Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK EXPÉRIMENTAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


IMPERIAL TRIUMPHANT - Vile Luxury (2018)
Par MEFISTO le 13 Août 2018          Consultée 1162 fois

Je n'ai pas trop accroché au nom de ce groupe lors de ma première chronique de ses frasques. Ça m'avait l'air flou et ultra prétentieux, donc ça me coulait sur le dos du Canard WC. J'avais bien coté le second LP des Américains de NY (bon indicateur de la teneur de ce Black pour ceux et celles qui suivent l'actualité et l'évolution de notre musique préférée…), car je le trouvais audacieux et intense.

J'écrivais même (holà, auto-citation, ça frôle le narcissisme typé WC flanqué d'un manque de sources) : « Pour certains, IMPERIAL TRIUMPHANT sera l'empereur du foutoir intégral, avec ce Black psychédélique/déjanté et querelleur ».

"Vile Luxury" est le résultat épidémique d'un processus créatif basé sur le je-m'en-foutisme, la liberté totale, le Free-Jazz évolutif, l'histoire musicale de la métropole #1 des USA et l'envie de la nouvelle génération de marier les méfaits passés et grotesques et fabuleux aux pépins inspirants et ravageurs avec un futur plus qu'incertain. Cela veut dire : pleine fucking autonomie. Et ça s'entend sur cet album absolument unique issu de la Grosse Pomme, ce feu d'artifices acidulé qui vous fera (re)prendre conscience avec la réalité extrême dans laquelle nous pataugeons. Certains y verront un exercice de style, d'autres une merde juste bonne pour l'échafaud, alors que les plus allumés saisiront les bribes d'un Metal qui évolue à TGV.

"Vile Luxury" est exceptionnel de par sa forme irrévérencieuse et totalement dépourvue de filtre, mais surtout par son fond tiraillé entre le passé, le présent et le futur. C'est là que réside selon moi la plus riche et délectable substance imprégnée sur ce troisième album des Ricains. De jeunes loups nourris aux classiques metalliques et Jazz, tiraillés entre les pointures et les avant-gardistes, qui essaient de trouver leur fer de lance dans cet enchevêtrement.

Eh bien, laissez-moi vous dire que les choix artistique du trio reflètent admirablement les tendances actuelles en Metal moderne, soit la déconstruction des rites et la création sans ambages d'une musique souvent excessive, passionnante, poignante, déstabilisante et ouverte sur le monde et le futur. "Vile Luxury", avec ses clins d'œil au passé, aux styles musicaux américains fondateurs et leurs délires atmosphériques et vocaux (merci aux formidables et possédés guests féminins pour cet aspect), représente un étalon capable de montrer la voie aux futurs poulains de la scène extrême et de ruer les vétérans s'empêtrant dans leur crin.

Car il y a sur "Vile Luxury", outre la section de cuivres démonique et macabre, une volonté de dicter au Metal moderne, américain et autres, un modus operandi assez clair : continuez de cultiver vos racines engraissées à la violence et aux clubs enfumés, mais intégrez-y des éléments nouveaux issus de votre imagination à cheval entre la science et la culture supra intelligente. Le résultat sur "Vile Luxury" est un maelstrom qui terrasserait n'importe quel favori dans le ring de la douleur et de l'ego démesuré.

IMPERIAL TRIUMPHANT semble, déjà, avec ce troisième skeud, assumer sa naissance et sa croissance précoce. En 55 minutes et 8 morceaux de génie évidemment discutable, il nous tabasse les neurones et nous déstabilise à un niveau peu égalé. Certes, il y aurait eu ici matière à Sélection du site, mais je sais qu'un tel génie éphèbe peut reproduire ce nectar sur un quatrième album, alors on patientera. "Vile Luxury" est très, très bon, mais si vous avez adoré "Abyssal Gods", vous avez compris que ce troisième effort est une suite logique, rien de plus rien de moins.

Je ne vous en écris pas plus, l'essayer c'est l'adopter… Ou le détester.

Un gros 4 qui enflera avec le temps et les hurlements de sauvage des demoiselles invitées.

Podium : (or) "The Filth", (argent) "Chernobyl Blues", (bronze) "Swarming Opulence".

Indice de violence : 3,5/5.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


KVELERTAK
Kvelertak (2010)
Blunk, block ?




KRALLICE
Ygg Hurr (2015)
Cure minceur pour grosse sortie


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Zachary Ilya Ezrin (chant, guitare)
- Kenny Grohowski (batterie)
- Steve Blanco (basse, piano, synthé)
- ---
- Guests Au Chant
- Will Smith
- Yoshiko Ohara
- Andromeda Anarchia
- Sarai Chrzanowski


1. Swarming Opulence
2. Lower World
3. Gotham Luxe
4. Chernobyl Blues
5. Cosmopolis
6. Mother Machine
7. The Filth
8. Luxury In Death



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod