Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel Du Groupe (277)
 Myspace Officiel Du Groupe (487)

ABDUCTION - À L'heure Du Crépuscule (2018)
Par VOLTHORD le 8 Mai 2018          Consultée 583 fois

Et les étoiles s’éteignent une à une,
Et les cierges expirent,
Et règnent les ombres,
Et sombrent les radeaux d’or des bourreaux intrigants,
À la poussière retourne la Lune des rêveurs,
Et au seuil de la fin des serments,
La submersion emporte aigrefins et indigents,
Et l’innocent dans la foule, la houle inexorable.
Spectacle d’une digue
Face à la marée montante.

(La Grande Illusion)



Les médecins de la peste sont de retour. Ils débarquent en fin d’hiver avec leurs souvenirs d’automne entre la feuille sur le marbre et le ciel menaçant et colérique. Après la cathédrale aux quelques infranchissables obstacles (mais aux merveilles cachées) de "Une Ombre Régit Les Ombres", les corbeaux de bonne augure reviennent dans un paysage de Metal noir français toujours on ne peut plus prolifique dans sa modestie.

Les Français d’ABDUCTION commencent désormais à être aguerris dans l’art du salut par le blast. Obstacle à mon appréciation du premier opus, souvent envahissante et manquant de pondération, la batterie sait se faire aujourd’hui plus subtile. Détail qui tue : on garde les cadences d’un BELENOS, avec les structures grimpantes d’un OPETH période "Morningrise". Ni aussi guerrier que le premier, ni aussi minutieux dans sa touche émotionnelle que le second, ABDUCTION tisse une toile héritière de l’esprit romantique : emporté (parfois à l’excès), fécond et complexe.

Embrassé par des textes qui s'accommodent d’une sophistication langagière autant habitée par la musique que crée la langue que par les récits qu’elle construit, la poésie se trouve dans et entre les lignes, cherchant Nerval et Verlaine du regard plutôt qu'une prose moderne abstraite. C’est la suite des images et des sons qui importent, la musique fait le reste.

Second pas en direction de la lumière : le chant black abdique parfois au profit d’un chant clair fougueux et théâtral. François / Walran se démarque fortement de sa prestation chez ANGELLORE, tout en donnant à cet album un aspect "Doomesque", un souffle religieux. Au final, ses interventions jonglent entre la sensibilité d’un EMPYRIUM (et son pendant gothique The VISION BLEAK) autant qu’un ALCEST, une brutalité "gauloise" dont le rapprochement avec la scène Pagan Metal française est peut-être une vue de mon esprit (mais malgré tout impossible à chasser totalement), en plus d’une théatralisation emportée et extatique (que certains trouveront forcément excessive, mais c’est le genre de choix clivant dont le Black Metal et ses visages d'avant-garde se sont toujours accommodés).

La solide base d’un Black Metal à la fois moderne et tournée vers la spiritualité folle du XIXème siècle s’orne d’influences comme autant de petits mystères.

"Sous Les Cendres Et La Pierre" et son quart d’heure entre arpèges et guitares au crescendo théâtral pose la cadence en fier descendant de "Une Ombre Régit Les Ombres". "À L’Heure du Crépuscule", titre plus modeste dans sa durée, permet cependant de créer un condensé habile de la formule actuelle du groupe, tout en délivrant ce qui compte parmi les plus beaux chants clairs de l’album. C’est cependant là où le ton se fait plus calme, à la frontière d’un Black Metal Shoegaze étrangement absent des influences "officielles" du groupe que l’émotion parvient à toucher au coeur : "Souvenir De Lierre" (dont je salue le superbe titre) et sa longue fin acoustique entame un dernier tiers d’album nous laissant encore davantage d’air libre. "La Grande Illusion" trouvera une courbe d’intensité en vagues progressives, parfois éclatant et épique au sens (j’insiste) ‘Pagan Metal’ du terme, et le final EMPYRIUMesque "Les Ailes Du Temps", instrumental acoustique, laissera une touche de pinceau colorée en guise de point final.


"À L'Heure Du Crépuscule" se positionne à la croisée de ce qu’est devenu le Black Metal aujourd’hui : sujet de recueillement, écrin d’émotions porté sur la mélodie avant toute autre considération, mais qui refuse néanmoins de perdre sa fureur cathartique. ABDUCTION parvient à perfectionner sa formule et délier définitivement une identité sonore. Enfermé parfois dans son alternance entre arpèges enlacés et fureur démesurée, ABDUCTION ne parvient pas à trouver la subtilité des quelques dernières grandes pierres du Black actuel (MGŁA en premier), mais prouve une capacité certaine à développer des idées à la fois subtiles et ingénieuses. "À L’Heure Du Crépuscule", à défaut d’être addictif, étonne et transporte, terrasse et rassemble. Pas dénué de longueurs mais personnel et touchant (surtout dès lors que l'on se penche sur ses textes), les Français posent crescendo un nouveau chapitre vers, espérons-le, un couronnement toute proche.

A lire aussi en BLACK METAL par VOLTHORD :


SEAR BLISS
Grand Destiny (2001)
Black épique et froid...et cuivres majestueux

(+ 1 kro-express)



MGŁA [MGLA]
Exercises In Futility (2015)
Another footnote on a postcard from nowhere

(+ 5 kros-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Guillaume Fleury (guitare)
- Mathieu Taverne (basse)
- Morgan Velly (batterie)
- François Blanc (chant)


1. Sous Les Cendres Et La Pierre
2. Les Visiteurs Du Soir
3. À L’heure Du Crépuscule
4. Souvenir De Lierre
5. La Grande Illusion
6. Les Ailes Du Temps



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod