Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


SEVEN KINGDOMS - Seven Kingdoms (2010)
Par T-RAY le 19 Octobre 2017          Consultée 338 fois

2008… Bryan Edwards, cofondateur et vocaliste mi-growl/mi-clean de SEVEN KINGDOMS, est prié de quitter le groupe par l’autre géniteur de la formation floridienne, Camden Cruz qui lui reproche notamment un manque d’investissement, un manque de professionnalisme et un déficit technique. Ben voyons, c’était tellement flagrant que je l’ai souligné en long, en large et en travers dans ma chronique de "Brothers Of The Night" ! Sauf que si le combo s'appelle SEVEN KINGDOMS, c’est avant tout parce que l’épais chanteur est du genre méga-fan de la saga du "Trône de Fer"... Et que tous les textes du premier album, c'était bien lui qui les avait écrits ! C'est sur ses larges épaules que reposait une grande partie du concept du groupe. Car bien que fan de l'œuvre de George R.R. Martin lui aussi, Cruz n’est certainement pas autant à fond que son ami (enfin, ami…).

Edwards parti, donc, c’est aussi tout le champ lexical et le catalogue de paroles inspirées du cycle romanesque qui fout le camp. C’est con quand on s’appelle SEVEN KINGDOMS et qu’on intitule, en plus, son second album "Seven Kingdoms" ! Vous parlez d’une carte de visite… Encore une fois, la formation ne se montre pas à la hauteur de son concept de départ. Par chance, arrive alors la sauveuse, chevelure dorée et forte poitrine… Non, pas la guerrière ailée de la pochette ! Quoique, l’illustration n’est peut-être pas qu’une coïncidence… Collègue de travail de Camden Cruz (et future compagne), Sabrina Valentine, qui pratique le chant depuis l’enfance mais ne pipe rien au Power Metal jusqu’alors (elle est ricaine, la pauvre, faut la comprendre) propose ses services au guitariste. Lequel, certes sous le charme, n'était prêt qu'à lui proposer des chœurs jusqu'à ce que sa mère et – surtout – Jim Morris, LE Jim Morris des Morrisound Studios, ami de Cruz et coproducteur du premier opus, lui disent "bon sang, mais c’est bien sûr !"

Après un essai concluant aux oreilles de tout le monde, la demoiselle est embauchée. De quoi trancher un max avec le style vocal entendu sur "Brothers Of The Night" ! Sur le deuxième L.P., éponyme, de SEVEN KINGDOMS, sorti en 2010, il reste bien quelques growls caverneux ("The Ones Who Breathe The Flame", "Eyes To The North") mais ils ne viennent pas de la chanteuse, ni même de Bryan Edwards. Ce qui ne vient plus de Bryan Edwards, ni de plus personne, d’ailleurs, ce sont les textes inspirés du "Trône de Fer"... Pas une seule référence à la célèbre saga de Fantasy sur cet album ! Ce qui enlève une grosse part de son originalité à ce groupe… Les paroles, en effet, se trouvent remplacées par des textes d’inspiration Fantasy standard, mais aussi d’Histoire. Et du coup, on s’en fout encore plus ! (Oui, je suis fan de la saga, et cette absence de textes tirés de ses pages m'énerve car c’est trop rare dans le Metal).

Heureusement que Sabrina Valentine est là pour les assurer comme il faut. Son arrivée est la deuxième bonne nouvelle à mettre à l’actif de SEVEN KINGDOMS après le remerciement du claviériste John Zambrotto, qui brillait déjà par son inutilité sur le premier album… D’accord, la demoiselle évolue encore beaucoup, ici, sur des tonalités medium, avec un brin de retenue parfois lorsqu’il s’agit monter haut dans les aigus, mais elle abat le taf sans mélodie vocale foireuse, comme Edwards pouvait en sortir quelquefois. En plus, la blondinette met du feeling dans son interprétation, ce qui permet de compenser un peu la déception de ne plus lire chez SEVEN KINGDOMS de textes relatifs à "A Song Of Ice And Fire". Elle y met du cœur, cela s’entend et passe très bien sur des morceaux de Heavy/Power somme toute très classiques dans leur exécution, comme "Somewhere Far Away", "Open The Gates" ou "A Murder Never Dead" et son riff principal plagiant sensiblement celui du KAMELOT de "The Fourth Legacy"...

Elle s’en sort encore mieux sur des compositions qui n’exigent pas autant de grands écarts vocaux que le Power. Paradoxalement, cet album affublé d’’un artwork 1000% Fantasy, pile dans l’esprit Power Metal, est sans doute le longue durée de SEVEN KINGDOMS à contenir le moins de pur Power… Et même son Power se "Heavise", ne cavale pas dans tous les sens et n’abuse pas de refrains hymniques ni de compositions épiques au long cours. Ces dernières sont moins nombreuses que sur le premier L.P. de la formation, exception faite du très correct "Vengeance By The Sons Of A King" et du morceau-titre. Ce que l’on entend bien plus sur ce deuxième album que partout ailleurs chez les Floridiens, ce sont des genres musicaux tiers qui se fraient un chemin dans sa musique. Ainsi peut-on entendre quelques sonorités AOR de-ci, de-là (le pont de "Wolf In Sheep’s Clothes"), Rock, voire Pop (la ballade au piano "Into The Darkness" et ses jolies harmonies vocales)…

Ces orientations parfois surprenantes et assurément dépaysantes ne font pas pour autant de "Seven Kingdoms" un album à s’en relever la nuit, d’autant qu’elles sont brèves. On passe un moment sympathique à écouter ce disque, on est plutôt convaincu de l’embauche et de la performance de Sabrina Valentine, rassuré sur la capacité d’encaisser les déconvenues dont le groupe fait preuve… Mais il y a de quoi être déçu tout de même du manque de cohérence du contenu du disque avec le concept fondateur de SEVEN KINGDOMS. Sur un album relativement peu marquant sur le plan musical, le quintette aurait gagné à plonger l’auditeur – et lecteur des paroles – dans un univers plus cohérent et immersif… Et à tabasser un peu plus, car on aurait bien besoin d’un remontant pour tenir l’écoute de ce "Seven Kingdoms" sur la durée. Ce deuxième album manque de punch.

A lire aussi en POWER METAL :


EDGUY
Savage Poetry (2000)
Power metal

(+ 1 kro-express)



SQUEALER
The Prophecy (1999)
Power metal


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Sabrina Valentine (chant)
- Camden Cruz (guitares)
- Kevin Byrd (guitares)
- Keith Byrd (batterie)
- Miles Neff (basse)


1. Prelude
2. Somewhere Far Away
3. The Ones Who Breathe The Flame
4. Open The Gates
5. Vengeance By The Sons Of A King
6. Wolf In Sheep's Clothes
7. A Murder Never Dead
8. Into The Darkness
9. Eyes To The North
10. Thunder Of The Hammer
11. Seven Kingdoms



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod