu’à compléter sur une page Word.

Et de me demander comment faire passer cette idée simple dans cet espace compté : c’est du putain de Speed Metal !!?!*

C’est mieux de faire passer ce genre de message tôt. On peut ensuite s’attarder sur quelques subtilités : oui, c’est extrêmement empreint à la fois d’une lourdeur et d’un groove naturellement très MOTÖRHEAD. Faut le reconnaître (et puis toujours citer une ou deux fois moteurhead par chronique c’est la loi) mais ce genre de précision occulte la personnalité dont faisait preuve ce groupe. 'Acid" sonne avant tout comme… ACID ! Personnalité qui se revendique donc encore très Rock'N'Roll, énergique et spontanée, cracra et encore maladroit. Ce qui ne les empêche pas de faire un fracas digne d’un crash de 747 ! Mais un boucan du genre rafraîchissant puisque le crachoir est tenu par Kate, qui délivre les textes avec sa voix parfaite de vieille rockeuse déglinguée, savant dosage entre élément féminin et grosse paire de burnes (même si forcément en Heavy beaucoup de groupes "à chanteur" restent très féminins huhu). Kate multiplie les "oh yeah", "take it!" etc etc et s’amuse visiblement, et de manière communicative.

Et ses zicos ne traînent pas la patte derrière en tirant la gueule ! Les gratteux n’en peuvent tout simplement plus, balancent du larsen et se disputant constamment le premier plan avec une basse monstrueuse, pourchassés par un batteur dont ils ont compris qu’ils ont intérêt à le rattraper vu qu’il ne va jamais s’arrêter de foncer ! L’album entier baigne dans un sentiment d’urgence tantôt hystérique tantôt menaçant : le jeu se cale parfaitement sur ce que Kate a envie de gueuler sur l’instant, cris quasi de joie aussi bien que cris de harpie électrisants !

Et sur quelques passages au niveau de bruit particulièrement incontrôlé, il est flagrant qu’ACID évoque ce qui se faisait alors en Metal le plus lourd : VENOM bien sûr, mais en poussant déjà le bouchon un peu plus loin dans la recherche d’un son toujours plus distordu, façon grondement du ventre d’un ogre qui se tape une fringale d’enfer – le terme HEAVY qui, employé comme adjectif, va faire l’objet d’une véritable obsession, notamment chez un certain Tom G. Warrior…

L’essentiel de la partie musique couverte, voici venu le privilège du chroniqueur de s’adonner à un petit name-dropping des familles : indiquer à la sauvette l’excellence de "Hooked On Metal", la fureur aveugle de sa basse, l’agressivité vicieuse des deux guitares, Kate qui vous rappelle que oui vous êtes "accro au Metal" preuve à l’appui… Outre le tube "Hell On Wheels", checkez un peu les riffs les plus sombres au milieu de "Demon" et "Anvill" (avec deux "L", chansonnette à la gloire du batteur, qui en profitent d’ailleurs pour nous gratiner d’un solo un peu foutraque mais on s’en b…), tracks déjà bien assez vénères sans avoir besoin de ça en plus. Quasi tous les titres sont plus recommandables les uns que les autres et l’album s’écoute d’une bonne traite. "Heaven’s Devil" commence par du piano pour mieux exploser en grosse cavalcade, se paye un break qui est l’occase pour Kate de chanter pour de vrai, pour nous de sortir naïvement la tête puis de devoir se la rentrer aussi sec lorsque la bourrasque de Heavy reprend. N’empêche c’est cruel de finir sur ce putain d’enchaînement "Five Days In Hell"/"Heaven’s Devils"/"Satan" qui défonce tout et en fait vouloir plus : l’album suivant sera également excellent mais rassasie un peu moins, faisant preuve d’un peu de légèreté et perdant cet aspect acharné qui règnent sur ce premier essai, mais toujours fonceur.

Enfin, je tiens pas juste cet "Acid" d’ACID (avec une chanson qui s’appelle "Acid") pour une écoute sympa mais pour une écoute indispensable tout comme son successeur "Maniac".

Par ailleurs il existe une petite BD, "Acid - La musique qui ronge !" réalisée il y a quelques temps par Nagawika, qui vous fait suivre le groupe sur la route et en festival. Sympa surtout vu que ça remplace les documents d’époque sur le groupe qui ne courent malheureusement pas les rues.

*Je triche et m’aide d’une image qui suggère au passage qu’ACID est en fait purement et simplement la personnification du metal quatre-vingtesque : http://imgur.com/ir0gC7n

A lire aussi en SPEED METAL par CITIZEN :


KILLERS
Cités Interdites (1992)
"Les tueurs n'ont pas perdu d'leur cœur"




BAPHOMET'S BLOOD
In Satan We Trust (2016)
Lemmy-es-tu ?


Marquez et partagez




 
   CITIZEN

 
  N/A



- Kate De Lombaert (chant)
- Demon (lead guitare)
- Dizzy Lizzy (guitare rythmique)
- T-bone (basse)
- Anvill (batterie)


1. Acid
2. Ghost Riders
3. Hell On Wheels
4. Anvill
5. Demon
6. Hooked On Metal
7. Woman At Last
8. Five Days In Hell
9. Heaven's Devils
10. Satan



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod