Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Tobias Sammet's Avantasia , Timo Tolkki's Avalon , Rhapsody
- Membre : Cryonic Temple
 

 Site Officiel (243)
 Soundcloud (127)

Marius DANIELSEN - Legend Of Valley Doom Pt. 1 (2015)
Par GEGERS le 30 Novembre 2015          Consultée 4595 fois

Il fut un temps, une époque bénie diront certains, où un pet de Tobias Sammet avait une saveur épique. Le début des années 2000, durablement marqué par la réussite artistique et commerciale de son projet AVANTASIA, devint rapidement le terreau de nombreux projets estampillés "Metal Opera". L'histoire n'en a retenu que quelques uns (Aina, à la droite du père), et à l'image du "mentor" Tobias, dont l'inspiration n'a eu de cesse de décliner depuis le milieu des années 2000, l'exercice est devenu terriblement casse-gueule. Dernier exemple en date ? L'exécrable projet AVALON de Timo Tolkki.

Et puis, Marius Danielsen est arrivé. Nous serions dans un Metal Opera qu'une intensité dramatique et symphonique illustrerait cette phrase. Marius, Norvégien de son état, œuvre depuis 10 ans à la création de cette œuvre dont le "Part 1" accolé à son nom laisse envisager une suite prochaine (élémentaire, mon cher Watson). Si les deux groupes du chanteur/guitariste (DARKEST SINS, EUNOMIA) n'ont pas fait grand bruit en dehors de la péninsule scandinave, le bonhomme est parvenu à réunir sous sa bannière un nombre incroyable d'invités de luxe dont la simple mention ici transformerait cette chronique en catalogue IKEA. Notons tout de même, parmi la cinquantaine d'artistes qui ont participé à l'enregistrement de cet album, la présence des chanteurs Edu Falaschi (ANGRA), Tim "Ripper" Owens (JUDAS PRIEST) et Mark Boals (Yngwie MALMSTEEN, RING OF FIRE), des guitaristes Timo Tolkki (tiens, tiens...), Marco Wriedt (AXXIS) et Ross The Boss (MANOWAR), du bassiste de BLIND GUARDIAN Barend Courbois ou encore d'Alex Holzwarth, cogneur de fûts chez RHAPSODY OF FIRE. Un line-up de luxe pour un album lui-aussi fort luxueux.

Ce foisonnement d'invités ne permet pas, sauf si l'on s'amuse à détailler longuement le livret de l'album, de savoir réellement qui fait quoi. Une chose est sûre néanmoins : tous ces artistes, renommés ou plus confidentiels, se sont mis au service d'un Heavy Speed dont la construction et les ambiances nous renvoient immédiatement 15 ans en arrière. La double-pédale, présente sur la quasi-totalité des morceaux, soutient un rythme qui convient parfaitement à ces titres à la fois directs et alambiqués, portés par des mélodies d'une très grande qualité. Tout bien considéré, il semble que l'on ait rien entendu de tel depuis... le premier volet d'AVANTASIA ?

Tout est ici réuni. Une once de narration, de longues pièces épiques, une alternance des intervenants au micro, et ce sentiment de s'embarquer pour un voyage dont chaque escale vaut la peine d'être vécue. Il est inutile de s'attarder longuement sur le concept de l'album. En voulant proposer une histoire d'heroïc-fantasy, Marius Danielsen fait comme la grande majorité des auteurs du style : il réécrit Tolkien et le "Seigneur des Anneaux". Il est ici question d'un peuple an paix, habitant de la "Valley Doom", confronté à la résurgence d'un nouveau seigneur du Mal, loin, bien loin, par-delà les montagnes. Le "pitch" est maigre mais suffisant pour narrer, avec force et conviction, des bataille épiques, des actes héroïques, des amours intrépides.

Du haut de ses 14 minutes, "Legend Of Valley Doom" est sans doute la pièce-maîtresse de l'album. Une flûte timide illustre une introduction qui se fait annonciatrice d'un morceau grandiloquent. Tout y passe, passages speed, breaks délicats, changements de tons, refrains scandés à l'envi. Tous les clichés du genre, mais ces derniers se voient sublimés de telle manière que l'on a l'impression de redécouvrir l'exercice du Metal Opera avec des yeux neufs. Les "interludes" plus courts, souvent très heavy et rapides ("Haunting My Dreams", "Free As The Wind"...), participent à apporter une cohésion à l'ensemble, et servent de piste de décollage pour les titres les plus longs, dont les mélodies s'inscrivent durablement dans l'esprit ("Chamber Of Wisdom", la ballade finale "Fallen Heroes"). Tout ici est tellement maîtrisé et réussi que l'on en vient à se demander si, publié 15 ans plus tôt, l'album n'aurait pas éclipsé AVANTASIA.

En dosant parfaitement les ambiances, et en se présentant ainsi comme le garant du Heavy-Speed de "papa", Marius DANIELSEN offre un album qui, reconnaissons-le, fonctionne également grâce à la grande bouffée de nostalgie qu'il procure. Néanmoins, objectivement (si l'objectivité est possible lorsque l'on aborde ce style), ce premier volet de la légende de Valley Doom renferme tous les éléments nécessaires pour la construction d'un album réussi, et surtout, ne sacrifie pas l'audace artistique au profit de la mélodie à tout prix. Si l'album regorge de mélodies qui font mouche, il y a également de la dextérité et une certaine audace qui donnent foi en un futur pérenne pour les aventures du Norvégien.

A lire aussi en POWER METAL par GEGERS :


SPELLBLAST
Nineteen (2014)
Comme un signe du kã




MOB RULES
Tales From Beyond (2016)
Retour vers le futur


Marquez et partagez





Par GEGERS




 
   GEGERS

 
   BAST
   DARK SCHNEIDER

 
   (3 chroniques)



- Marius Danielsen (chant, basse)
- Edu Falaschi (chant)
- Tim Ripper Owens (chant)
- Mark Boals (chant)
- Jonas Heidgert (chant)
- Elisa C. Martin (chant)
- Alessio Garavello (chant)
- Kai Somby (chant)
- Artur Almeida (chant)
- George Tsalikis (chant)
- John Yelland (chant)
- Simon Byron (chant)
- Mikael Holst (chant)
- Timo Tolkki (guitare)
- Chris Caffery (guitare)
- Ross The Boss (guitare)
- Robb Weir (guitare)
- Tobi Kersting (guitare)
- Jimmy Hedlund (guitare)
- Marco Wriedt (guitare)
- Olivier Lapauze (guitare)
- Felipe (guitare)
- Alex Theking Mele (guitare)
- Esa Ahonen (guitare)
- Kristian Tjelle (guitare)
- Gard Austrheim (guitare)
- Marius Danielsen (guitare)
- Sigurd Kårstad (guitare)
- Peter Danielsen (claviers)
- Alessio Lucatti (claviers)
- Barend Courbois (basse)
- Mike Lepond (basse)
- Anniken Rasmussen (basse)
- Ignacio Lopez (basse)
- Giorgio Novarino (basse)
- Alex Holzwarth (batterie)
- Ludvig Pedersen (batterie)
- Roger Watson (narration)


1. Intro
2. The Battle Of Bargor-zun
3. The Prophecy Of The Warrior King
4. Chamber Of Wisdom
5. Mirror Of Truth
6. Haunting My Dreams
7. The Legend Of Valley Doom
8. Lost In A Dream
9. Raise Your Shields
10. Free As The Wind
11. Fallen Heroes
12. Outro



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod