Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM - STONER   |  STUDIO

Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Electric Wizard, Eyehategod, Bongzilla
 

 Bandcamp (64)
 Chaine Youtube (70)

DOPETHRONE - Iii (2012)
Par CHAPOUK le 28 Août 2018          Consultée 431 fois

Ce "III" est, comme son nom l'indique, le troisième album des DOPETHRONE. Il sort seulement un an après un "Dark Foil" très encourageant et qu'il va être difficile d'égaler ou de surpasser, surtout aussi rapidement.

Et on démarre les hostilités avec "Hooked".
Premier constat : le groupe a encore changé son fusil d'épaule. Quand "Dark Foil" se prélassait lentement dans cette mélasse Doom-Sludge, "III" ré-inclut des gros penchants Stoner à sa mixture. On peut s'interroger sur la pertinence de ce retour aux sources façon "Demonsmoke" au premier abord (surtout que la prod est un chouïa moins top que sur "Dark Foil"), mais si on pousse l'écoute on se rend assez vite compte que cette fois-ci le Doom choisit de s'associer au Stoner, reléguant le Sludge à l'arrière-plan (chacun son tour !). Et quand ces riffs mélodiques inattendus débarquent autour d'une minute, on peut faire le rapprochement entre cet album et le "III" d'ACID KING, au niveau des influences musicales. Pas au niveau du chant par contre, si vous aimiez les gargouillements de Vincent ne vous inquiétez pas ils sont toujours là.

Second constat vers le final du morceau : qu'est-ce que ça sonne puissant ! Je m'étais pas encore fait cette réflexion sur les deux précédents opus, mais là je trouve qu'on ressent vraiment ce côté écrasant apporté par la fusion Stoner-Doom. Par contre c'est vraiment dommage que la prod ne mette pas plus en valeur cette dimension. Le côté massif qu'on pourrait attendre n'est pas du tout présent et le son est plus typé "aigus" (en témoignent les cymbales qui prennent une place monstre) et tranchant, ce qui jure un peu selon moi avec l'atmosphère étouffante des titres.

On la ressent très bien sur "Reverb Deep", par exemple.
Certains comparent quelques morceaux de DOPETHRONE à des briques pour donner un indice de "robustesse" du son à leur interlocuteur, moi je dirais que ce morceau c'est carrément un mur ! Il est tellement compact qu'il vous aspire complètement dans son tourbillon de gros riffs bien gras. Seuls les petits soli Psyché qui se font discrètement une place sur le final, pourront vous ramener doucement à la réalité. En parlant de soli Psyché, vous en retrouverez aussi, dans des proportions plus importantes, un peu partout sur "Cult Leader", ainsi que sur le final de "Storm Reefer", titre dans le même style que son prédécesseur sur l'album, mais avec un côté groovy un peu plus prononcé.

Vient ensuite le riff de "Devil's Dandruff" et là une sensation de déjà-vu s'impose à moi : ça me rappelle des "Abraxas" ou "Power Violence Forever" de "Demonsmoke", de par ce côté beaucoup plus énergique qui le démarque des autres titres. Difficile de se défaire de ce rapprochement avec ces deux morceaux et du coup son écoute est un peu moins enthousiaste. Encore moins, lorsque je me rends compte qu'en plus d'imiter leur formule ce "Devil's Dandruff" n'a même pas le côté foufou ou catchy qui distinguaient "Abraxas" et "Power Violence Forever" sur "Demonsmoke".

Petite déception également sur "Cult Leader" ; heureusement que les petites interventions Psyché de Vincent sont là pour rendre le tout un petit peu inspiré, parce que le fond musical est vraiment ultra répétitif. On sent que les Canadiens ont voulu faire un "Reverb Deep"-bis ou quelque chose du style mais bizarrement les riffs ne sonnent pas aussi profonds que le second titre et on tourne juste en rond pendant presque dix minutes. On notera juste avec les samples utilisés sur le final (mais aussi un petit peu partout sur le skeud) que le groupe maîtrise de mieux en mieux leur intégration avec la musique, ce qui les rapproche par moments de ACID WITCH.

Après avoir écouté ces cinq titres il est clair que ce "III" n'est pas du tout à la hauteur de "Dark Foil", il comprend de bonnes idées mais pas assez exploitées ou nombreuses pour se hisser à sa place. Globalement les compos sont honnêtes, mentions spéciales pour les deux premiers titres, mais on sent moins d'inspiration / d'implication de la part du groupe sur certains morceaux. On dirait qu'il s'est un peu trop précipité pour sortir ce skeud et qu'il s'est pris les pieds dans le tapis…

2,5/5 arrondi à 2/5.

A lire aussi en STONER par CHAPOUK :


DOPETHRONE
Transcanadian Anger (2018)
Un train lancé dans une forêt... de weed !




ORANGE GOBLIN
The Wolf Bites Back (2018)
C'est un lupus !


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Vincent Houde (guitare, chant)
- Vyk (basse)
- Big Borman (batterie)


1. Hooked
2. Reverb Deep
3. Storm Reefer
4. Devil's Dandruff
5. Cult Leader



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod