Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2012 Shadowmaker
2013 Resilient
 

- Style : Drakkar, Lonewolf, Gun Barrel, Iron Savior, Paragon, Angel Martyr
- Membre : Stratovarius, Axel Rudi Pell , Lacrimosa
 

 Site Officiel (351)
 Myspace (4813)

RUNNING WILD - Shadowmaker (2012)
Par FREDOUILLE le 4 Juillet 2012          Consultée 4053 fois

Le 30 juillet 2009 durant le Wacken, les Allemands de RUNNING WILD emmenés par l'inébranlable Rock n'Rolf Kasparek aux cheveux teintés "prune", nous délivraient en guise d'adieu et après 30 années de bons et loyaux services un concert de bonne facture ma foi, et qui donnera d'ailleurs lieu à un DVD intitulé "The Final Jolly Roger" (2011). Putain, ça fait quand même drôle de voir un groupe avec qui vous avez grandi au son des "Under Jolly Roger", "Raging Fire", "Calico Jack", "Riding The Storm", "Blazon Stone", "Soulless" ou encore "Black Hand Inn" tirer sa révérence. Mine de rien ça vous fout un coup. RUNNING WILD c'est un peu ma jeunesse il faut dire.

En même temps, cette fin de carrière... bah on se dit que c'est pas plus mal vu que le groupe n'avait rien sorti de bien valable depuis...depuis "Masquerade" peut-être ? "Brotherhood" ? Mouais et encore. Par ailleurs les teutons n'avaient rien sorti depuis "Rogues En Vogue" (album en demi-teinte) en 2005. Force était de constater que le navire RUNNING WILD avait donc quelque peu déserté les eaux et finalement, terminer sa carrière sur un DVD mémorable de la trempe de "The Final Jolly Roger", c'était peut-être ce qui pouvait arriver de mieux au père Rock n'Rolf Kasparek. Merci vieux moussaillon et bon vent !

Sauf que voilà ! Rock n'Rolf n'avait pas encore dit son dernier mot et c'est avec une grande surprise que j'ai appris qu'un nouvel album de RUNNING WILD allait débarquer dans les bacs. Un brin content forcément (nostalgie quand tu nous tiens !) mais très curieux de ce que le père Rock n'Rolf (seul maître à bord depuis des lustres mais aidé malgré tout par Peter Jordan) allait bien pouvoir nous offrir. De quoi allait-il être capable ? Inutile de vous dire que je n'attendais pas grand chose de cet album intitulé "Shadowmaker" surtout que la pochette très laide au demeurant dépareille complètement avec les très beaux visuels "pirates" des années 90's ("Blazon Stone" et "Black Hand Inn" en font bien évidemment partie). Fort heureusement, le boitier noir avec l'artwork en argenté et le livret rattrapent quelque peu le coup...

Niveau musique ? Et bien à l'image de la pochette, la musique du père Rock n'Rolf n'a plus grand chose à voir avec les mélodies enchanteresses et si caractéristiques des "Blazon Stone", "Billy The Kid", "Black Hand Inn" ou avec les quelques speederies telles que "Riding The Storm", "Lions Of The Sea" ou encore "Masquerade". Si l'on excepte le fougueux et presque Speed "I Am Who I Am" (sans doute le meilleur titre de l'album d'ailleurs), les compositions du père Rock n'Rolf ne s'apparentent plus qu'à une sorte de Heavy Metal banal flirtant avec le Hard-Rock (du déjà vu néanmoins chez RUNNING WILD) -"Into The Black" en est d'ailleurs la meilleure illustration avec son intro ACDCienne- et qui ne révolutionnera absolument rien. Le rythme s'est ici sensiblement ralenti, entendez par là que "Shadowmaker" est rempli de mid-tempos, pour la plupart catchy et sans fioriture, et les idées neuves sont proches du néant.

Basique est le premier mot qui m'est venu à l'esprit à la première écoute. C'est vous dire la première impression que m'a procuré ce "Shadowmaker" ! Pas encourageant n'est-il pas ? Ceci étant et étrangement (au final), je dois dire que "Shadowmaker" n'est pas si nul qu'il n'y parait. Non. Bien au contraire. Devant la banalité affligeante de l'album, plusieurs titres tirent largement leur épingle du jeu avec des refrains assez fédérateurs : "Piece Of The Action" par exemple qui ouvre énergiquement l'album (belle introduction avec sa rythmique et sa basse en avant), idem pour "Riding On The Tide" ou encore pour l'énergique "Shadowmaker" et le jeu de guitare si caractéristique de Rock n'Rolf, titre qui donne aussi une bonne dose de peps à l'album. Même "Me & The Boys" et son léger coté festif pourrait faire sourire mais il s'inscrit pourtant et parfaitement dans la tradition teutonne. Un refrain niais qui pourra être repris en chœurs et avec succès en concert ("Me & Boys we love that noise").
Le moyen "Locomotive" et ses grattes d'entrée pourront rappeler l'époque de "Port Royal", quant à "Dracula" titre plus sombre avec une introduction pourtant encourageante (guitare sèche, cloches, pluie et orage) s'éternise du long de ses 7 minutes et c'est dans l'ennui le plus profond que nous terminons ce nouvel album. Dommage !

Vous l'aurez compris, il n'y a quand même pas grand chose à se mettre sous la dent sur ce nouvel album de Rock n'Rolf Kasparek alias RUNNING WILD à l'exception de quelques titres basiques, précédemment cités, mais néanmoins fédérateurs et efficaces. "Shadowmaker" reste plutôt agréable à l'écoute, il passe plutôt bien. Mais force est de constater que du coté inspiration, Rock n'Rolf n'a plus grand chose dans les chaussettes.

Sympa sans plus !

Ps : aucun batteur à l'horizon n'est noté dans le livret. Vous en déduirez ce que vous voudrez.

Note : 2,5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


TAD MOROSE
Matters Of The Dark (2002)
Le meilleur de TAD MOROSE....




MANIGANCE
D'un Autre Sang (2004)
Heavy metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Rock'n Rolf Kasparek (basse, guitare, chant)
- Peter Jordan (guitare rythmique, chœurs)


1. Piece Of The Action
2. Riding On The Tide
3. I Am Who I Am
4. Black Shadow
5. Locomotive
6. Me & The Boys
7. Shadowmaker
8. Sailing Fire
9. Into The Black
10. Dracula



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod