Recherche avancée       Liste groupes



      
HORROR GOTHIC DOOM METAL  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (16)

ABYSMAL GRIEF - Strange Rites Of Evil (2015)
Par PERE FRANSOUA le 22 Mai 2018          Consultée 379 fois

ABYSMAL GRIEF, mon petit chouchou dont tout le monde se fout.
C’est le Doom qui va jusqu’au bout du cimetière, pour ceux qui trouvent que les collègues du Malheur ne tiennent pas toujours leurs promesses d’être lugubre. ABYSMAL GRIEF, lui, y va à fond, il sort les orgues mortuaires, le clavecin vampirique, le chant de mauvais baryton Batcave et se vautre dans la série Z, entre Hammer et Giallo. Bref, j’adore.

2015, "Strange Rites Of Evil", nouveau disque, nouveau frémissement avant de lancer la lecture. Sera-t-il aussi bon que les autres ? Saura-t-il s’adonner à la même messe noire dont les codes sont aussi immuables que la Mort ? Nos Italiens ont-ils encore la recette magique de la pizza macabre ?

La pochette nous fait déjà marrer, son dessin noir et blanc où l’on voit des religieux au chevet d’une mourante, la bondieuserie contrastant avec le logo infâme et le titre en police gothique, "Strange Rites Of Evil", il ne peut y avoir tromperie sur la marchandise. Chut, ça commence. On continue de glousser avec la musique d’église cheesy en guise d’intro et on kiff immédiatement lorsque l’orchestre débarque exactement comme on l’espérait. "Nomen Omen" offre un mid-tempo rythmé et entraînant surplombé d’orgue d’épouvante. C’est immédiatement accrocheur et bien produit, le son gras croustille comme un cafard sous la dent, le feeling seventies suinte par les pores de l’ampli. Le chant continue dans son style théâtral outrancier qui vire au growl bien râpeux. Il a de quoi jubiler. Mais, mais, mais... Du haut de ses dix minutes le titre finit par se montrer redondant et roboratif.

Autant déterrer tout de suite le cadavre : tout l’album est comme ça, c’est-à-dire rythmé et catchy mais redondant avec un gros manque de titre lent. On a un peu l’impression d’entendre à chaque fois le même morceau, ralentissant ou accélérant à peine autour du sacro-saint mid-tempo, une série de beaux mausolées tous construits pareils : même bon couplet cavalcade-rythmique doublé de l’orgue d’épouvante, même refrain plus pesant où le chant effraie et où l’orgue prend les rênes, même solo vintage et foutraque pour ponctuer la seconde partie, même reprise du thème ressassé jusqu’à la fin. "Stranges Rites Of Evil", "Cemetery", "Radix Malorum". Ils sont tous vraiment bons, ils sont tous un peu lourds à la longue, ils sont tous franchement pareils.

On notera deux légères variantes. Une reprise exhumée du fin fond des seventies, "Child Of Darkness" des américains de BEDEMON, dont le vieux Heavy revu à la sauce italienne ne fera pas tâche dans le paysage. On notera un côté grandiloquent et un break basse-batterie totalement BLACK SABBATHien. Mais surtout "Dressed In Black Cloaks", le long morceau final, qui nous sauve. Voilà enfin le titre lugubre et pesant qu’on a attendu durant tout l’album. Les treize minutes les plus réussies du disque, avec sa longue intro nocturne au clavecin, son Doom lent et lourd, ses claviers vampiriques et son solo inspiré par le Malin façon "Freezing Moon".

Malgré de bons atouts "Strange Rites Of Evil" souffre de la comparaison avec son direct aîné "Feretri" qui le surpasse à tous niveaux. C’est dommage, il aurait pu être un des plus réussis mais son manque de variété lui coupe les pattes. Le fan ingrat d’ABYSMAL GRIEF, très régulièrement abreuvé de sa dose morbide, fait sa fine bouche et cherche la petite bête car il faut bien donner un avis avec des critères. Le disque n’en demeure pas moins un bien joli cimetière, qu’on aime aller souvent visiter, et si les tombes se ressemblent un peu toutes, on s’y laisserait bien enterrer quand même.

A lire aussi en DOOM METAL par PERE FRANSOUA :


SINISTRO
Semente (2016)
Atmosfera pesada em lisboa




ABYSMAL GRIEF
Feretri (2013)
Dell'amore della morte


Marquez et partagez




 
   PERE FRANSOUA

 
  N/A



- Lord Alastair (basse)
- Lord Of Fog (batterie)
- Regen Graves (guitare)
- Labes C. Necrothytus (claviers, vocaux)


1. Nomen Omen
2. Strange Rites Of Evil
3. Cemetery
4. Child Of Darkness
5. Radix Malorum
6. Dressed In Black Cloaks



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod