Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMO PSYCHÉ  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Enslaved, Ebony Lake, Nachtmystium, Oranssi Pazuzu
- Style + Membre : The Water Witch
 

 Site Officiel (402)

A FOREST OF STARS - A Shadowplay For Yesterdays (2012)
Par MEFISTO le 15 Mars 2014          Consultée 4065 fois

La plupart des chroniqueurs, qu'ils soient lents ou rapides à analyser un disque, se rejoindront toujours pour dire qu'à la première écoute, ils sauront la majorité du temps s'ils sont en présence d'un album réussi ou non. Les écoutes subséquentes confirmeront ou infirmeront cette impression initiale, précisant sa pensée, lui donnant des arguments pour défendre sa position.

Quand j'ai écouté pour la première fois "A Shadowplay For Yesterdays", j'ai failli défaillir tellement j'étais sur le cul. J'étais si ébahi par la diversité et la beauté des atmosphères que j'avais seulement envie d'y replonger. Encore plus que sur "Opportunistic Thieves Of Spring", second album plus noir de la formation que j'avais encensé avec raison. Imaginez l'uppercut que j'ai pris en pleine poire cette fois...

S'il y a une chose dont on peut être certain avec les Anglais de A FOREST OF STARS, c'est qu'ils ne suivent pas la parade. Leur Black Atmo avant-gardiste avec violon, flûte, synthé, percussions et autres instruments, pousse l'éclectisme au maximum ; ce que j'appelais Dark Metal à un certain moment et que d'autres se plaisent à surnommer "Victorian Black Metal" tellement la classe et l'imagerie du groupe nous replonge dans le passé, voire un univers difficile à décrire et surtout, à placer sur la ligne du temps. Costumé comme au tournant du XXème siècle, le septuor fascine dans la forme et nous gâte aussi par le fond avec sa musique riche, profonde, rêveuse, mirifique, poétique, rageuse, mélodique... Les qualificatifs manquent pour exprimer tant d'éclat, de talent de composition.

Si on peut lui reprocher la prononciation de son chanteur, absolument incompréhensible au passage quand il s'ouvre le clapet, on applaudira sa folie rendant le Black de A FOREST OF STARS théâtral au maximum. Je ne le pénalise donc pas, car il apporte une énergie contagieuse qui se colle avec génie à la musique. Ensuite, on pourra trouver à redire sur les plages atmos bizarres que sont "Directionless Resurrectionist" ou "Man's Laughter". C'est vrai. Mais je vous dirais plutôt que perdues dans le dédale hallucinogène qu'est "A Shadowplay For Yesterdays", elles paraissent bien à leur place. Idem pour les deux "Corvus Corona", qui viennent fermer l'album de douce façon avec la voix chaude de la très douée flûtiste et violoniste Katie Stone. On pourrait même étendre ce feeling au titre bonus, "Dead Love", petit moment d'intimité en compagnie de la belle.

Mais considérez ces moments plus tranquilles comme le ciment qui solidifie les briques du mur indestructible que dessinent les autres morceaux de l'album, qui sont tous, sans exception, merveilleux. Ils ont tous un petit quelque chose qui vous harponne et vous hante. Des joyaux vous dis-je, des joyaux !

Sur "Prey Tell Of The Church Fate", on remarquera la trame étouffante et la progression des accords vers une finale lumineuse, sur "A Prophet For A Pound Of Flesh" le début épique qui décoiffe et le jeu de Katie Stone sur ses deux instruments, sur "The Blight Of God's Acre" les deux dernières minutes aussi scotchantes qu'admirables (à vous repasser en boucle les jours de pluie), sur "The Underside Of Eden" la seconde moitié vous giflera assurément avec ses rebondissements et sa finale archi intense, sur "Gatherer Of The Pure" les samples inusités, le brillant bridge aérien et la descente de manche au trémolo de dingue, et sur "Left Behind As Static" le petit beat root et l'alternance entre une curieuse mélodie éthérée et une autre plus noire et organique.

Je vous dis, ces six titres transpirent le trop-plein d'inspiration ! Un beau « problème » !

Alors on demeure dans le 4,5/5, mais arrondi vers le haut, parce que je suis encore autant sur le cul qu'aux premières écoutes. Non mais quel album !

Ce "A Shadowplay For Yesterdays" ne prendra pas de rides avant longtemps, je vous l'assure, et A FOREST OF STARS, lui, est parti pour la gloire.

Vivement le prochain !!!

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par MEFISTO :


ALTAR OF PLAGUES
White Tomb (2009)
Effrondrement d'une Terre malmenée




DIMMU BORGIR
Spiritual Black Dimensions (1999)
Moment d'éternité...

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
   PERE FRANSOUA

 
   (2 chroniques)



- Mister Curse (chant)
- The Gentleman (piano, synthé, percussions, programmation, batterie, samples)
- Henry Hyde Bronsdon (guitare, chant, ukulele, samples)
- Sir Gastrix Grimshaw (guitare)
- Katie 'katheryne, Queen Of The Ghosts' S (flûte, violon, chant)
- Mr. John 'the Resurrectionist' Bishop (batterie, percussions)
- Mr. Titus Lungbutter (basse)


1. Directionless Resurrectionist
2. Prey Tell Of The Church Fate
3. A Prophet For A Pound Of Flesh
4. The Blight Of God's Acre
5. Man's Laughter
6. The Underside Of Eden
7. Gatherer Of The Pure
8. Left Behind As Static
9. Corvus Corona (part 1)
10. Corvus Corona (part 2)
11. Dead Love [bonus]



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod