Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH / THRASH  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Benediction, Bolt Thrower, Death, Memoriam, Obituary, Massacre, Master, Gorefest, Crypta

CANCER - To The Gory End (1990)
Par DARK MORUE le 25 Octobre 2014          Consultée 2946 fois

J'en ai parlé dans mes chroniques de BENEDICTION. L’Angleterre quoi. Le Pays des Anglais, terre musicale bien fertile pour le Rock n'Roll par excellence.

Canard WC avait déjà sorti un truc du genre dans je sais plus quelle chronique et franchement j'avoue que j'ai la flemme de toutes les relire pour la retrouver. Comme quoi le pays avait déjà son carré d'as et ne pouvait rien sortir d'autre d'équivalent. Parce que bon, on avoue, qu'après avoir créé tout le mouvement Punk et donc donné un nouveau visage au Rock en général, avoir un nouveau combo de groupes de la trempe de JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN, SAXON et MOTÖRHEAD, oki ça claque quand même pas mal. Mais non, je suis pas d'accord avec ça, suffit de mater les ramifications extrêmes et la Grande Bretagne a pas fini de nous surprendre.
Déjà parce que ça a également été par excellence le berceau du Grindcore. Genre je sais pas, NAPALM DEATH, EXTREME NOISE TERROR et CARCASS, ça parle à des gens ? Ouais, ils sont bons ces enculés. Après en Black Metal c'était pas trop ça, on peut pas tout avoir non plus. Excepté du Black Sympho mais ça compte pas.
Par contre un truc qu'on a un peu occulté reste la scène Death Metal anglaise, tout simplement parce qu'elle était bien restreinte. Si certaines de ses formations Grind originelles s'y sont tournées, on avait cependant une petite poignée de groupes de qualité ayant traversé les âges, et ce dès le début des années 90. Le rouleau compresseur immortel BOLT THROWER en tête, et marchant dans leurs pas les patrons de BENEDICTION et les chiens fous de CANCER. Certes, seuls les premiers de la liste sont vraiment transcendants et immanquables, mais faut faire attention à ne rien négliger pour autant.

CANCER, voilà donc le sujet de l'exposé d'aujourd'hui. Formé à la base en 1987 comme un groupe de Thrash mais s'étant pris les albums de DEATH et OBITUARY dans la tronche, nos gaillards ont plutôt eu envie de faire comme leurs idoles d'outre-Atlantique et après l'enregistrement à Londres parviennent carrément à faire mixer leur album au Morrisound, invitant John Tardy en personne à balancer quelques WEUARGH sur le titre final "Die Die" aux riffs en clin d’œil évidents à "Slowly We Rot". Et le moins qu'on puisse dire c'est que nos petits gars ont au final pioché les bonnes influences parce que "To The Gory End" est tout simplement une putain de perle de Death Metal façon Floride gardant son mordant Thrash. Genre déjà, merde quoi, cette pochette. DAWN OF THE DEAD C'EST LA VIE. Forcément que je vais l'aimer cet album. Et surtout, cette mixture d'une efficacité absolue à l'ambiance terriblement touchante qui prend à chaque fois. Gah. Si tous les autres groupes du monde pouvaient être aussi simplement évidents à aborder, notre terre n'en serait que tellement meilleure...

C'est pas compliqué, la recette est depuis longtemps approuvée : on ramasse énormément de riffs rentre-dedans, exactement dans l'esprit des deux groupes cités auparavant, en mettant en avant des rythmiques violentes, un chant pas spécialement guttural mais efficace gueulant systématiquement le titre du morceau en temps que refrain (et rien à faire, c'est la technique qui marche le mieux au monde pour faire rentrer dans la tête), tout en nappant le tout d'une délicieuse ambiance quelque peu post-apocalyptique, urgente et un peu noire, à l'image du refrain de "Imminent Catastrophy" qui monte d'un seul coup la tension d'un cran avec ce riff sombre et pressé sur fond de double mécanique. Et voilà qu'on nous cale 2-3 synthés pour nous plonger dans le climat particulier du film représenté sur la cover (le meilleur de tous les temps au passage, pendez-vous si vous l'avez pas vu). On est complètement plongé au beau milieu de l'attaque des Hells Angels sur le centre pendant le titre éponyme qui fait office de plus gros tube de la rondelle, avec l'énorme "Cancer Fucking Cancer" qui assène un beau coup de poignard en seconde position.

"To The Gory End" est de ces albums un peu légers, misant tout sur des riffs très travaillés se voulant héritiers des travaux les moins punks du SLAYER de l'époque, sans véritable lourdeur Death Metal mais y étant installé solidement par des compos sans failles et au final en rien en retard sur leur époque. Quelques influences digérées, des leçons apprises par cœur, et on ressort ça d'une manière différente, assimilée, savamment calculée et plus riche qu'il n'y paraît. Que ce soient les morceaux un peu plus sombres et expérimentaux comme "Sentenced To The Gallows" ou les hymnes au headbang façon "Into The Acid", ou de manière plus générale la scission entre une face A direct dans ta tronche et une face B horrifique, CANCER tape dans le mille et s'installe dés son premier essai confortablement en bonne place. Vous voyez le délire.
Bref, ça poutre, et les trucs qui poutrent globalement c'est plutôt une bonne chose.

Angine : Hé ben vous voyez, même les Anglais savent faire du Death. Si c'est pas mignon ça.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


AMORPHIS
Privilege Of Evil (1993)
Un peu différent de ce qu'ils font actuellement...




DEGRADE
Lost Torso Found (2006)
Parés pour l'Eurovision !


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- John Walker (chant, guitare)
- Ian Buchanan (basse)
- Carl Stokes (batterie)


1. Blood Bath
2. Cancer Fucking Cancer
3. Witch Hunt
4. Into The Acid
5. Imminent Catastrophy
6. To The Gory End
7. Body Count
8. Sentenced
9. Die Die



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod