Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hellfest Open Air Edition, Aborym

WATAIN - Trident Wolf Eclipse (2018)
Par MEFISTO le 26 Février 2018          Consultée 2315 fois

… Et c'est ainsi que WATAIN fit oublier le hoquet intitulé "The Wild Hunt" et se remit à sillonner les marais pestilentiels de l'Enfer, qu'il avait quitté pour on ne sait quelle raison après "Lawless Darkness".

Voilà la fin de ma chronique. Certains s'en contenteront et, bave aux dents, propulseront leur gras en cochon sur ce sixième album des Suédois. N'ayez pas peur de fracasser l'écrin de votre proéminence ventrue, il est solide. "Trident Wolf Eclipse" est dur à cuire. Il est obscur, infect, démoniaque, bref, c'est le retour aux vraies affaires pour les Blackeux de seconde zone qu'on n'attendait pas en si bonne forme.

Tel un MARDUK des beaux jours, WATAIN manie aussi bien la hache que la lance ; il tranche les têtes au corps à corps de ses riffs incendiaires et pourfend ses adversaires à distance… Même si ceux-ci savaient ce qui les attendait. WATAIN arrive cette fois à tromper le plus avisé des guerriers grâce à une précision et une rage meurtrière qui ne se tarit pas au fil des 41 minutes de "TWE". Des atouts que ne possédait pas "The Wild Hunt", soporifique essai déjà enseveli sous les décombres causés par ces neuf tranches de silex affûtées.

Ce qui me plaît par-dessus tout de la part des Suédois en cette bonne vieille année 2018 est cette fureur adolescente qui semble les consumer. La flamme des débuts brille à nouveau, l'envie de se réinventer, de se catapulter au-delà des remparts assiégés par une marée de jeunes canidés affamés, le goût de ressusciter en dieu vivant du raw Black qui n'a rien perdu de ses mélodieuses incantations.

Les vannes ouvertes sur "Nuclear Alchemy" vous plongent dans l'abysse à la vitesse de la lumière. S'ensuit une classique descente aux Enfers dont on ressent profondément les brûlures, bien que la production choisie une fois encore par les assassins ne soit pas des plus clinquantes. Alea jacta est. Le pèlerinage de WATAIN s'avère avant tout poinçonné d'escales marquantes, qui permettent à son cœur ébène de pomper l'hémoglobine à un rythme régulier. Effréné. Les paysages les plus pittoresques se retrouvent dans les contrées dévastées "Sacred Damnation", "Furor Diabolicus", les classiques instantanés "A Throne Below" et "Towards The Sanctuary" et même la bonus "Antikrists Mirakel", sorte de feu éternel agissant comme de menaçants points de suspension. Oh oui mes amis, WATAIN devra enchaîner sur un tel triomphe. Ce n'est qu'un au revoir…

Au final, ces 40 minutes sont pleines, sans trous d'aération, sans remplissage. "Trident Wolf Eclipse" est l'énième preuve qu'on peut se relever après être tombé groggy, qu'on peut renaître en calant son grog, avant d'empoigner les armes (et ses instruments) pour courir après son destin. Bravo aux Suédois pour cette leçon d'humilité, de talent et de patience.

… Et c'est ainsi que WATAIN fit oublier le hoquet intitulé "The Wild Hunt" et se remit à sillonner les marais pestilentiels de l'Enfer, qu'il avait quitté pour on ne sait quelle raison après "Lawless Darkness".

Podium : (or) "Towards The Sanctuary", (argent) "A Throne Below", (bronze) "Furor Diabolicus".

Indice de violence : 3,5/5.

A lire aussi en BLACK MELODIQUE par MEFISTO :


COR SCORPII
Ruin (2018)
Le vrai héritier de WINDIR




KEEP OF KALESSIN
Agnen (a Journey Through The Dark) (1999)
La bête grandit rapidement !


Marquez et partagez






 
   MEFISTO

 
  N/A



- Erik Danielsson (chant, basse)
- Pelle Forsberg (guitare)
- Håkan Jonsson (batterie)


1. Nuclear Alchemy
2. Sacred Damnation
3. Teufelsreich
4. Furor Diabolicus
5. A Throne Below
6. Ultra (pandemoniac)
7. Towards The Sanctuary
8. The Fire Of Power
9. Antikrists Mirakel [bonus]



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod