Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Benighted
- Membre : Alkaloid, Soilwork, Megadeth, Abigail Williams, Abysmal Dawn, Leng Tch'e
- Style + Membre : Carcass
 

 Myspace Du Groupe (722)
 Site Officiel (738)

ABORTED - The Necrotic Manifesto (2014)
Par DARK MORUE le 6 Juin 2014          Consultée 3696 fois

HELLRAISER PUTAIN.
D'accord tout est pas bon là-dedans. Mais cette saga nom de Dieu. Cette horreur Old School franche, graphique, les cénobites en forme de démons SM décadents, Pinhead et ses tirades, les écartèlements aux crochets à viande, le monde totalement onirique du second volet, putain rien à faire je suis fan, et c'est pas les énormes nanards qu'on nous sert passé le 4ème épisode (et encore le 5ème reste un excellent Thriller) qui vont me faire démordre.
Du coup comment dire... ABORTED qui revient avec une pochette un peu dans l'esprit et surtout de merveilleux samples en début et fin d'album, ben ça me fait craquer, c'est tout. C'est mathématique. C'était couru d'avance que le skeud allait défoncer si on part comme ça. Et effectivement, il défonce.

On peut dire que ce groupe a pas eu la vie facile à une certaine période. Sven qui décroche et manque de tout plaquer, ça nous a rendu un "Engineering The Dead" franchement oubliable et un "Strychnine" tout pourri auquel même les membres du groupe ne croyaient pas. Il s'en est fallu de peu, sans Verbeuren présent pour remotiver les troupes et envoyer l'EP "Coronary Reconstruction" c'était cuit. Mais finalement ils sont là. Encore. ABORTED est redevenu un groupe de Brutal Death bien méchant, "Global Flatline" est là pour le prouver, et ce nouvel album ne va juste rien démentir du tout. Depuis 2010, ABORTED s'est mis à faire du BENIGHTED, et ça va pas s'arrêter maintenant, et c'est tant mieux tellement BENIGHTED ça déboîte en long, en large et en travers.

Du coup, des évolutions depuis le précédent ? C'est encore plus compact et efficace, avec un son plus propre. Du coup ça groove un poil moins, et ça bourre encore plus. Voilà. On y est. "Global Flatline 2" mais pas en moins bon. Et on va pas les engueuler parce qu'ils changent pas la formule vu comment ils s'en sont pris plein la tronche quand ils l'ont fait par le passé hein, ce serait méga hypocrite. Bien évidemment on a encore eu les éternels clivages de line-up, mais bon, au moins le batteur est resté, c'est déjà ça vu comment il envoie. Et on tient donc entre nos mains le blockbuster Death de l'année. Dans la catégorie "gros patron classieux" on a eu le BEHEMOTH, et maintenant pour la rage et le sang c'est "The Necrotic Manifesto". Et autant le premier m'a royalement emmerdé, autant celui-là nous envoie assez de parpaings dans la tronche par packs pour qu'on adhère les yeux fermés.

C'est rapide, ça blaste, c'est violent, ça riffe, c'est juste jouissif. Sven nous balance ses growls huileux tout comme son chant hurlé ultra violent (et il est même rejoint par Phlegeton de WORMED sur "Excremental Veracity" pour qu'on se vautre bien dans le gras). Et vas-y que ça pète et que ça enchaîne les riffs avec une frénésie totalement psychopathe, avec d'énormes hits immédiats et pas de titre faible. Le morceau éponyme, "Coffin Upon Coffin", "The Davidian Deceit" (le meilleur titre de l'album, rien à jeter, tout y est et on morfle à chaque note), autant de titres immédiats qui flanquent une raclée dès la première écoute, dès les premières secondes. Du pur ABORTED comme on l'aime, comme on le veut, avec à l'intérieur tout ce qu'on veut y trouver. Le traditionnel titre lent est là avec "Die Verzweiflung" mais c'est expédié en 2 min 30, là où "Coffin Upon Coffin" revient en mode CARCASS avec imitation vocale de Jeff Walker et tout et tout.

Après, c'est propret tout ça. On sent le truc ultra impulsif aux morceaux dégainés en quelques mois d'un bout à l'autre avec juste la force de l'expertise et BEAUCOUP de rage, et qui a passé un bon moment en post-production. Rien qui dépasse, nickel, totalement 2014, qui s'écoute fort et scotche au mur. Mais on en perd le côté groovy. Troqué contre une débauche de violence qu'on avait pas vue atteindre un tel niveau depuis "Goremageddon" (putain mais pourquoi ce chef d’œuvre éternel se tape un 1/5 sur NIME mais le scandale quoi...). Alors ouais, c'est cool parce que la violence dans le Death Metal c'est toujours un plus appréciable, mais bon, un peu de crasse et d'envie de bouger ne fait jamais de mal. Surtout que les riffs sont là putain, tous, ça y va fort et ça fracasse la tête. Donc bon, on se plaint un peu mais pas trop non plus, vu qu'il reste très très dur de ne pas prendre son pied d'un bout à l'autre de l'album. Et puis si ça se termine par un morceau qui s'appelle "Cenobites" et qui joue en plus la carte d'une ambiance apocalyptique incroyablement réussie... Mon cœur cède.

Voilà. On attendait d'ABORTED qu'ils reviennent mettre tout le monde d'accord et foutent une belle raclée à la plèbe et c'est chose faite. "The Necrotic Manifesto" pète, arrache tout sur son passage, va à fond tout du long et s'impose comme un indispensable, LE gros monstre qui s'affiche haut et infiltre toutes les chaumières. Le Brutal Death de la ménagère de moins de 50 ans. Du gros blast, du méga riff, des super soli, un chant signé Sven en grande forme, des compos qui explosent la tronche et ne s'arrêtent jamais, bref, le panache.
J'irais même jusqu'à dire que c'est ptêt le meilleur depuis "Goremageddon". Pas facile de trancher entre lui et "Global Flatline" au final. Chienne de vie va. Allez, go se manger une autre rasade de "Chronicles Of Detruncation" dans la gueule, ça évite de trop réfléchir et ça fait de mal à personne.

Michael Bay : LE gros opus immanquable en cette période printanière, qui en met plein la tronche et demande pas son reste. Merci au revoir.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


MONSTROSITY
Rise To Power (2003)
Tout le monde il est vert




GORGASM
Masticate To Dominate (2003)
Prononcez Gorgazeume


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Sven De Caluwé (chant)
- Mendel Bij De Leij (guitare)
- Danny Tunker (guitare)
- Jb Van Der Wal (basse)
- Ken Bedene (batterie)


1. Six Feet Of Foreplay
2. The Extirpation Agenda
3. Necrotic Manifesto
4. An Enumeration Of Cadavers
5. Your Entitlement Means Nothing
6. The Davidian Deceit
7. Coffin Upon Coffin
8. Chronicles Of Detruncation
9. Sade & Eibertine Lunacy
10. Die Verzweiflung
11. Excremental Veracity
12. Purity Of Perversion
13. Of Dead Skin & Decay
14. Cenobites



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod