Recherche avancée       Liste groupes



      
HORROR GOTHIC DOOM METAL  |  COMPILATION

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



ABYSMAL GRIEF - Reveal Nothing... (2016)
Par PERE FRANSOUA le 26 Février 2017          Consultée 376 fois

Malgré un conservatisme artistique brandi comme une croix et porté tel un sacerdoce, la formule musicale des sombres Italiens a légèrement changé au fil des années, glissant d'un Metal très Gothique vers un Doom de plus en plus Stoner. C'est cette constatation que nous permet de faire assez clairement cette compilation de leurs singles et EP enfin réunis sur le même CD.

Traquer les œuvres de ABYSMAL GRIEF revient à chercher dans l'obscurité, à tâtons parmi les tombes, de mystiques reliques. A côté de leur discographie studio pas toujours facile à dénicher, si ce n'est en allant directement à la source (quand les tirages limités ne sont pas déjà épuisés), gisent de nombreux cadavres disséminés. Il faut vraiment vouloir creuser la terre putride pour déterrer ces oraisons gravées, non pas dans le marbre froid, mais dans la cire noire. Car il faut que le titre unique, souvent en split avec d'autres funestes comparses, ou le EP deux titres, sortent en vinyle, rien qu'en vinyle, dans des tirages toujours plus confidentiels. Telles sont les voies de l'Underground.

Les mécréants non possesseurs de platine passeront bien sûr par YouTube pour les écouter quand même. Qu'ils périssent! Bon.. étant moi-même un gros mécréant je suis ravi par cette compil' qui a le double mérite d'exhumer ces pièces en les réunissant, tout en nous offrant l'occasion, en ayant le squelette enfin réuni sous les yeux, d'avoir une perspective sur la carrière de la bande à Regen Graves.

L'enthousiasme doit d'être modéré car il manque certaines pièces, notamment les plus récentes. Cette compil' dont on imagine qu'il y aura une suite s'arrête en effet en 2012 et exclue à la fois le long EP "Mors Eleison" (paru en 2006), certainement car on peut le trouver en bonus du premier album et "Foetor Funereus Mortuorum" (paru en 2012), pour aucune raison valable.

Il manque du nécessaire alors qu'on nous offre du dispensable, tel "Creatures From The Grave", single-pas-du-tout-inédit (puisque présent sur le premier album), dans une version antérieure (sorti en 2004 sur le split avec TONY TEARS) nettement plus brute, façon prise directe sur la répète, et avec un vrai batteur (alors que c'est une boite à rythme bien sèche auquel on à le droit sur "Abysmal Grief", l'album).

Bref, pour ce qu'il en est de cette première offrande, notons qu'elle est d'abord l'un des éléments d'un macabre coffret de bois sortit pour la fête des morts de l'an deux mille seize, en commémoration de vingt ans d'existence du groupe, avec entre autres un beau t-shirt pour frimer entre les tombes et un petit sac de velours contenant de la terre de cimeterre. Il n'y manquait qu'un fémur pour compléter le tableau (façon nature morte évidemment.)

Que peut-on constater à l'écoute de ces morceaux couvrant presque douze années de bons et loyaux services à la Faucheuse? Un net glissement du Gothique vers le Doom, je l'ai dit en intro, avec un grossissement du son des guitares, du plus âpre au plus gras, et une descente des vocaux, de la Batcave au fond de la crypte.
On constate aussi que le groupe a été très actif et productif avant la sortie du premier album en 2007. Et c'est justement sur ces deux premiers EP, sorti en 2000 et 2002, que le côté Goth est le plus marqué avec une influence assez patente de TYPE O NEGATIVE, en particulier "Sepulchre Of Misfortune" à la production fragile comme une lumière blanchâtre perçant à travers un morne vitrail. Les claviers planants supplantent les guitares et le chant grave et chaud invoque l'esprit de ses augustes parrains, Peter Steel, Peter Murphy, Carl McCoy et Andrew Eldritch. Une même ambiance de DEPECHE MODE d'outre-tombe caractérise "Borgo Pass", réaffirmant la consanguinité avec le type O négatif.
Mais ne nous laissons pas tromper par les faces B car "Exsequia Occulta" et "Hearse" posent déjà le style ABYSMAL GRIEF dans toute sa perfection, la pesanteur funéraire d'un côté ("Exsequia Occulta"), long morceau s'étirant comme un couloir des catacombes surplombé par un orgue dramatique, et la sinistre dynamique de l'autre ("Hearse"), aussi entraînant qu'un tube des SISTERS OF MERCY rendu jouissif par la démesure de l'orgue et du chant théâtralisé.

Lorsqu'on compare les types de productions en fonction des années on tombe sur une année 2009 déroutante, tout en étant particulièrement fructueuse avec deux EPs tous deux publiés en septembre, préfigurant la sortie du second LP "Misfortune" en novembre.
Tout d'abord "Brides Of The Goat" tiré du split avec DENIAL OF GOD. Il s'agit d'un réenregistrement du titre présent sur leur toute première démo ("Funereal", 1998) et qui nous permet de mesurer l'évolution du trio, en particulier avec l'abandon du passage rapide et le changement radical de vocaux.
Si la production de "Brides Of The Goat" version 2009, lourde et brumeuse, est identique à celle qu'on découvrira deux mois plus tard sur "Misfortune", on ne peut pas en dire autant pour le EP deux titres composé de "The Samhian Feast" et "Grimorium Verum", enregistré en 2008 et sorti lui aussi en septembre 2009. Accès sur le thème de la magie noire et des sorcières, les deux morceaux surprennent par leur côté très Stoner aussi bien au niveau des compos que du son de guitare énorme et gras.

On finit par se rapprocher du son démesuré et du chant de plus en plus growlé qui fera la marque de fabrique de l'excellent troisième album "Feretri" (paru en 2013) avec une bonne touche de Heavy old-school sur "Celebrate What They Fear" qui se marie parfaitement avec la reprise en side B de "Chains Of Death" de DEATH SS, les pionniers et parrains du Heavy horrifique Italien dont ABYSMAL GRIEF sont dignes héritiers.

Terminons cette chronique sur le titre d'ouverture, en réalité un bonus, où le groupe nous montre où il en est aujourd'hui, mettant en perspective les œuvres chronologiquement ordonnées. Ce"Cursed By The Rite" est bien dans la continuité de "Strange Rites Of Evil", le dernier album en date. La compo est dynamique, le son est à la fois massif et délicieusement Vintage, et la voix est de plus en plus growlée. Le futur s'annonce bien.

"Reveal Nothing...", première compilation des formats courts, dont on espère qu'elle sera vite suivie par d'autres tant il manque des pièces, comporte assez de bons morceaux pour mériter son mausolée à côté des autres macabres offrandes de nos Italiens Amoureux de la Mort. Un tel disque s'adresse avant tout aux fans en mal de nouvelles imprécations mortuaires, même s'ils ne peuvent pas crier au scandale tant le groupe est généreux en sorties, mais il pourra plaire aussi aux néophytes, qui se verront initiés aux diverses périodes à travers un disque agréable à écouter car, couvrant une large période, il est fort varié, ce qui est une gageure avec un artiste aussi monolithique. Car, oui, j'ai cherché la petite bête en vous décrivant les légères variations à travers les années que cette compil' nous permet de voir, pour enfin constater que le style ABYSMAL GRIEF n'a presque pas bougé et continue pourtant d'être intéressant.

A lire aussi en DOOM METAL par PERE FRANSOUA :


SINISTRO
Semente (2016)
Atmosfera pesada em lisboa




ABYSMAL GRIEF
Feretri (2013)
Dell'amore della morte


Marquez et partagez




 
   PERE FRANSOUA

 
  N/A



- Lord Alastair (basse)
- Labes C. Necrothytus (vocaux, claviers)
- Regen Graves (guitares, batterie programmée)
- Lord Of Fog/william Blissett/alexander B (batterie)


1. Cursed Be The Rite (bonus)
2. Exsequia Occulta
3. Sepulchre Of Misfortune
4. Hearse
5. Borgo Pass
6. Creatures From The Grave
7. Brides Of The Goat
8. The Samhain Feast
9. Grimorium Verum
10. Celebrate What They Fear
11. Chains Of Death (reprise De Death Ss)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod