Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL EXTREME  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ereb Altor
- Membre : Barren Earth
 

 Site Officiel (812)

MOONSORROW - Jumalten Aika (2016)
Par VOLTHORD le 12 Juin 2016          Consultée 1998 fois

"Varjoina Kuljemme Kuolleiden Maassa" avait été difficile à aborder.
L’introduction que Mefisto avait développée à l’époque montrait un peu le malaise, impossible de ne pas y aller avec autant de pincettes que de précautions, ou la hache de l’objectivité nous retombe à la tronche : MOONSORROW, lorsqu’on la décortique, lorsqu’on l’inspecte à la loupe, a toujours été la plus exemplaire de toutes les formations de Folk Metal. Pourtant cette galette de 2011 avait été une réelle déception. De ne voir les Finlandais avancer plus loin que ce que l’on connaissait déjà d’eux. De ne trouver de nouvelles lumières, de nouveaux angles d’approche à une formule qui savait rester fidèle à elle-même mais qui avait gagné une richesse d’évocation qu’aucun autre groupe n'aura réussi à développer (à l’exception d’un ARKONA ou d’un NOKTURNAL MORTUM, le cas ENSLAVED étant à part de par ses multiples visages).

"Jumalten Aika" ne s’affranchit une nouvelle fois pas des comparaisons avec de plus prestigieux prédécesseurs. Second jet de ce qui devait être la suite de "Varjoina Kuljemme Kuolleiden Maassa" (les premiers essais de compos sont partis à la poubelle il y a deux ans, les membres n’ayant pas été convaincus par leur propre travail), on retrouve alors un MOONSORROW certes inchangé mais pour qui la fibre de chaque brindille, de chaque racine, de chaque nuage et de chaque saison semble de nouveau toucher les partitions.

Moi-même je l’admets : ce n’est que sur le ressenti pur que j’avancerai que "Jumalten Aika" se démarque de son aîné. Il fait respirer l’élément folk comme à l’époque d’un "V: Hävittety" (sans reproduire la sophistication extrême de cet opus à part), dans des tableaux forestiers et chamaniques proches d’un "Verisäkeet". Les guitares sont plus ronflantes qu’agressives, "Jumalten aika" respire par ses chants clairs, et par des transitions toujours douces entre l’épique et le nostalgique, l’incantation chamanique et le chant de guerre.
Son titre d’ouverture donne le ton. Il y a une odeur tragique et pourtant printanière. Guerrière mais portée par une force plus puissante, recouvrant le champ de bataille comme si le sang versé n’avait aucune importance face au divin.

MOONSORROW ne nous perd jamais dans sa palette d’émotions, désormais toujours un peu coincé sur les mêmes sons de claviers ayant pris leur envol sur "Kivenkantaja" et le même type de riffs rythmiques dont la forme définitive fut acquise sur "Verisäkeet". Il ne déborde pas du chemin qu’il a déjà parcouru, mais, de haut, il le domine.

On retrouve dans "Ruttolehto incl. Päivättömän Päivän Kansa" tout ce qui fait la grandeur du groupe : des mélodies fines, des breaks envoûtants, un enchaînement de couleurs, d’ambiances et de formes qui cohabitent avec cohérence comme une forêt dense montrant ses proies et ses prédateurs, ses forces et ses faiblesses. La tête hoche de droite à gauche, bercée par un riff qui nous promène entre ses branches. Un tournant à la 7e minute rappelant la nostalgie douce du fabuleux "Jotunheim" de “Verisäkeet” nous rappelle à quel point MOONSORROW, sans jamais tomber dans le cliché, est maître d’une forme de mélancolie qu’eux seuls savent exprimer. Ce titre seul justifie l’existence de cet album.

Mais on pourra citer les cordes froides et la basse mystérieuse d’un "Mimisbrunn" plongé dans une obscurité de couleurs ocre et opale. Ou cette mélodie médiévisante et cette explosion de chœurs d’un "Ihmisen Aika" venant clôturer l’album.

Et si dans les deux titres cités on regrettera des blasts un peu faciles qui étendent les compositions sans forcément les enrichir (au contraire donc des deux titres d’ouverture), on ne peut que s’incliner devant la finesse des mélodies folk tissées entre la voix écorchée de Ville Sorvali et les riffs charnus ayant toujours fait la marque de fabrique du groupe.

Finalement, seul "Suden Tunti", se focalisant sur des guitares rythmiques au fer ébréché, loin de la candeur guerrière d’un "Tulimyrsky" qu’il semble imiter, paraît en trop dans cet album. Le seul que je zappe systématiquement (mais perdre 7 minutes sur les 70 de l’album, ce n’est pas une grande perte).

Qualité de composition supérieure à son cadet bien que ne parvenant plus réellement à créer la surprise, "Jumalten Aika" demeure une œuvre indispensable à qui se réclame d’un folk metal sophistiqué et mélodique, adoptant avec une certaine féerie un sentiment de nostalgie douce et prenante. MOONSORROW a le passé dans son sang, et l’a d’une manière inimitable.

Il manque donc peut-être quelque chose à "Jumalten Aika" pour se hisser au niveau des autres œuvres d’excellence du groupe. Je me serai résolu à un 3/5 solide s’il n’y avait pas eu ce "Ruttolehto", qui j’en suis déjà d’ores et déjà persuadé, sera un titre qui marquera mon année 2016 au fer rouge.

A lire aussi en FOLK METAL EXTREME par VOLTHORD :


TROLLFEST
Willkommen Folk Tell Drekka Fest! (2005)
Une bonne petite fête entre trolls, ça vous dit?




TROLLFEST
Brakebein (2006)
Un Finntroll sous ecstasy... Barré et brillant


Marquez et partagez






Par MEFISTO




 
   VOLTHORD

 
   MEFISTO

 
   (2 chroniques)



- Ville Sorvali (chant, basse)
- Henri Sorvali (guitare, claviers, accordéon, guimbarde, flûtes, choeurs)
- Marko Tarvonen (batterie, guitare acoustique, choeurs)
- Mitja Harvilahti (guitare, choeurs)
- Markus Eurén (claviers, choeurs)


1. Jumalten Aika
2. Ruttolehto Incl. Päivättömän Päivän Kansa
3. Suden Tunti
4. Mimisbrunn
5. Ihmisen Aika (kumarrus Pimeyteen)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod