Recherche avancée       Liste groupes



      
SLUDGE METAL EXPéRIMENTAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Isis, Converge
 

 Bandcamp (264)
 Myspace (153)

OLD MAN GLOOM - The Ape Of God (2014)
Par ISAACRUDER le 2 Octobre 2015          Consultée 771 fois

A diabolo, qui est simia dei. Cela provient du Diable, qui est une imitation de Dieu. Et de fait, là où Dieu aura une église, le Diable aura une chapelle. L'Ennemi, qui se pare du visage des anges pour mieux violer les Justes. Ou comme le dit si bien un morceau de YEAR OF NO LIGHT : " Ils avaient des visages d'ange et des fusils automatiques ". The Ape Of God, ou l'autre nom de Satan, celui qui voulait être Dieu. A l'instar du singe qui contrefait l'Homme, l'Ennemi est souvent caché derrière les apparences du bien. Habile astuce d'OLD MAN GLOOM pour traiter un sujet pourtant fécond (comme la bête) dans les arts.

Regardez autour de vous et cherchez l'Ennemi. Cherchez ce qui imite grossièrement et donne l'apparence du vrai. Repensez à l'Ennemi lorsque vous pensez que les politiciens accueillent en Bons Samaritains des réfugiés. Repensez à l'Ennemi même si cela semble incroyable, lorsque vous observez ces mêmes réfugiés. Ils avaient des visages d'ange et des fusils automatiques. Comme ces enfants-soldats en Afrique dont on ne voit la germe du Mal qu'après avoir été béat devant leur fausse innocence. Mais vous ne le ferez pas. Car penser à cet Ennemi c'est gangrener vous même une existence que vous souhaitez limpide et unilatéralement cohérente. Sortir d'un confort intellectuel dans lequel vous aimez vous plonger comme la mouche sur le cadavre. Les bons d'un côté, les méchants de l'autre. A cela OLD MAN GLOOM répond non. La beauté est l'apparat du Mal, la violence un cri du Bien.

Aussi "The Ape of God" est-il une harmonie, une compréhension de l'Illusionniste. Un double album dont la vision artistique dominante est celle, non pas du balancement traditionnel entre la brutalité et la douceur, mais la fusion des deux extrêmes dans la même musique. Un double album qui aurait pu choisir la facilité de proposer une ambiance par disque, et qui délivre finalement une première partie efficace et une seconde bien plus Post-Hardcore mais toujours plongées dans le même mélange d'atmosphères. "The Ape Of God" est ainsi aussi complexe que Celui qu'il représente.
Cette première partie est le OLD MAN GLOOM aux racines plus Sludge. Mais le masque est là, et les apparences sont trompeuses : au cœur de ces morceaux en apparence violents (le Noise assommant de "Fist Of Fury") subsistent des moments de grâce ("Simia Dei", son riff et ses chœurs mystiques). Plus lourd que jamais, OLD MAN GLOOM varie les ambiances, comme sur "Shoulder Meat", qui rappelle ISIS avec son début intensifié par la voix d'Aaron Turner. Clairement, la première partie du diptyque de "The Ape Of God" est virulente, sombre, massive et diablement épique, tout en étant dans la complexité et la désorientation. Un concentré de ce qu'OLD MAN GLOOM véhicule depuis ses débuts : piéger l'auditeur.

Cette volonté de piéger fait partie de sa musique comme de son image. Il suffit de repenser à la promotion de l'album. OLD MAN GLOOM décide d'envoyer huit morceaux à la presse qui va faire son travail de chroniques mais – inévitablement – l'album sera mis en ligne par un mal-intentionné. Simia Dei encore une fois. Et le groupe d'annoncer que " The Ape Of God " est en fait un double album, en insultant tout le monde au passage. Dérouter, hypnotiser, agresser et démystifier. OLD MAN GLOOM pousse ses vices jusqu'au bout et non content de produire un album gorgé de souffre il intensifie sa démarche dans la deuxième partie et ses quatre morceaux progressifs, mystiques et expérimentaux. On se souvient d'ISIS période "Celestial", des riffs les plus massifs de la grande époque de PELICAN, et des folies psychédéliques des méconnus BOSSK. La terrifiante "An Hideous Nightmare Lies Upon The World", rampante, écrasante comme un AMENRA plus épique, avec ses samples d'homme souffrant, ou "Burden", massive et impériale. Tout autant de décharges d'émotion qui font que la première partie de " The Ape Of God " apparaît presque comme la surface des eaux et la seconde comme les abysses impénétrables où se terrent les plus grands mystères. Cette orgie musicale complexifie l'écoute d'un album conçu comme un labyrinthe mental, où OLD MAN GLOOM est le fil, l'auditeur Persée et la compréhension finale de " The Ape Of God " le Minotaure.

Dans l'esprit malin de cette Bête il y a néanmoins des failles. La facilité notamment. Celle de celui qui cherche à atteindre son but sans s'encombrer de sentiments. Les folies Noise et les envolées mystiques des samples ne maquillent pas toujours des riffs paresseux ou trop évidents quand on sait ce qu'OLD MAN GLOOM peut écrire. Le titre qui conclut ce double album, " Arrows To Our Heart ", ne fonctionne pas, apparaissant comme une parenthèse étrange alors qu'il succède à un monstre de puissance et de mysticisme (" An Hideous Nightmare Lies Upon The World "). Ils sont rares bien sûr, ces passages en demie-teinte, et l'ensemble monumental de " The Ape Of God " ne souffre pas de ce menu défaut. Il ne vous reste alors qu'à trouver suffisamment de force mentale et de courage pour affronter cet Ennemi, aussi ténébreux et impossible soit le combat qui vous attend pour le comprendre et le vaincre.

A lire aussi en SLUDGE par ISAACRUDER :


YEAR OF NO LIGHT
Ausserwelt (2010)
A quand la récolte de l'abîme?




AMENRA
Mass Vi (2017)
Monument spirituel


Marquez et partagez







 
   ISAACRUDER

 
  N/A



- Aaron Turner (chant, guitare)
- Santos Montano (batterie)
- Nate Newton (guitare, chant)
- Caleb Scofield (basse, chant)


- partie I
1. Eden's Gates
2. Promise
3. Shoulder Meat
4. Fist Of Fury
5. Simia Dei
6. The Lash
7. Never Enter
8. After You're Dead
- partie Ii
9. Burden
10. Predators
11. A Hideous Nightmare Lies Upon The World
12. Arrows To Our Hearts



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod