Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp (2)

PANOPTICON - Autumn Eternal (2015)
Par MEFISTO le 27 Novembre 2015          Consultée 1982 fois

Un an après nous avoir joué sa vision de l'hiver après un voyage glacial en Norvège, l'Américain Austin Lunn, dont le projet solo PANOPTICON roule à plein régime, s'essaie sur une autre saison, la plus belle : l'automne.

L'exercice est quelque peu curieux, étant donné que la logique aurait commandé le contraire. L'intensité du champ lexical et du sac d'imageries métalliques est plus puissante l'hiver. Bon, la majorité du temps, il s'en trouvera toujours pour prétendre que l'automne recèle davantage de clés métalliques, mais je reste persuadé que l'hiver est la saison la plus inspirante pour les musiciens de notre univers béni. Et dans le cas de PANOPTICON, c'est encore plus vrai.

"Roads To The North" était une vraie tempête de haine, de beauté ébène et de tableaux impressionnistes d'une complexité habilement dosée. Tout collait sur ce disque, du concept hivernal à l'ambiance nordique mi-épique, mi-ludique, dépeinte à l'aide notamment du banjo et de grosses guitares traçant des sillons ensanglantés sur le tapis blanc. La production, salie un minimum comme de coutume chez Lunn, nous permettait de s'engouffrer dans le ventre de la bête.

Serait-ce le cas avec "Autumn Eternal" ? Un album semblant moins intimidant sur tous les points ?

Eh bien, il est certain que ce Black Atmo de PANOPTICON est moins "dark" et rend hommage aux couleurs chaudes de l'équinoxe. Le changement de registre, aussi subtil soit-il, est bien grouillant et nous entraîne dans une autre cellule de l'univers du talentueux Américain. On retrouvera facilement nos repères dans ce Black douillet, terreux et volatile à la fois, hyper organique et bio à 100% sans agents de conservation, ce Black Atmo de deuxième génération qui emprunte le swag du Shoegaze, du Post-Hardcore et du Folk. Ce Black que pratiquent des entités telles qu'AGALLOCH, FALLS OF RAUROS ou, sur certains aspects, les Anglais de WINTERFYLLETH et WODENSTHRONE. Ça transpire la feuille oxydée, l'écorce mouillée, le soleil rougi, la lune orangée et la promesse d'un hiver long et rigoureux.

"Autumn Eternal" s'avère ainsi moins marquant musicalement que "Roads To The North", à mon goût, mais peut-être plus fort émotionnellement. C'était assez prévisible, Lunn maîtrisant maintenant l'art de respecter son canevas. Le romantisme léger de l'album prend forme sous la houlette du folk et des cordes invitées, des mélodies aériennes qui s'échappent des véloces descentes de manche du compositeur, il est imprégné de l'essence des luxuriantes forêts qu'il a foulées, des ruisselets qu'il a enjambés, des aurores et des soleils couchants qu'il a admirés. Voilà pourquoi il se permet quelques fois de ralentir le tempo au max pour bien souligner ce calme apporté par la forêt multicolore. Il y a également encore chez PANOPTICON ces riffs gorgés d'espoir, que l'on pourrait traduire par l'amour inconditionnel d'Austin Lunn pour Dame Nature, avec qui il est sûrement fiancé. La clarté avec laquelle il arrive à étaler ses couleurs, ses vestiges et ses aspirations, est touchante et donne du courage.

Sauf que même si PANOPTICON touche encore la cible, "Autumn Eternal" m'a frappé passablement moins que "Roads To The North". Il est certes plus accessible et mélodique, mais que voulez-vous, mon cœur de nordique a fait pencher la balance. Pourtant, l'automne est ma saison préférée ! Qu'importe, je ne peux faire taire ce ressenti, qui n'est en aucun cas une déception, car on a affaire à tout un opus, encore une fois.

C’est juste que… probablement aurait-on pu attendre un an de plus avant de recroiser Lunn dans le sentier. "Roads To The North" est à peine digéré… Je me sens gourmand face à ce chef qui n'en finit plus de vouloir nous bourrer la panse.

Bon, ça m'a foutu l'envie d'aller marcher dans l'bois tout ça… J'ai l'estomac rempli !

Podium : (or) "Sleep To The Sound Of The Waves Crashing", (argent) "Autumn Eternal", (bronze) "A Superior Lament".

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par MEFISTO :


WINTERFYLLETH
The Threnody Of Triumph (2012)
Solide et confortable continuité




ABIGAIL WILLIAMS
Becoming (2012)
Brillante métamorphose


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Austin Lunn (tout)


1. Tamarack's Gold Returns
2. Into The North Woods
3. Autumn Eternal
4. Oaks Ablaze
5. Sleep To The Sound Of The Waves Crashing
6. Pale Ghosts
7. A Superior Lament
8. The Winds Farewell



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod