Recherche avancée       Liste groupes



      
DRONE/NOISE/EXPERIMENTAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


BORIS - Gensho (2016)
Par LYRR le 11 Septembre 2016          Consultée 1563 fois

"Gensho" est la septième collaboration du groupe de Drone/Experimental BORIS et du musicien de Japanoise Masami Akita, alias MERZBOW. Tous deux ont en commun une certaine propension à l'hyperproductivité, n'hésitant pas à multiplier les sorties durant la même année et aimant à mener divers projets avec d'autres artistes que leurs frasques bruitistes n'effraient point, à tel point qu'il en devient pratiquement impossible de suivre l'ensemble de leurs carrières musicales respectives dans leur intégralité. Mais, au milieu de cette multitude de disques, "Gensho" a attiré mon attention de par sa nature quelque peu particulière : il est à la fois une compilation de réenregistrement de titres (plus ou moins) à succès de BORIS, un acte collaboratif avec MERZBOW, et une expérimentation musicale intrigante.

En effet, l'album est composé de deux disques de même durée – plus de septante-quatre minutes chacun – qui peuvent être joués soit seuls, soit simultanément. L'auditeur peut donc soit profiter d'un best of de BORIS, soit d'une séance de lacération d'oreilles par MERZBOW, soit encore d'un mélange de Drone/Doom/Experimental et de Harsh Noise censés se compléter l'un l'autre. Tout un programme qui demande d'avoir les tripes bien accrochées et une certaine tolérance face aux acouphènes : fans de RHAPSODY aux tympans sensibles, fuyez pendant qu'il en est encore temps !

Alors, pour commencer, le premier disque seul. L'on a droit à neuf pièces, dont une originale – "Resonance" – et une reprise de MY BLOODY VALENTINE – "Sometimes". Certains réenregistrements sont assez semblables aux originaux – "Farewell", "Rainbow", "Heavy Rain"– mais d'autres non : "Huge" est plus Drone et atmosphérique que sur "Amplifier Worship", "Akuma No Uta" n'a que peu à voir avec l'original sur l'album du même nom, et la version de "Vomitself" ici proposée est encore plus extrême que la première.

Globalement, toutes les pistes semblent avoir été pensées pour former un tout plus ou moins cohérent, ce qui est loin d'être une mauvaise chose : si "Huge" n'avait pas été retravaillée, par exemple, elle aurait eu du mal à s'intégrer à un tel album. Le style prédominant est bien entendu le Drone, mais il tend vers le Noise Rock ou encore le Shoegaze – le choix de reprendre du MY BLOODY VALENTINE n'était pas aléatoire – et les ambiances se complètent en se succédant : planante sur "Farewell", oppressante sur "Huge", lumineuse sur "Heavy Rain", ou encore apaisante sur "Akirame Flower". Bien qu'éprouvant de par sa longueur et l'accessibilité limitée de ce genre de musique, ce premier disque est assez plaisant à écouter car il comprend une certaine variété de titres qui permet de se replonger dans l'œuvre de BORIS tout en prenant l'apparence d'un nouvel album. Une agréable redécouverte du groupe, en somme.

Le second disque est quant à lui plus limité, contenant quatre morceaux originaux de MERZBOW dont le but premier n'est autre que de se marier à la musique de BORIS, lui donnant de nouvelles couleurs plus angoissantes lorsque jouée simultanément. Écouter cette partie seule n'est pas l'expérience musicale la plus intéressante que Masami Akita a jamais proposée ; l'on peut jeter l'oreille sur ce disque une ou deux fois par curiosité, mais sa raison d'être n'est pas d'exister de manière autonome.

Par contre, une fois couplée au Drone de BORIS, la Harsh Noise de MERZBOW prend tout son sens : offrir une nouvelle perspective sur un ensemble de pièces musicales déjà connues dont la perception par l'auditeur en devient alors significativement altérée. Le mélange des genres est particulièrement intéressant sur les pistes les plus calmes comme "Rainbow", "Sometimes" ou "Heavy Rain" : la dualité entre la douceur de la chanson de BORIS et la violence auditive de la composition de MERZBOW crée un contraste qui remet en question la nature même des émotions transmises par la musique.

Cet album n'aurait pu être qu'une banale compilation de réenregistrements ou un best of aux raisons d'être bassement commerciales, comme cela est le cas pour de nombreux artistes – j'ai cru entendre quelqu'un crier IRON MAIDEN au loin, mais j'ai les oreilles qui bourdonnent encore, cela devait être mon imagination. En réalité, "Gensho" est un indispensable pour les fans de BORIS, voire tous les amateurs de musique bruitiste et bourdonnante en général. Au-delà du plaisir de redécouvrir certains des meilleurs titres du groupe, l'on a également l'opportunité d'en profiter sous un autre angle grâce à la collaboration de Masami Akita. C'est un album aux teintes uniques, certes assez difficile d'accès, mais qui procure une satisfaction intense lorsque l'on franchit le pas et décide de lui accorder son attention.

A lire aussi en POST par LYRR :


DYSTOPIA NÅ!
Dweller On The Threshold (2015)
Voyage au fond de l'esprit




BORIS
Dear (2017)
BORIS in a nutshell


Marquez et partagez




 
   LYRR

 
  N/A



- Masami Akita Alias Merzbow (sons électroniques)
- Takeshi Ohtani (chant, guitare, basse)
- Atsuo Mizuno (chant, percussions, sons électroniques)
- Wata (chant, guitare, écho)


- Disque 1 - Boris
1. Farewell
2. Huge
3. Resonance
4. Rainbow
5. Sometimes
6. Heavy Rain
7. Akuma No Uta
8. Akirame Flower
9. Vomitself
- Disque 2 - Merzbow
10. Planet Of The Cows
11. Goloka Pt.1
12. Goloka Pt.2
13. Prelude To A Broken Arm



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod