Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Vanishing Point, Seventh Wonder
- Membre : Cain's Offering, Elias Viljanen , The Dark Element
- Style + Membre : Sonata Arctica, Requiem
 

 Site Officiel (785)
 Myspace (293)
 Chaîne Youtube (360)

SILENT VOICES - Infernal (2004)
Par JEFF KANJI le 11 Septembre 2014          Consultée 1326 fois

Le nouveau venu sur la scène Prog nordique au début des années 2000 revient à la charge à l’été 2004, un second opus sous le bras. "Infernal" qu’il s’appelle. Si le premier opus "Chapters Of Tragedy" accusait quelques faiblesses, elles ont été corrigées en deux ans, c’est le moins que l’on puisse dire. On ne reconnaît presque pas le groupe qui se tourne maintenant vers un Power Prog catchy et offensif.

"Infernal" affiche un visuel plus sombre, énigmatique signifiant avant la moindre écoute un assombrissement de la musique de SILENT VOICES. Et bien il se trouve que les évolutions sont diverses. Le côté dark se trouve renforcé par un riffing plus brutal, tranchant ("Disease:Man") qui drive beaucoup plus les morceaux. Si l’on ajoute à ça une plus grande cohérence avec les parties de basse et de batterie (cette dernière jouissant à la fois d'un traitement sonore très favorable et d'une performance remarquable de Jukka-Pekka Koivisto), ainsi qu’une production puissante (Sonic Pump Studios), "Infernal" sonne incroyablement Metal par rapport à son aîné.

Pourtant à l’entame du premier titre "End Of Days" on se dit que c’est pas forcément gagné, la maîtrise instrumentale est toujours là, un peu plus punchy cela dit, et les lignes vocales de Michael Henneken semblent encore souffrir d’un léger manque de relief. En gros on reconnaît la patte du groupe, ce qui est déjà pas mal. C’est pourtant déjà mieux que sur "Chapters Of Tragedy", le mixage et l’équilibre sonore de l’album redonnant sa place aux vocaux, enrobés à l’occasion de quelques harmonies bienvenues. Et là on se dit qu’on va assister à un nouvel alignement de morceaux honnêtes, bien exécutés, mais sans génie ni flamme.

Mais si vous avez bien lu l’introduction, vous vous doutez qu’il n’en est rien. Très vite débarque un pré-refrain catchy et le refrain est emporté par Mr Henneken avec force et conviction. Et à partir de là ça ne s’arrêtera plus jusqu’aux ultimes notes du titre-fleuve "Avalon", petite pépite progressive où les changements d’ambiance sont gérés de main de maître ; j’en veux pour preuve cet arrêt du chant sur fond de double pédale qui se fond dans un interlude de piano romantique magnifiquement accompagné par la basse fretless de Pasi Kauppinen à 4:50, avec à la clef un choix d’harmonies osées pour un superbe solo de guitare, dans l’esprit du "Peruvian Skies" de DREAM THEATER.

En résumé, SILENT VOICES gère toujours la partie dans les morceaux longs aux développements progressifs, parfaitement raccord avec l’idée même de musique Prog. Judicieusement positionnées à mi-course et en fin d’album, les pièces-fleuves rythment l’album, qui au-delà de ça propose des morceaux plus ramassés, autour des 4-5 minutes. Et SILENT VOICES a progressé de manière remarquable. Car ces titres, en associant la grande musicalité des membres, une production claire et une politique d’arrangements se débarrassant du superflu, à un côté Power peu avare en accélérations et envolées épiques, sans pour autant donner dans le Speed de ses confrères de Kemi, Oulu ou Tampere, a trouvé la formule gagnante pour faire résonner sa musique.

Le meilleur des deux mondes en somme. On reste impressionné par la précocité des formations finlandaises, SILENT VOICES, après un premier effort honorable mais rempli d’erreurs de jeunesse, parvenant à maturité dès son deuxième opus. Assurément une très bonne surprise, et l’un des albums du genre à ne pas louper en 2004. Il conserve sa fraîcheur dix ans plus tard et il est fort compréhensible que SONATA ARCTICA ait recruté son claviériste Henrik Klingenberg avec une telle carte de visite. Véritable surprise doublée d'un coup de cœur.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


SEVENTH WONDER
Tiara (2018)
Retour au bercail




AYREON
The Source (2017)
L'eau à la source de la vie

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Henrik Klingenberg (claviers)
- Jukka-pekka Koivisto (batterie)
- Pasi Kauppinen (basse)
- Timo Kauppinen (guitare)
- Michael Henneken (chant)
- Pasi Rantanen (chœurs sur 2,3,5)


1. End Of Days
2. On The Wings Of Rage
3. Infernal Mind
4. Fate Divided
5. New World Order
6. Disease: Man
7. Prelude – The Spirit Of Avalon
8. Avalon
- i The Journey
- ii Resuming Control
- iii The New Beginning



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod